X

Liban

Qui a ordonné la répression dans le centre-ville de Beyrouth ?

Contestation

« L’OLJ » a interrogé plusieurs experts sécuritaires et militaires qui ont eu du mal à démêler l’écheveau complexe des services, opérations et responsabilités.

19/12/2019

Le spectacle de la répression inédite du mouvement de contestation dans le centre-ville de Beyrouth au cours du week-end dernier a suscité plusieurs interrogations sur les raisons justifiant le recours à une violence aussi disproportionnée après deux mois de manifestations relativement pacifiques. Face aux protestataires, les éléments de la brigade antiémeute et des forces de l’ordre chargées de la protection du Parlement. La ministre sortante de l’Intérieur Raya el-Hassan a d’ailleurs reconnu, dimanche, que « des erreurs avaient été commises » et ordonné l’ouverture d’une enquête.

Face à la multitude des services et instances chargées de maintenir l’ordre sur les lieux, plusieurs questions s’imposent : comment sont coordonnées les opérations sécuritaires sur place, qui décide du passage d’une opération de maintien de l’ordre à des mesures plus musclées, et quels services sont chargés de mettre en œuvre ces mesures ? Signe de la complexité et du caractère sensible du sujet, ainsi que du flou qui l’entoure, plusieurs experts sécuritaires et militaires interrogés par L’Orient-Le Jour ont eu du mal à démêler l’écheveau complexe des opérations.

Dans le centre-ville, trois services sécuritaires distincts étaient principalement à l’œuvre le week-end dernier : la brigade antiémeute relevant des Forces de sécurité intérieure, la police du Parlement et l’armée. Trois institutions dont le mode de travail, la formation et la culture institutionnelle diffèrent radicalement, d’où la difficulté de coordonner leurs tâches respectives.



(Lire aussi : Le bal des consultations ouvert, Hassane Diab favori pour le poste de Premier ministre)


Une police vouée à son chef
La police du Parlement, que nombre de protestataires ont souvent pointée du doigt comme ayant été particulièrement impliquée dans la répression des manifestants, est une entité indépendante du reste des forces de l’ordre et fonctionne selon une structure et une hiérarchie non classique. Constituée de 240 éléments, cette police est directement affectée à la présidence de la Chambre et a pour mission de sécuriser le périmètre du Parlement. « Théoriquement, et à l’instar de l’unité chargée de la sécurité de la présidence du Conseil des ministres ou de la garde présidentielle, la police du Parlement relève hiérarchiquement du commandant chargé de la sécurité des ambassades et des établissements et administrations publics. Ce commandant relève à son tour de la direction des Forces de sécurité intérieure (FSI) qui dépend directement du ministre de l’Intérieur », indique Aram Nerguizian, le conseiller principal au sein du programme sur les relations entre civils et militaires dans les États arabes du Carnegie Middle East Center.

Dans les faits, indique un ancien officier de l’armée, la police du Parlement regroupe des effectifs choisis, un à un, par le président de la Chambre, Nabih Berry, qui les passe au crible pour s’assurer de leur loyauté. Ses membres perçoivent leur salaire du Parlement et « une rétribution mensuelle supplémentaire de la part de M. Berry ». C’est le président de la Chambre qui décide de la promotion des effectifs sur «  une base totalement discrétionnaire  », ajoute cet ancien militaire. C’est ainsi que Youssef Dimachq, alias Abou Khachbé, s’est vu promu au rang de général et s’est vu confier le commandement de cette unité.


(Lire aussi : Ô douce nuitL'impression de Fifi Abou Dib)


Les membres de la police du Parlement, qui portent l’uniforme des FSI – « une décision également prise arbitrairement » selon un ancien responsable sécuritaire – sont souvent confondus avec les unités des FSI. Ils sont par conséquent difficilement identifiables en tant que tels. « Normalement, ils n’ont même pas le droit de circuler en uniforme en dehors du périmètre immédiat du Parlement qu’ils sont censés protéger », ajoute la source précitée. Si les membres de la police du Parlement sont majoritairement chiites, pour la plupart anciens membres du mouvement Amal, l’on y recense aussi quelques quelques chrétiens généralement originaires du Liban-Sud. La police du Parlement est secondée par une unité de soldats détachée de l’armée et une unité des FSI, toutes deux affectées à la protection du Parlement. Si ces deux unités relèvent chacune, administrativement parlant, de leur hiérarchie militaire respective, elles sont toutefois chapeautées l’une et l’autre par « deux commandants chiites qui ont l’assentiment du président de la Chambre », indiquent deux experts militaires. Un schéma qui vient ajouter une dose de confusion au paysage sécuritaire déjà embrouillé.

« Nabih Berry a mis en place une structure qui lui est propre, mais qui s’est insérée dans les forces légales. En somme c’est une véritable milice qui a envers le chef du Parlement une loyauté totale », commente un officier de l’armée à la retraite. Un schéma que M. Nerguizian affirme « difficile à vérifier ». « Toute la question est de savoir devant quelle autorité sécuritaire cette unité hybride rend des comptes sur ses agissements et quelles sont ses règles d’engagements », renchérit un expert militaire.


(Lire aussi : Tripoli marche contre la sédition)


La responsabilité des FSI
Aux côtés de la police du Parlement, était déployée, le week-end dernier, au centre-ville de Beyrouth, la brigade antiémeute relevant des FSI, une unité spécialement formée pour maintenir l’ordre public et protéger les propriétés de l’État en cas de troubles. Elle relève du commandement des FSI et rend compte au directeur général, Imad Othman. Cette brigade, qui comprend 1 200 éléments répartis sur 20 divisions, est chargée notamment de la protection de la Maison du Centre, du Sérail et du ministère de l’Intérieur. Elle est également sollicitée pour intervenir en cas d’émeutes, explique un expert. Elle est, à cette fin, équipée de bombes à gaz lacrymogène, d’armes à balles en caoutchouc et de matraques. « Le recours à ces équipements se fait généralement de manière graduelle, selon des règles d’engagement. L’amplitude de la violence doit être proportionnelle à l’appréciation de la situation. La tactique est généralement d’alterner l’escalade et la désescalade dès que la tension baisse d’un cran », explique un expert militaire. Dépêchées sur les lieux samedi et dimanche, c’est à grand renfort de gaz lacrymogènes notamment, que ces brigades ont tenté d’empêcher les débordements.Les violences subies par les protestataires, surtout samedi soir, ont été vivement dénoncées par les protestataires, mais également par la ministre sortante de l’Intérieur. C’est ce qui explique la tournée surprise effectuée le lendemain sur le terrain par le directeur des FSI, pointé du doigt dans la responsabilité des tabassages qui ont eu lieu et auquel ont pourtant largement pris part les membres de la police du Parlement, assistés de civils armés de bâtons, sans qu’il n’y ait eu nécessairement une synchronisation des décisions entre les deux unités. Si le recours au gaz lacrymogène est officiellement permis lors des troubles, ainsi que le recours aux balles en caoutchouc, les tabassages, par contre, ou l’acharnement contre les protestataires qui est souvent une réaction incontrôlée de la part d’un agent de l’ordre, le sont beaucoup moins. « L’officier aux commandes ne donne pas l’ordre de tabasser. Cela revient à chaque individu, à sa capacité à se contrôler et à faire face à la pression », commente un ancien officier de l’armée qui souligne que la gestion du chaos est une tâche extrêmement difficile, surtout que les forces de l’ordre sont épuisées et sous pression continue depuis plus de deux mois. « Il ne faut pas oublier que le policier a peur pour sa propre sécurité. Il a également peur d’échouer dans sa mission », note cet ancien militaire qui rappelle que plusieurs membres de la brigade antiémeute ont été également blessés.



(Lire aussi : À Kfarremane et Nabatiyé, la détermination des manifestants face aux agressions)



Le rôle délicat de l’armée
L’armée, qui était également présente sur les lieux, n’a pas pris part à la répression et s’est contentée de jouer un rôle tampon en tentant de protéger une partie des manifestants – du moins les plus pacifiques d’entre eux. Ce rôle relativement secondaire s’expliquerait notamment par le fait que la troupe n’est ni entraînée ni équipée pour faire face à des émeutes de cette ampleur, commente un expert. Autre facteur à prendre en compte, le fait que le centre-ville de Beyrouth, qui a été le théâtre d’incidents graves ces derniers jours, « est un lieu névralgique qui relie le quartier chiite de Khandak el-Ghamik, au Parlement, à la Maison du Centre sunnite, et au quartier chrétien d’Achrafieh. Ce qui rend difficile toute intervention de l’armée, qui joue un rôle de balancier depuis le début de cette révolte », commente un observateur.

« L’armée fait de son mieux pour éviter toute sorte de déploiement qui risque de l’inciter à l’usage de la violence. L’objectif de la troupe est de gagner du temps en restant crédible aux yeux de l’opinion publique dans son ensemble, en attendant l’avènement d’un règlement politique », commente à son tour M. Nerguizian.

Plusieurs sources militaires l’ont confirmé : généralement, la centralisation des opérations est censée être du ressort de l’armée. Sauf que pratiquement, et dans ce cas précis, « c’était au directeur des FSI qu’incombait la centralisation des opérations dont il assume au final la responsabilité, dans la mesure où c’est la brigade antiémeute qui constitue la force principale chargée de cette mission », explique un ancien officier. « Normalement, la hiérarchie devrait être plus claire et la coordination plus efficace. Mais ce n’était pas le cas lors des incidents du centre-ville », commente pour sa part un expert militaire. « La coordination entre la brigade antiémeute et l’armée était très étroite. Ce n’était toutefois pas le cas avec la police du Parlement », affirme une source proche du ministère de l’Intérieur.

« En temps normal, la coordination entre les deux entités fonctionne bien avec une toutefois légère prééminence de l’armée. Toutefois, dans la pratique, l’armée n’a aucun moyen de contrôler ou de superviser les unités qui ne relèvent pas directement de son commandement », commente M. Nerguizian. « Dans le cas des violences qui se sont produites dans le centre-ville, on peut difficilement parler de coordination crédible entre les différents services sécuritaires », conclut l’expert.


Lire aussi
... Et des larmes, maintenant, l'éditorial de Issa GORAIEB

Comment une vidéo circulant sur internet a failli provoquer une discorde sunnito-chiite

Un mur de béton installé près de la Place Riad el-Solh dans le centre de Beyrouth


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Citoyen

Ce que ce valeureux et courageux journaliste nous explique s'applique comme copie collée à ce qui se passe à l’aéroport où notre inoxydable Berry a encore réussi à placer ses partisans à tous les postes clés. Quant à notre pauvre Aoun, il n'a réussi qu'à placer son pauvre gendre. Maigre consolation et triste promotion pour ce pays qui ne mérite pas tous ces comédiens.

LA VERITE

Nabih Berry a mis en place une structure qui lui est propre, mais qui s’est insérée dans les forces légales. En somme c’est une véritable milice qui a envers le chef du Parlement une loyauté totale », commente un officier de l’armée à la retraite

VOILA LE RESPONSABLE
IL A LACHE SES TROUPES ET SES HOMMES PARCEQU'IL NE SUPPORTE PAS LES INSULTES DE VOLEURS ADDRESSES CONTRE LUI ET SA FEMME

J'ESPERE QUE LE NOUVEAU GOUVERNEMNT PREDRA LA DECISION DE DEMANTELER CETTE POLICE DU PARLEMENT ET COMMENCERA A DEPOSER DES PLAINTES AUPRES DE LA JUSTICE POUR SAVOIR D'OU VOUS AVEZ EU CELA ET QUEL IMPOT AVEZ VOUS PAYE DEPUIS 10 ANS ( OU MEME 30 ANS )

ON PEUT REVER AVEC LE NOUVEAU POLITICIEN NOMME COMME PREMIER MINISTRE ET LE GENERAL A PREFERE CASSER L'ENTENTE AVEC LES SUNNITES PLUTOT QUE DE CASSER L'ENTENTE AVEC LES CHIITES

VOILA CE QUE LES CHRETIENS DU LIBAN APPELENT UN GOUVERNEMENT FORT ( la milice armee et les voyoux ont toujours raison dans ce pays )

LA REVOLUTION A EU LA TETE DE HARIRI ELLE AURA LA TETE DE AOUN ET DE BERRY AUSSI CAR ELLE FERMERA TOUTES LES ADMINISTRATIONS LIBANAISES SUR TOUT LE TERRITOIRE MEME SI LES HORDES ARRIVENT A ATTAQUER CERTAINES REGIONS, PERSONNE NE PAYERA PLUS D'IMPOT OU DE TAXES CAR IL N'EN AURONT PAS LES MOYENS DE TOUTE FACON

PAUVRE NOUVEAU LIBAN A LA MERCI DE L'IRAN

Gebran Eid

VU QUE BERRI COMMENCE À ÊTRE DÉMASQUÉ EN PUBLIC, IL VA ACCÉLÉRER AVEC NASRALLAH DE METTRE LA MAIN DÉFINITIVEMENT SUR TOUT LE PAYS. GRACE À LEURS MERCENAIRES, NOTAMMENT AOUN ET BASSIL, ILS VONT FORMER UN GOUVERNEMENT MONOCHROME ET SORTIR DES LOIS À LEUR GUISE. SAVE QUI PEUT. ESPÉRONS QUE JE ME TROMPE.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Ma grand-mère vient de me l'avouer , c'est elle qui l'a ordonné.

Allah yerhama !

Sissi zayyat

Parfait. De mieux en mieux. En apprend tous les jours des incohérences qui illustrent le fonctionnement de notre république bananière. Même dans le tréfonds du ies monde on n'a jamais appris qu'un president de la chambre se donne le droit d'avoir sa propre milice déguisée en FSI pour assurer sa dictature au cas où le peuple se montrerait contre sa politique contraire aux intérêts du pays.
En quelque sorte on lui octroie une milice choisie par lui pour sa propre sécurité payée par les contribuables pour mieux les supprimer. NOTRE PRÉSIDENT ET SA SUITE SONT ILS AU COURANT DE CES MAGOUILLES? A T-IL DONNE SON ACCORD POUR AVOIR UNE ARMÉE INDEPENDENTANTE DE L'ARMÉE LIBANAISE POUR DÉCIDER DE LA GUERRE ET UNE AUTRE POUR DÉCIDER DE SEMER LE TROUBLE ET AGRESSER DES LIBANAIS POUR AVOIR OSÉ DENONCER CES AGISSEMENTS.
ET ILS VIENNENT NOUS DIRE LA MAIN SUR LE CŒUR QU'ILS SONT POUR L'UNITÉ DU PEUPLE LIBANAIS ET OEUVRENT POUR SON SALUT.
BANDE DE TRAITRES. IL FAUT METTRE DEHORS BERRY, HASSAN NASRALLAH ET LEURS MILICES ILLÉGALES AVANT QUE LE PEUPLE NE S'EN CHARGE EN COMMENÇANT PAR LA TÊTE DU SERPENT QUI REGARDE FAIRE ET NE SE MANIFESTE QUE QUAND LES LIBANAIS DÉCIDENT DE LES REMETTRE DANS LE DROIT CHEMIN POUR NOUS PARLER DE SON AUTORITÉ PRESIDENTILELLE ET SA CAPACITÉ DE BLOQUER LA FORMATION D'UN GOUVERNEMENT POUR SAUVER CE PAYS LORSQUE HN N'EST PAS D'ACCORD SUR LE NOM D'UN HOMME INTÈGRE QUI VIENDRAIT NOUS TIRER DE CET ENFER INFESTÉ DE DIABLES.

Honneur et Patrie

Hitler avait ses chemises brunes.
Mussolini ses chemises noires.
Le Hezbollah ses chemises et masques noires des supplétifs des Pasdaran.
Nabih Berry sa garde chiite privée devenue publique du Parlement à sa tête le généralissime Abou-Khachbé transformée en garde chiite de l'axe irano-perse.
Toutes ces "Légions" pour tabasser jusqu'au dernier Libanais au Liban.

Marionet

Un article passionnant qui donne des infos rares y compris sur le mode de fonctionnement des différentes structures de maintien de l'ordre. On y apprend beaucoup beaucoup de choses y compris que M. Berri a recyclé des anciens d'Amal dans la "police du Parlement" devenue une quasi-milice à sa main. Mais on apprend aussi des choses intéressantes sur les techniques d'intervention anit-émeutes. Visiblement, les militaires sollicités ici sont des hauts gradés et ne sont pas avares en détails très explicites. Super papier!

LeRougeEtLeNoir

Cet article met en lumière , sur un petit exemple , de manière précise , comment et sur quoi se construit le clientélisme. Il devrait figurer dans tous les manuels de sciences politiques comme un ‘cas’ d’étude car on y retrouve tous les éléments des pathologies des institutions:
- appropriation d’organismes etatiques à des fins personnelles
- viol des structures décisionnaires et hiérarchiques au niveau des institutions
- trafic d’influence
etc...


Gebran Eid

VRAIMENT UN TRÈS GRAND MERCI À JEANINE JALKH. IL A FALLU BEAUCOUP DE COURAGE POUR NOUS OFFRIR CES INFORMATIONS CAPITALES SUR BERRI. ON CROIT VRAIMENT RÊVER. LE POUVOIR QU'IL POSSÈDE BERRI SUR NOUS TOUS. WOW WOW WOW

Liberté de Penser

Heureusement qu’on a encore notre vaillante armée qui essaye tant que possible de protéger les honnêtes citoyens des hordes de sauvages qui les attaquent qu’ils soient en civil ou en uniforme illégal selon cet article

Cadige William

Ce vernis de civisme et de modernisme dont veulent a tout prix se draper et se feliciter certains défenseurs de notre Système et de nos Institutions tant militaires que Gouvernementales doit s être craquelé bien vite apres les incidents de ces derniers jours.
Nous avons toujours ete la risée du monde que ce soit dans les corridors des chancelleries occidentales ou dans les rapports d’Amnesty International pour ne citer que ces deux cas.
Esperons que cette revolution soit le debut de changements essentiels et radicaux pour la prochaine generation, tant dans nos Institutions que dans nos moeurs féodales et confessionnelles.

Mike

Rien de tout cela explique les centaines de bombes lacrymogènes lancées depuis un char.
Je doute que l'agent qui etait dans l'engin appuyant sur le bouton pour les lancer sur les manifestants pacifiques avait peur pour sa sécurité, ni même pour sa mission vu que les lacrymogènes étaient lancées loin du parlement au delà de la place des martyrs.

Yves Prevost

Le même enchevêtrement de prérogatives qu'à la sécurité de l'aéroport! Autrement dit, personne n'est responsable!
Et pourtant, cette opération ne semble s'être déroulée de façon fortuite, mais avoir été sérieusement préparée: d’abord des provocations envers les forces de l'ordre, pour justifier ensuite une répression musclée. Mme le ministre de l'Intérieur l'a clairement laissé entendre.
Dès lors, il est facile sur les vidéos d'identifier les acteurs de cette répression sauvage et de remonter jusqu'à la tête qui l'a ordonnée. Mais comme on sait déjà le nom qui ressortira de l'enquête, osera-t-on aller jusqu'au bout?

NAUFAL SORAYA

Qui??? Personne, comme d'habitude.... Personne n'a donné d'ordre, personne n'a commis d'erreur, personne n'a signé une autorisation de détruire un site, personne n'a dilapidé des fonds...

Les crimes se font par le mystère du Saint-Esprit... Et comme c'est un mystère...

Antoine Eddé

Stupéfiant. Il serait intéressant de transmettre à la presse européenne cet article. Nos pauvres révolutionnaires pacifiques se font tabasser sauvagement par la milice personnelle d'un homme politique déguisée en FSI et payée par ... nous (et lui pour la helwayné...)

Gebran Eid

APRÈS LA LECTURE DE CET ARTICLE QUI DONNE FROID AU DOS, IL FAUT ÊTRE UN ABRUTI POUR NE PAS DEVINER QUI A ORDONNÉ LA REPRESSION DANS LE CENTRE VILLE DE BEYROUTH.

Gebran Eid

TRÈS TRÈS INTÉRESSANT CE QU'ON VIENT D'PRENDRE. BERRI CONTROLE PLUSIEURS MILICES PROPREMENT LOYALES À SA PERSONNE ET SON SERVICE. ILS SONT BIEN CHOISIS UN PAR UN. CETTE INFORMATION ME DONNE FROID AU DOS. DANS TOUTES LES HISTOIRES DES MAFIAS QUE JE CONNAIS, JE N'AI JAMAIS ENTENDU DANS MA VIE QU'UNE SEULE PERSONNE CONTROLE TANT DES MILICES À LA FOIS POUR SON PROPRE INTERET. WOW ET PERSONNE N'A REMARQUÉ ÇA DE TOUS LES NULS RESPONSABLES POLITIQUES AU LIBAN QUI NOUS GOUVERNENT ?! ON COMPREND MAINTENANT LE POURQUOI TOUT LE MONDE SE DÉPLACE CHEZ LUI À AIIN EL TINÉ. ON PEUT DIRE QUE C'EST BERRI ET NON NASRALLAH QUI GOUVERNE LE LIBAN. IL A PLACÉ SES HOMMES PARTOUT. IL FAUT COMMENCER PAR DÉLOGER CE MONSIEUR AVANT MÊME AOUN.

Gros Gnon

Oui, eh bien, tous ces gardiens de la paix, au lieu de la garder, ils feraient mieux de nous la foutre...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MA FI GHAYRON ! LA TUNIQUE NOIRE ET GOUPIL. IL SEMBLE QU,ILS ONT INFILTRE LES FORCES SPECIALES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants