Rechercher
Rechercher

Liban

Carlos Ghosn pourrait s'entretenir avec la presse la semaine prochaine

Dans un communiqué publié mardi, après son arrivée au Liban, l'ancien dirigeant de Renault-Nissan avait promis qu'il allait "communiquer avec les médias".

L'ancien dirigeant de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, dans une vidéo diffusée par ses représentants le 9 avril 2019. AFP PHOTO / Representatives for Carlos Ghosn

Carlos Ghosn tiendra une conférence de presse le 8 janvier à Beyrouth, a annoncé mercredi l'un de ses avocats à Reuters. Une source proche du dossier a toutefois précisé à L'Orient-Le Jour que la date n'était pas encore définitivement fixée, et qu'il ne s'agirait pas nécessairement d'un format conférence de presse.

Assigné à résidence depuis le mois d'avril à Tokyo, l'ancien dirigeant de Renault-Nissan est parvenu à quitter le territoire japonais et à rejoindre le Liban lundi matin, pays dont il détient la nationalité et qui n'a aucune convention d'extradition avec le Japon. Les circonstances de son voyage demeurent mystérieuses.

"Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité", a écrit M. Ghosn, dans un communiqué transmis mardi par ses porte-parole. "Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine", a affirmé dans son communiqué l'homme d'affaires de 65 ans.



(Lire aussi : Les questions qui se posent autour de la fuite de Ghosn du Japon au Liban)



Depuis l’arrivée de M. Ghosn au Liban, les médias ont rapporté diverses informations quant aux conditions de sa sortie du Japon. Mercredi, Reuters indiquait, citant deux membres de son entourage, que c’est une société privée qui a orchestré la fuite de Carlos Ghosn et lui a permis d'échapper à la surveillance étroite des autorités japonaises. Une information que L'Orient-Le Jour n'a pu vérifier.

Selon une des sources de Reuters, Carlos Ghosn a été reçu dès son arrivée au Liban par le président Michel Aoun qui l'a chaleureusement accueilli au palais de Baabda, sa résidence officielle. Une source proche du palais de Baabda, interrogée par L’Orient-Le Jour, a toutefois démenti cette information.

Certains médias libanais ont également avancé que Carlos Ghosn s'était dissimulé dans une malle théoriquement destinée à transporter des instruments de musique, une version que son épouse a démentie auprès de Reuters tout en refusant de révéler les détails de cette fuite rocambolesque.

Les déclarations des deux sources de Reuters tendent à démontrer que l'ancien dirigeant a minutieusement mûri son projet d'évasion avec l'appui d'une société de sécurité privée qui l'a exfiltré du Japon par un vol privé vers Istanbul d'où il a ensuite gagné le Liban. "Il s'agit d'une opération très professionnelle, du début à la fin", a déclaré une des sources de Reuters précisant que le même le pilote de l'appareil qui l'a acheminé ignorait sa présence à bord.



(Lire aussi : De Jamhour à Ixsir : les racines libanaises de Carlos Ghosn)



La Sûreté générale et le ministère libanais des Affaires étrangères ont fait savoir mardi qu'il était entré en toute légalité sur le territoire libanais. “Il importe à la Direction générale de la Sûreté générale de confirmer que le citoyen est entré au Liban légalement et qu'aucune mesure n'impose l'adoption de procédures à son encontre ni l'expose à des poursuites judiciaires", peut-on lire dans un communiqué publié par la SG.

M. Ghosn avait été arrêté au Japon en novembre 2018 à Tokyo pour des accusations de malversations financières lorsqu'il était PDG de Nissan, accusations qu'il a toujours rejetées. Son procès était prévu en 2020. Carlos Ghosn a été libéré en mars dernier en échange du versement d'une caution d'un milliard de yens (7,9 millions d'euros environ) avant d'être de nouveau arrêté par la justice japonaise puis placé en résidence surveillée en avril avec interdiction de quitter le pays.

Au Japon, c'est un sentiment de sidération qui domine jusque dans les rangs de l'équipe d'avocats qui le défendait et cette fuite pourrait avoir des répercussions sur le système judiciaire, estiment plusieurs spécialistes. "Les professionnels du droit et les députés doivent réfléchir au plus vite à de nouvelles mesures pour éviter que de telles fuites se reproduisent, a commenté Yasuyuki Takai, un ancien procureur.



Lire aussi

Le Japon sidéré par la fuite de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn au Liban : les réseaux sociaux s'enflamment

Les grandes étapes de l'affaire Carlos Ghosn




Carlos Ghosn tiendra une conférence de presse le 8 janvier à Beyrouth, a annoncé mercredi l'un de ses avocats à Reuters. Une source proche du dossier a toutefois précisé à L'Orient-Le Jour que la date n'était pas encore définitivement fixée, et qu'il ne s'agirait pas nécessairement d'un format conférence de presse.

Assigné à résidence depuis le mois d'avril à Tokyo,...

commentaires (8)

Je dirai même qu'on attend son discours avec bcp d'impatience et d'intérêt comme on attend celui du chef de la résistance libanaise.

FRIK-A-FRAK

16 h 33, le 02 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Je dirai même qu'on attend son discours avec bcp d'impatience et d'intérêt comme on attend celui du chef de la résistance libanaise.

    FRIK-A-FRAK

    16 h 33, le 02 janvier 2020

  • Et si le Japon déclarait vouloir payer la dette totale du pays contre le renvoi de Carlos au Japon ? Certains auraient l'air moins fiers de leur choix . C'est un avis nippon ni mauvais.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 18, le 02 janvier 2020

  • Les japonais vont peut être arrêter de nous vendre des sushis... c’est tant mieux, il y aura moins de destruction massive par les japonais des poissons dans les océans

    Liberté de Penser

    10 h 45, le 02 janvier 2020

  • Peu importent les circonstances de l'évasion de Mr Ghosn qui a profité de certaines faiblesses et d'une grande ingéniosité, de sa part.. il a simplement tourné le dos à un système judiciaire où l’archaïsme prévaut lequel système basé sur une torture psychologique inconcevable dans un pays dit développé.. où il était condamné quelle que soit l'issue de son procès qui devait durer à minima cinq ans.. Maintenant, à partir de "chez lui", n'en déplaise à ses contempteurs, il sera en mesure de se défendre, prendre la parole et dénoncer cette privation de ses droits qu'il a subie, tout le reste ne sera que littérature

    c...

    08 h 15, le 02 janvier 2020

  • Le Japon donnait de l’argent au Liban??? Le peuple n’en a pas vu la couleur. C’est donc les kellon yaani kellon qui en profitaient. Pour le peuple, que le Japon coupe les vivres ou pas, ne changera rien.

    Marie-Hélène

    00 h 21, le 02 janvier 2020

  • Émigrés à vos bourses pour compenser la coupure du robinet provenant du pays du Soleil Couchant! Un vent d’espoir souffle sur le Liban car les coïncidences n’existent pas soufflons sur la braise du retour de nos valeurs expatriées

    PHENICIA

    22 h 55, le 01 janvier 2020

  • LE KHAZOOO2 LES JAPS L.ONT AVALE ET C,EST CA L,ESSENTIEL.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 27, le 01 janvier 2020

  • Il ne manquait plus que d’avoir le Japon sur le dos. Voici un extrait tiré du BBC, il paraît que le Liban reçoit de l’argent de ce pays. On va devoir s’en passer. « Japan gives millions in aid to Lebanon and will likely want Mr Ghosn returned. But it will no doubt have to answer further questions about how such a high-profile suspect was able to get out of the country in the first place. » 

    Michael

    21 h 08, le 01 janvier 2020