X

À La Une

Consultations parlementaires : Hassane Diab favori pour le poste de Premier ministre

Liban

Hassane Diab, qui fut ministre de l’Éducation dans le gouvernement de Nagib Mikati entre 2011 et 2014, assuré d'avoir plus de 70 voix après l'accord Hezbollah-Amal-CPL autour de son nom. 

OLJ
19/12/2019

Le président libanais, Michel Aoun, a lancé jeudi les consultations parlementaires contraignantes, plusieurs fois reportées, en vue de nommer le futur Premier ministre en remplacement de Saad Hariri qui a démissionné fin octobre, sous la pression de la rue qui manifeste depuis deux mois pour réclamer la chute de toute la classe dirigeante, et a annoncé mercredi renoncer à sa succession.

Hassane Diab, vice-président de l'Université américaine de Beyrouth (AUB) et ex-ministre de l'Education (2011-2014), est présenté comme le favori pour prendre la suite de Saad Hariri, après des semaines de tergiversations. En effet, selon des informations parues la nuit dernière dans plusieurs médias locaux, le Hezbollah, le mouvement Amal et le Courant patriotique libre se seraient accordés sur la nomination de Hassane Diab. A eux trois, ces mouvements contrôlent plus de 70 sièges au Parlement, qui compte 128 élus. Ingénieur de 60 ans, peu connu du grand public, Hassane Diab aura pour tâche de s'atteler à la crise politique et économique aiguë que traverse le pays depuis des semaines.

Au bord de l'effondrement économique, le Liban vit depuis le 17 octobre au rythme d'un soulèvement populaire inédit contre l'ensemble de la classe dirigeante, accusée de corruption et d'incompétence. Après avoir obtenu la démission de M. Hariri et de son gouvernement le 29 octobre, le mouvement réclame la formation d'un cabinet de technocrates, indépendants du sérail politique au pouvoir depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). La formation d'un gouvernement est par ailleurs présentée par la communauté internationale comme la condition sine qua none à toute aide financière en faveur du Liban.



(Lire aussi : Qui succédera à Saad Hariri ?)




Hariri laconique
C'est le Premier ministre sortant qui a ouvert le bal des consultations parlementaires à Baabda. "Que Dieu vous bénisse tous. Je vous souhaite de bonnes fêtes", s'est-t-il contenté de déclarer à l'issue de son entretien de 10 minutes avec le chef de l'Etat. Mercredi soir, Saad Hariri, qui était pressenti pour être nommé à nouveau comme Premier ministre, a dit qu'il renonçait à diriger le futur gouvernement. "J'ai sérieusement œuvré à répondre à leur demande d'un gouvernement de technocrates, que je considérais comme le seul capable de résoudre la grave crise sociale et économique" du pays, a dit M. Hariri. Mais des "positions prises ces derniers jours sur la question de ma désignation" rendent impossible toute reconduction, a-t-il ajouté dans une claire allusion au veto des partis chrétiens Forces libanaises et du Courant patriotique libre à sa reconduction à son poste. M. Hariri s'est souvent présenté comme un partisan des réformes économiques pris en otage par les réticences de la coalition gouvernementale. Mais les manifestants le perçoivent comme un des représentants d'un système héréditaire et ankylosé.


Qui a nommé qui ?
Après l'entretien de MM. Aoun et Hariri, à 10h30, c'est l'ex-Premier ministre Nagib Mikati qui a été reçu par le chef de l'Etat à 10h45, puis l'ex-Premier ministre Tammam Salam à 11h. Les deux hommes ont annoncé qu'ils ne nommeraient personne. Le vice-président du Parlement, Elie Ferzli, a, lui, nommé Hassane Diab. "J'ai tout fait pour que Saad Hariri devienne Premier ministre en tant que principale composante de la communauté sunnite. Mais après son renoncement, il était urgent qu'un Premier ministre soit désigné et qu'un gouvernement soit formé. C'est pour cela que j'ai nommé Hassane Diab", a déclaré M. Ferzli à l'issue de son entretien avec le président Aoun.

