Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Milliards de dollars" transférés en Suisse : Si rien n'est fait, nous agirons début 2020, avertit Bassil

Le chef du Courant patriotique libre affirme que la responsabilité de ce dossier incombe à la BDL et aux propriétaires des banques au Liban.

Le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Photo d'archives REUTERS/Mohamed Azakir

Le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé samedi que la responsabilité dans l'affaire du transfert présumé de milliards de dollars du Liban vers la Suisse par certains dirigeants politiques libanais incombe à la Banque du Liban et aux propriétaires des banques privées au Liban. M. Bassil a en outre menacé de "se mobiliser" début 2020 si les chiffres exacts et l'identité des responsables pointés du doigt ne sont pas révélés.

"L'histoire des fonds transférés ou trafiqués après le 17 octobre (date du début de la révolte populaire contre la classe politique) est devenue similaire à l'affaire du recouvrement des fonds (publics) pillés. La différence est que ces fonds transférés n'ont pas besoin d'une loi (pour obtenir leur recouvrement). La responsabilité de cela incombe à la direction de la Banque du Liban, à la commission de contrôle des banques, et aux propriétaires des banques... S'ils ne font rien et ne révèlent pas les chiffres et l'identité des détenteurs de ces fonds, nous devrons alors agir dès le début de l'année (prochaine)", a prévenu M. Bassil, dans un tweet qu'il a signé de ses initiales.




(Lire aussi : Des zéros en cavale, l'édito de Issa GORAIEB)



Il y a deux jours, la question du transfert de fonds qui aurait été, selon la presse, effectué récemment par certains dirigeants politiques libanais vers des banques suisses, pour un montant de plusieurs milliards de dollars, a été longuement évoquée lors d’une réunion rassemblant plusieurs responsables des secteurs financier et bancaire. Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé a notamment annoncé qu’il allait prendre toutes les mesures nécessaires pour faire la lumière sur cette affaire, notamment en créant une commission d’enquête.

Citant des sources à Berne, des informations diffusées dans la presse libanaise font état depuis mardi de transferts effectués par neuf responsables politiques vers la Suisse, au cours des quinze derniers jours. Selon des informations rapportées par le quotidien britannique The Independent dans sa version en arabe, le Parlement suisse doit étudier prochainement l’origine de ces transferts.


(Lire aussi : Révolte : les banques libanaises à nouveau dans le viseur des manifestants)



L'affaire de ces transferts a fait polémique au cours des derniers jours, alors qu'avec la sévère crise de liquidités que traverse le Liban, les clients des banques sont soumis à d’importantes restrictions, des plafonnements de leurs retraits en livres libanaises et de grandes difficultés pour obtenir des dollars américains. Face à cette crise, le taux de change de la livre libanaise a grimpé en flèche auprès des changeurs, atteignant 2.000 livres ces derniers jours pour un dollar, tandis que le taux officiel observé par les banques reste stable, entre 1.515 et 1.520 livres le dollar.

Gebran Bassil, gendre du président de la République Michel Aoun, est l'une des figures politiques les plus conspuées par la contestation politique qui l'accuse, entre autres, de corruption.


Lire aussi

Pas de gouvernement avant le début de l’année prochaine

Le pouvoir tâte le pouls de la rue, la contestation nullement intéressée

Ce que demande le secteur privé pour résister face à la crise

Hariri pourrait avoir sonné le glas du compromis présidentiel

Le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a affirmé samedi que la responsabilité dans l'affaire du transfert présumé de milliards de dollars du Liban vers la Suisse par certains dirigeants politiques libanais incombe à la Banque du Liban et aux propriétaires des banques privées au Liban. M. Bassil a en outre menacé de "se...
commentaires (23)

S'il se sent si fort pour démasquer les voleurs de la nation, pourquoi avoir attendu que les gens descendent dans la rue ou début 2020 pour faire le nécessaire? Cette mission de toute façon ne lui revient pas de droit il n'a pas encore compris qu'il occupe le poste de ministre des affaires étrangères et par conséquent doit se focaliser sur les relations diplomatiques extérieures pour trouver une solution pacifique pour déloger les traitres et leurs armes et trouver une sortie honorable à la crise que nous traversons. Ils se mêle de tout en occultant son devoir d'entretenir de bonnes relations internationales qui incombent au ministre des AE car cela ne lui garantit en rien de garder le pouvoir et la main-mise sur le pays. Tout comme les autres ex ministres qu'on voit pérorer et se mêler de la formation du gouvernement en ajoutant chacun son grain de sable pour attiser les haines et diviser le peuple en grippant la machine qui tourne déjà au ralenti. La cacophonie a toujours été leur fort. Ils sèment le bordel pour brouiller les cartes et comme ca ils arriveraient à leur but sur des mensonges fabriqués de toute pièce pour garder leur postes fertiles. Chaque ex ministre devrait être convoqué par le juge pour faire le bilan de son patrimoine d'avant et après sa nomination, et doit justifier chaque centimes par des preuves, salaires, bonus, pots de vin etc.. Et nous saurons tout.

Sissi zayyat

12 h 23, le 30 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (23)

  • S'il se sent si fort pour démasquer les voleurs de la nation, pourquoi avoir attendu que les gens descendent dans la rue ou début 2020 pour faire le nécessaire? Cette mission de toute façon ne lui revient pas de droit il n'a pas encore compris qu'il occupe le poste de ministre des affaires étrangères et par conséquent doit se focaliser sur les relations diplomatiques extérieures pour trouver une solution pacifique pour déloger les traitres et leurs armes et trouver une sortie honorable à la crise que nous traversons. Ils se mêle de tout en occultant son devoir d'entretenir de bonnes relations internationales qui incombent au ministre des AE car cela ne lui garantit en rien de garder le pouvoir et la main-mise sur le pays. Tout comme les autres ex ministres qu'on voit pérorer et se mêler de la formation du gouvernement en ajoutant chacun son grain de sable pour attiser les haines et diviser le peuple en grippant la machine qui tourne déjà au ralenti. La cacophonie a toujours été leur fort. Ils sèment le bordel pour brouiller les cartes et comme ca ils arriveraient à leur but sur des mensonges fabriqués de toute pièce pour garder leur postes fertiles. Chaque ex ministre devrait être convoqué par le juge pour faire le bilan de son patrimoine d'avant et après sa nomination, et doit justifier chaque centimes par des preuves, salaires, bonus, pots de vin etc.. Et nous saurons tout.

    Sissi zayyat

    12 h 23, le 30 décembre 2019

  • J'ai quelques doutes quand à l'origine de toute cette histoire. Le parlement Suisse publie ses ordres du jours passés, présents et futurs sur sur le site parl.ch. Après investigation, je ne trouve rien, absolument rien, qui justifie l'article de l'Independent qui aurait dévoilé cette affaire. La Suisse n'a pas reçu de demande d'entraide, n'a pas prévu de bloquer quoi que ce soit et d'ailleurs une telle décision n'appartient pas au parlement. Par conséquent, nous nous faisons manipuler une fois de plus. QUI a intérêt à dresser ainsi les gens contres les banques? QUI est en train de nous distraire du VRAI sujet chaud. Voici ma théorie: Israël est en train de nous voler la seule chance de survie économique du Liban et pendant ce temps, on nous donne de quoi nous distraire avec nos dirigeants corrompus, nos banques pourries et nos économies perdues. L'OLJ a raté une occasion majeure de faire du vrai journalisme au lieu de suivre comme un mouton un leurre gros comme un puits de pétrole en Méditerranée. Wake up guys!

    El moughtareb

    18 h 56, le 29 décembre 2019

  • Et si on le transférait lui aussi en Suisse ? Les belles Alpes...les lacs...et en plus faisant partie des prédateurs occidentaux. Sans oublier le parfum de l'argent partout ! Et à nous ici, ça nous ferait des vacances pour un certain temps...pendant que lui pourrait "agir" sur place là-bas, début 2020...où il sera reçu les bras grands ouverts, c'est sûr...!!! Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 35, le 29 décembre 2019

  • La charité bien ordonnée commence par soi même !!! A bon entendeur salue

    Bery tus

    15 h 14, le 29 décembre 2019

  • S'il arrivait à démasquer ces politiciens véreux, pourquoi lui en voudrait-on ? Pour celles et ceux que ça embête, qui se sent morveux se mouche.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 08, le 29 décembre 2019

  • Saviez vous que Bassil a un clone au Venezuela.....l actuel ministre des affaires etrangeres et aussi gendre d Hugo Chavez...meme type de personnage....

    HABIBI FRANCAIS

    10 h 08, le 29 décembre 2019

  • Il nous prend pour des imbéciles ! Il est impossible que des transactions en dollars de ces montants puissent se faire sans l'accord de la BDL. les loups ne se mangent pas entre-eux, les chacals non plus. C'est encore et toujours de la poudre aux yeux.

    Rana Raouda TORIEL

    08 h 19, le 29 décembre 2019

  • Une expression utilisée par beaucoup et répétée à toute occasion:"badna n'dawi" sur cette affaire! Le gendre, bien aimé de la rep-oblique, étant donné sa connaissance intime de l'éclairage 24,5/24, va yi-dawi sur ce dossier si fort qu'on sera tous aveuglés... Allah yistooor!!

    Wlek Sanferlou

    02 h 51, le 29 décembre 2019

  • Il à raison les banquiers doivent Êtres malmené ils sont tous riche on dois les attraper 1 À 1

    Nicolas nicolas

    22 h 06, le 28 décembre 2019

  • Ces déclarations c’est juste pour garder ceux qui sont encore dans le bateau CPL pour les empêcher de sauter par dessus bord vers les flots de la THAOURA. Petit futé va !!

    PROFIL BAS

    20 h 07, le 28 décembre 2019

  • nous devrons alors agir dès le début de l'année (prochaine)", a prévenu M. Bassil, dans un tweet qu'il a signé de ses initiales. LA DERNIERE FOIS QUE VOUS AVEZ DIT JE VAIS RENVERSER LES TABLES , CES TABLES SE SONT RETOURNEES CONTRE TOUS MAIS PLUS SPECIALEMENT CONTRE VOUS M BASSIL, HAII DE TOUS LES LIBANAIS SAUF DES MOUTONS QUI VOUS SUIVENT ET CEUX QUI VOUS SUIVENT POUR MIEUX VOUS CONTROLER CESSEZ DE FAIRE LA VIERGE EFFAROUCHEE ET D'ACCUSER SALAME QUI N'A FAIT QUE SUIVRE DES ORDRES DES POLITICIENS EN PLACE DEPUIS TROIS ANS MAIS QUI A PROVOQUE ,POUR QUE VOUS VOUS ENRICHISSIEZ TOUS AU DEPEND DU PEUPLE, LA MISERE DE TOUT UN PEUPLE SI VOUS POUVIEZ VOUS TAIRE UN PEU ET FAIRE UN VOYAGE A VOS FRAIS CETTE FOIS CI POUR UN OU DEUX MOIS, LE LIBAN S'EN PORTERAIT BIEN MIEUX CROYEZ MOI C'EST LA VERITE MALHEUREUSEMENT

    LA VERITE

    18 h 34, le 28 décembre 2019

  • Avec tout mon respect pour la déclaration du ministre, ce qu'il a dit est malheureusement faux. En l'absence d'une loi de "contrôle de change" les banques sont libres de transférer l'argent, à la demande des clients, et la BDL n'a aucune prise sur ce sujet, ni les propriétaires des banques d'ailleurs, en l'absence d'une loi sur la limitation des transferts. Les noms des clients ne peuvent pas hélas être divulgués même si le secret bancaire n'existait pas, il s'agit du secret des affaires. En d'autres terme l'Etat a confié aux loups l'autorégulation relative à la protection des poulaillers, et il se montre à présent désolé devant la perte des poules. D'autres poules seront perdus si l'Etat reste spectateur. Le PM désigné ne peut rien faire si l'Etat profond (les vrais dirigeants) ne se décident pas à régler les problèmes. La solution de la crise monétaire commence par la déclaration de l'Etat qu'il fait défaut sur le remboursement de sa dette, ainsi les banques tombent sous la gestion directe de la BDL, qui fera les enquêtes sur toutes les transactions des 10 dernières années, et probablement la moitié de la dette pourra être récupérer, de tous ceux qui ont encaissés des intérêts en trop, des banquiers qui ont trop gagnés sur le dos de la dette de l'Etat, des corrompus et des réseaux des politiques.

    Shou fi

    18 h 29, le 28 décembre 2019

  • O COMBLE D,HYPOCRISIE ! INVERSEZ L,ADAGE QUI DIT HAMIYA HRAMIYA...

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 38, le 28 décembre 2019

  • Les premiers en liste Bassil et Berry et apres les autres

    Eleni Caridopoulou

    17 h 25, le 28 décembre 2019

  • ET QUI VA AGIR POUR INVESTIGATION GENDRISSIMALE AUSSI... VOUS ? YIA 3AYNE ! - AUX VOLEURS ! AUX VOLEURS !

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 13, le 28 décembre 2019

  • UNE HISTOIRE BIEN CALCULÉE. ILS VONT ATTRAPER UN PETIT POISSON D'UN EX PATRIÉ QUI AVAIT LE DROIT DE RETIRER SON ARGENT DE QUELQUES MILLIONS POUR LES DÉPOSER EN SUISSE. ET QU'ILS TROUVAIENT ENFIN QUE CET ARGENT VENAIT DE L'EXTÉRIEUR ET QU'IL EST EN SON DROIT DE LE FAIRE. AFFAIRE CONCLUT, ILS CLASSENT LE DOSSIER. RÉSULTAT DE COMPTE, LA BANDE DES VOLEURS PASSE POUR DES GENS PROPRES. MAIS...ATTENDEZ UNE MINUTE, N'OUBLIEZ PAS QU'AU LIBAN, ON A LES PRO LES PLUS FORTS POUR FAIRE CE GENDRE D'OPÉRATIONS EN TOUTE SÉCURITÉ, BLANCHISSEMENT D'ARGENT ET TRAFIQUE DE TOUT GENRE. DONC IL FAUT PAS QU'ON RÊVE EN COULEURS. ON POURRA JAMAIS ATTRAPER CES VOLEURS, TROPPO TARDI....ON PEUT DIRE QU'ILS NOUS ONT B....

    Gebran Eid

    16 h 43, le 28 décembre 2019

  • Comme il est touchant et convaincant ce preux chevalier anti-corruption etc.,etc.! Il va certainement sauver le Liban de toutes les catastrophes qui nous tombent dessus depuis quelques semaines et aller en personne en Suisse pour exiger des banques qu'elles restituent les milliards de dollars. Il a les capacités prouvées pour cela, entre autres sa réussite lorsqu'il était responsable du ministère de l'énergie et de l'eau dès 2009. Heureusement que nous avons le beau soleil libanais pour nous éclairer le jour, et la lune pour la nuit. Et les pluies diluviennes pour nous alimenter en eau propre "BIO" et certifiée écologique ! Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 11, le 28 décembre 2019

  • Riad Salamé ,le personnage le plus conspué , à cause de son hypocrisie et de ses gaffes. En justice, il doit répondre au plus tôt.

    Esber

    16 h 05, le 28 décembre 2019

  • Je n'en attendais pas moins de M. Bassil. sa déclaration s'inscrit dans la pure ligne du changement et de la réforme que de CPL sous les directives du Président de la république a voulu entreprendre et n'a pas pu le faire correctement à cause de la résistance de l'oligarchie en présence et des puissant(s cartels . Maintenant que l'omerta est tombée, Je penses qu'il n'y aura plus d'obstacle à lutter de front contre la corruption organisée et enracinée. Petit à petit les personnes et organisations incriminées vont être démasquées et devront rendre compte de leurs actes. ce qu'on pensait ne jamais pouvoir faire devient possible grâce à deux actions: la préparation du terrain faite par le Président durant des années, et l'impulsion formidable de ce soulèvement populaire sans précédent dans l'histoire du Liban... Bravo à tous ... on va y arriver .. tenez bon

    Joseph Zoghbi

    15 h 57, le 28 décembre 2019

  • L'homme politique le plus haï et le plus conspué par les manifestants, Gebran Basqsil, vient de menacer de "se mobiliser" début 2020 sur l'affaire de la fuite des milliards de dollars vers la Suisse etc... J'en prends note. S'il n'applique pas sa menace, les lecteurs de l'OLJ lui demanderaient des comptes. Les gens en ont marre de ses activités suspectes et controversées depuis qu'il a été nommé au ministère de l'Energie et aux Affaires étrangères. Les gens en ont marre de toutes les activités louches de certains ministres politicards. Le temps des fanfaronnades terminé.

    Un Libanais

    15 h 53, le 28 décembre 2019

  • Tout à fait d'accord, sauf que venant de Bassil, cet intérêt porté aux malversations financières est pour le moins surprenant. Sans doute tente-t-il de détourner à son profit la colère populaire. Il devrait pourtant connaître le proverbe libanais qui recommande à celui dont la maison est en verre de ne pas jeter des pierres.

    Yves Prevost

    15 h 48, le 28 décembre 2019

  • Il veut se presenter en champion "free of charge". La moitié de la dette du Liban, soit plus de 40 millard de dollars, est attribuée à l'EDL depuis que le CPL a pris charge de ce ministère en 2006.

    Zovighian Michel

    15 h 04, le 28 décembre 2019

  • Il pense pouvoir noyer le poisson en parlant des derniers milliards. Nous voulons savoir où ont atteri les 800 milliards depuis que ce pays est gouverné par des mafias qui se partage le butin et crient au scandale comme si on allait les croire innocents de tout acte nuisible à notre pays y compris leur soumission à des pays étrangers. Quel était leur prix pour vendre leur pays? Nous le saurons bientôt alors pas de gesticulations ni d'excès de zèle la vérité est très proche et nous ferons de tout pour les traduire en justice.

    Sissi zayyat

    14 h 05, le 28 décembre 2019

Retour en haut