Le bloc du Futur (18 députés au total, mais Bahia Hariri ne s'est pas présentée), affilié au Premier ministre sortant Saad Hariri, a annoncé qu'il ne nommerait personne pour le poste de Premier ministre. "Nous voulions un gouvernement de technocrates, mais cela ne s'est pas fait. Nous n'avons donc nommé personne", a déclaré Samir Jisr à l'issue de la réunion du bloc avec le président Aoun. La décision de ne nommer personne a été prise lors d'une réunion du groupe parlementaire à la Maison du Centre peu avant le début des consultations. "Félicitations, il y a une nomination", avait lancé M. Hariri au cours d'un bref échange avec des journalistes à l'issue de cette réunion, avant de se rendre au palais présidentiel.

Le bloc de la Fidélité à la Résistance (12 députés), affilié au Hezbollah, a sans surprise nommé M. Diab. "Nous nommons Hassane Diab et nous appelons à la coopération de tous pour sauver le pays de la crise", a déclaré le chef du bloc parlementaire Mohammad Raad à l'issue de sa réunion avec le chef de l'Etat.

Le bloc affilié au mouvement des Marada de Sleiman Frangié (5 députés) a lui aussi nommé Hassane Diab.

Première surprise de la journée, le bloc du Parti socialiste progressiste (9 députés), la formation du leader druze Walid Joumblatt, a décidé de nommer l'ambassadeur à l'ONU, Nawaf Salam, pour le poste de Premier ministre, affichant ainsi clairement son rejet d'un gouvernement de Hassane Diab. "Nous espérons la formation d'un gouvernement le plus rapidement possible pour résoudre la crise économique du pays", a déclaré Taymour Joumblatt, chef du bloc.

Le bloc centriste (4 députés) de M. Mikati n'a nommé personne pour la fonction de chef du gouvernement. "La non-nomination ne signifie pas qu'il n'y aura pas de coopération", a toutefois déclaré Jean Obeid, l'un des membres du bloc.

Le bloc du Parti syrien national social (3 députés) a nommé Hassane Diab.  "Nous sommes attachés à la paix civile et à l'unité nationale", a déclaré Assad Hardane, l'un des députés du bloc.

A l'instar du PSP, le bloc des Kataëb (3 députés) a décidé de nommer Nawaf Salam, pour le poste de Premier ministre. "Nous avons décidé de nommer Nawaf Salam, un Premier ministre neutre pour diriger un gouvernement, conformément à la volonté du peuple qui se révolte et qui veut un changement de la réalité politique du pays", a déclaré le chef des Kataëb et député du Metn, Samy Gemayel, mettant en garde contre "la logique des alignements politiques" et un "retour en arrière".

Le bloc de la Rencontre consultative (5 députés), qui regroupe des élus sunnites pro-8 Mars, a nommé Hassane Diab pour "former un gouvernement de salut national", a annoncé Fayçal Karamé à l'issue de son entretien avec le chef de l'Etat.

Le bloc de la République Forte (15 députés), affilié aux Forces libanaises de Samir Geagea, a décidé de ne nommer personne pour diriger le nouveau gouvernement. "Conformément aux positions de principe que nous avons édictées, nous n'avons nommé personne", a déclaré le député Georges Adwane. "S'il n'y a pas de changement dans la façon d'appréhender les choses, alors notre pays continuera à s'enfoncer", a-t-il prévenu.

Fouad Makhzoumi, député sunnite de Beyrouth, dont le nom a circulé ces dernières semaines pour le poste de Premier ministre d'un gouvernement soutenu par le Hezbollah et ses alliés et Oussama Saad, député sunnite de Saïda et chef de Organisation populaire nassérienne, qui ont pris fait et cause à la contestation, ont décidé de ne pas nommer de Premier ministre. Pareil pour les députés indépendants Chamel Roukoz et Neemat Ephrem (affiliés dans le passé au Courant patriotique libre).

Jamil el-Sayyed, proche du Hezbollah, a pour sa part annoncé qu'il avait nommé Hassane Diab, sans pour autant garantir qu'il donnera la confiance au prochain gouvernement.

De son côté, Paula Yacoubian, la seule député issue d'une liste de la société civile, a nommé Halima Qaaqour, mettant en garde contre un "gouvernement de confrontation" et appelant à la formation d'un gouvernement composé de technocrates indépendants des formations politiques. L'ancien ministre Nouhad Machnouk a, lui, nommé Nawwaf Salam.

Edy Demirdjian, député de Zahlé, a, lui, décidé de ne pas prendre part aux consultations "conformément à la volonté des habitants de Zahlé". Par ailleurs, Michel el-Murr, député du Metn, ne s'est pas rendu au palais de Baabda pour des raisons de santé.

Le bloc du Développement et de la libération (17 députés), affilié au mouvement Amal du président du Parlement Nabih Berry, a nommé Hassane Diab, ministre de l'Education dans le gouvernement de Nagib Mikati entre 2011 et 2014, pour diriger le nouveau gouvernement dans le cadre des consultations parlementaires contraignantes visant à désigner le futur Premier ministre.

Le bloc du Liban Fort (19 députés), dont le Courant patriotique libre (CPL) dirigé par Gebran Bassil est la principale composante, a nommé l'ex-ministre Hassane Diab pour diriger le nouveau gouvernement, après avoir été été reçu au palais de Baabda par le président libanais, Michel Aoun, dans le cadre des consultations parlementaires contraignantes visant à désigner le futur Premier ministre.  "Le bloc a décidé de nommer Hassane Diab, qui est indépendant politiquement et dont l'expérience passée a montré qu'il est intègre", a déclaré M. Bassil. "Notre participation au gouvernement est secondaire, et nous ne sommes pas favorables à la présence de politiciens au sein du prochain cabinet. Le plus important c'est que soit formé un gouvernement jouissant de la confiance des Libanais et du Parlement, ainsi que de l'assentiment des parties arabes et internationales", a-t-il ajouté.

Le bloc de la "Garantie de la Montagne" (4 députés), affilié au leader druze Talal Arslane, et le bloc des députés arméniens du Tachnag (3 députés), ont également nommé Hassane Diab. Enfin, le député Michel Moawad, a nommé Nawaf Salam.

A l'issue des consultations, le chef de l'Etat s'est entretenu avec le chef du Législatif sur le résultat de ses entretiens. Hassane Diab est, lui, arrivé à Baabda à 18h05. Il s'est entretenu avec le président Aoun et le président de la Chambre qui est parti sans faire de déclaration laissant les deux hommes s'entretenir en tête-à-tête.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir du Liban, le poste de Premier ministre revient à un membre de la communauté sunnite quand celui de président revient aux chrétiens maronites et la présidence de l'Assemblée nationale aux musulmans chiites.
Reste que M. Diab ne bénéficie pas de la couverture sunnite.



Lire aussi

Après la décision de Hariri, le flou reste total, le décryptage de Scarlett HADDAD

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MGMTR

Je pense qu'il est prudent de ne émettre une opinion négative avant de savoir à quoi le gouvernement va ressembler. La couleur d'un gouvernement ne se fait pas forcément selon les désignations du PM par les partis.

Honneur et Patrie

Le Liban traverse une crise majeure, la plus importante dans son histoire moderne : Clientélisme politique, pauvreté importante de la population, mépris social, népotisme et corruption généralisée, communautarisme moyenâgeux, armée et structures (ports et douanes) parallèles... Tous les ingrédients réunis en sus d'un Islamistan à l'iranienne qui de dessine à l'horizon sous les regards ébahis d'un CPL sous-complice danbs on rôle de "feuille de figue".
En dépit de tout cela, nommer un "second couteau" pour remédier à tout cela, c'est vider l'océan Atlantique avec un dé.
Mes premiers baluchons sont près e la porte !
P.S. : L'OLJ vient d'annoncer que lez Pa

Citoyen

Regardez les avec leurs têtes de vampires en réunion costumée. On a l'impression qu'ils présentent leurs condoléances.
Admirez aussi le large sourire et l'autosatisfaction des représentants des barbus, un contraste avec un peuple au bord de la rupture.
Nos sangsues, invités (de force ou par intérêt) par le Hzb, pour entériner la mise à mort des espoirs d'un peuple qui y a cru. Mais le peuple n'a plus rien à perdre, et n'a sûrement pas dit son dernier mot.

Jean Michael

Je vois une repression sanglante en 2020. Pauvre peuple du Liban. Tes dirigeants(presidents de la republique -Chretiens) t'ont trahi et mis le loup dans la bergerie. Il n'en sortita qu'au prix de sang et tragedies.

B M

C'est un gouvernement du Hezb qui se profile. Le Liban entre donc pleinement dans le giron iranien. Vu les difficultés économiques du parrain, on ne peut pas espérer un règlement de la situation ici. Nous devenons un pays paria aux de l'Occident et des Arabes du golfe. Bravo, très bien joué.

JiJii

Une 1/2 solution qui remettra le pays en route n’est-elle pas meilleure que le chaos total ? Il y a tant à faire et à réformer qu’il faut bien commencer quelque part.

Pierre Hadjigeorgiou

Bonjours les Sanctions! Bonjour l’instabilité et tristement bonjour ... la guerre!

Remy Martin

On peut dire bye bye aux 11md de dollars. RdV dans 3 ou 4 mois lorsque le dollar passera le cap des 10,000 LL. A bon entendeur ...

Jack Gardner

cest pas fini

Gebran Eid

UN GOUVERNEMENT HOLD UP, ILS VONT FAIRE DISPARAITRE TOUTES LES PREUVES DU VOLS. ET ÇA ARRANGE TOUT CE MONDE QUI NOUS A GOUVERNÉ, Y COMPRIS HARIRI ET TOUS CES EX PREMIERS MINISTRE AVEC. CES GENS LÀ VOYAGENT LA TÊTE TRANQUILLE. TOUTES LES PREUVES SERONT FINIS

Gros Gnon

Résultat des courses, le Liban sera mis sur la liste des sanctions US, et ce qui est arrivé à la Jammal Bank arrivera à toutes les banques du Liban, avec les conséquences qu'on peut s'imaginer.

Joyeux Noël et Bonne(s) Année(s) en perspective :(

Yves Prevost

Scandaleux! Deux mois pour rien!
Un gouvernement qui ne sera qu'une copie à peine déguisée du précédent!
Bon appétit messieurs !

Wlek Sanferlou

Que ce soit publié ou non nest plus important!

Comme chantait Reggiani, "les loups sont entrer dans Beyrouth!"

Allah yisseiidak ya chaaiib lébnèn!

Sissi zayyat

Que valent quelques centaines de voix contre des millions dans la rue.
Et qu'on ne nous parle surtout pas de démocratie et de constitution lorsque ces dernières sont piétinées depuis des décennies pour être remplacées par des milices et des voyous qui régissent le pays sans qu'aucun décret ne le leur permettent.

Zeidan

Et les voyous garderont leur place ... 11 milliards de dollars à piller ...

Sissi zayyat

RESTE LE MOT FINAL. CELUI DES CITOYENS QUI SONT PRÊTS À ALLER JUSQU'AU BOUT POUR AVOIR LE GOUVERNEMENT QUI CONVIENDRAIT AUX INTÉRÊTS DU PAYS ET DU PEUPLE.
BERRY ET HN DOIVENT SE FAIRE A L'IDÉE QU'ON NE PEUT PLUS IMPOSER DES POLITICIENS DE LEUR BORD POUR QU'ILS CONTINUENT À MALMENER LE PAYS ET SON PEUPLE.
NOUS AVONS DÉJÀ UNE ARMÉE PARALLÈLE, DES FSI PARALLÈLES ET UN HOMME A LA TÊTE DE L'ÉTAT POUR LA FORME. ALORS NON ET NON.
TROP C'EST TROP...

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Nous aurons eu une révolution de la danse du ventre qui aura finit par " un bal des consultations " , le Liban restera la pays des ballets en tout genre si ce n'est le pays des balaies de toute crasse.

Citoyen

On reprend les mêmes tuteurs, les mêmes décideurs et on recommence. Si le HZB, Amal, et le CPL sont d'accord sur le choix du nouveau premier ministre, ce n'est pas du tout bon signe.

HABIBI FRANCAIS

Ce sera donc un gouvernement monochrome du 8 mars !
Pauvre Liban...l apocalypse se rapproche !

Gros Gnon

Le plus impressionnant est qu'ils arrivent à débiter toutes ces bêtises sans rire.
Soit ils nous prennent pour des imbéciles, soit, et c'est beaucoup plus grave, ils y croient vraiment...

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Ceux qui avaient cru que c'est la rue qui nomme les ministres et le gouvernement vont devoir déchanter.

Nous aurons un Liban au mieux corrigé et au pire revu .

Seule consolation à ces "revolutionnaires" invétérés, c'est un timide retour des amerloques.

Et la nave va.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST UNE MASCARADE !

Dernières infos

Les signatures du jour

impression de Fifi ABOU DIB

Les démons du fatalisme

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants