Rechercher
Rechercher

Liban

Des manifestants et une journaliste agressés dans la nuit à Aïn el-Tiné

Les contestataires accusent la police du Parlement présidé par Nabih Berry.

La journaliste Paula Naoufal et un manifestant blessé à Aïn el-Tiné. Photos Facebook

Plusieurs contestataires, qui avaient organisé des convois pour manifester devant les domiciles de plusieurs personnalités politiques, ainsi qu'une journaliste, ont été violemment agressés dans la nuit de mardi à mercredi dans le quartier de Aïn el-Tiné à Beyrouth, tout près de la résidence du président du Parlement Nabih Berry, par des agents de la police du Parlement, selon leurs témoignages.

Selon plusieurs médias locaux, plusieurs personnes ont été blessées et transportées dans des hôpitaux. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des manifestants en sang racontant avoir été frappés par les "bandits de Berry", comme les appellent les contestataires.

Plusieurs voitures ont été endommagées, dont celle de la journaliste du quotidien an-Nahar, Paula Naoufal, qui couvrait ces manifestations. Sur son compte Twitter, la journaliste, qui se trouvait dans sa voiture, a posté une vidéo juste avant son agression dans laquelle on voit des agents des forces de l'ordre patrouillant entre les voitures.

 

L'agression de ces manifestants et de la journaliste a été largement condamnée sur les réseaux sociaux.


Vitres de voiture brisées à Aïn el-Tiné. Photos Facebook



Dans la journée, la police du Parlement a donné sa version des faits. "Après minuit, des groupes de manifestants ont commencé à jeter des déchets et des bouteilles vides sur des agents protégeant les lieux, blessant l'un d'eux qui a dû être transporté à l'hôpital. Ensuite, des échauffourées ont éclaté entre la foule et les agents de police", indique un communiqué publié par le commandement de la police du Parlement à Aïn el-Tiné. "Nous respectons les lois. Les citoyens ont le droit de manifester et depuis le début du mouvement, la police du Parlement observe dans la plus grande discipline et bienveillance tous les rassemblements qui se déroulent dans notre périmètre d'action", poursuit ce texte, indiquant qu'un rapport sur les événements de la nuit dernière a été remis à la présidence du Parlement. "Nous affirmons notre attachement à régler les conflits et à préserver la sécurité des manifestants et des agents de la police du Parlement", conclut ce texte.

Avant d'arriver à Aïn el-Tiné, les protestataires avaient organisé plusieurs manifestations devant les domiciles de différentes personnalités politiques à Beyrouth, notamment devant celui du leader druze Walid Joumblatt, dans le quartier de Clémenceau, de la procureure de la cour d’Appel du Mont-Liban, la juge Ghada Aoun, et du député Nicolas Sehnaoui (Courant patriotique libre) à Achrafieh.

Ces dernières semaines, les manifestants se sont plaints de la violence des forces de l'ordre dans le maintien de l'ordre, s'étonnant du fait que les partisans du Hezbollah et du mouvement Amal (de M. Berry) qui avaient attaqué les protestataires le 25 novembre dernier sur la voie-express du Ring courent toujours.

Dans ce contexte, une réunion s'est tenue mercredi au ministère de l'Intérieur entre la ministre sortante Rayya el-Hassan, le directeur général de la Sûreté générale Abbas Ibrahim et le directeur des Forces de sécurité intérieure Imad Osman afin de discuter des mesures prises par les forces de l'ordre pour préserver la sécurité des citoyens et des manifestants ainsi que celle des biens publics et privés.



Lire aussi

Arrestations musclées de centaines de personnes depuis le début des manifestations


Plusieurs contestataires, qui avaient organisé des convois pour manifester devant les domiciles de plusieurs personnalités politiques, ainsi qu'une journaliste, ont été violemment agressés dans la nuit de mardi à mercredi dans le quartier de Aïn el-Tiné à Beyrouth, tout près de la résidence du président du Parlement Nabih Berry, par des agents de la police du Parlement, selon...

commentaires (17)

Ces agissements sont ceux de voyous et pas de forces officielles chargées de protéger les citoyens.

Liberté de Penser

21 h 26, le 11 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Ces agissements sont ceux de voyous et pas de forces officielles chargées de protéger les citoyens.

    Liberté de Penser

    21 h 26, le 11 décembre 2019

  • N'EST CE PAS CURIEUX ? LES AGENTS DU POUVOIR N'ONT JAMAIS ENTRE LES MAINS DES VDO, CCTB ETC... QUI PUISSENT ATTESTER LEUR DIRES, VERIFIER DE LEUR INNOCENCE , ACCABLER LES MANIFESTANTS !

    gaby sioufi

    17 h 41, le 11 décembre 2019

  • Y a t,il eu des détritus lancés devant les domiciles de Nicolas Sehnaoui, Ghada Aoun et Walid Joumblatt? Les détritus ont été lancés avant ou après le tabassante? Raya El-Hassan enquêtez svp. Appui sans réserve à Mme Saïd

    Allam Charles K

    17 h 39, le 11 décembre 2019

  • Il est clair qu'une partie des manifestants a perdu tout sens de dignité et de contrôle de soi ! Ce n'est pas en lançant des des sacs pleins de détritus ramassés dans les poubelles en direction des domiciles de certains politiciens comme hier à Tripoli et en les insultant que l'on peut prétendre faire la révolution ! Avec de tels comportements on n'est plus un manifestant révolutionnaire, mais un délinquant de droit commun méprisable, rien de plus...et on provoque des réactions tout aussi violentes et méprisables comme celles de Aïn el-Tiné. La violence engendre la violence en un cercle vicieux nocif et surtout inutile et improductif, dont certains profitent sans honte ! Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 20, le 11 décembre 2019

  • Berry tlaa3 barra !

    Aboumatta

    15 h 23, le 11 décembre 2019

  • Ceux qu'on voit brutaliser les citoyens n'ont rien à voir avec la police libanaise. C'est un détachement de la gendarmerie qui est mis uniquement à la disposition de l'inoxydable BERRY mais qui est tout de même payé par l'état et ne jure que par leur maître. Il faut le savoir.

    Citoyen

    15 h 10, le 11 décembre 2019

  • Vivement le changement intégral de TOUTE la classe politique: Arrestation, Jugement, Inculpation, Retour de TOUS leurs patrimoines volés à l'Etat et aux citoyens, et détention à vie aux 20ème et 30ème sous-sols de nouvelles structures carcérales adaptées à leurs exécrables profils ... Pas de pitié ni de pardon.

    Remy Martin

    14 h 18, le 11 décembre 2019

  • Depuis le début du mouvement citoyen, l'armée fait raisonnablement son travail, protégeant les manifestants tout en dégageant des axes routiers, dans un équilibre difficile à tenir. Jusqu’à présent, chapeau ! La police, par contre, a pris une position très douteuse. Ce sont probablement les ordres ministériels ou la simple suite de la corruption, mais elle laisse les voyous s’infiltrer – n’intervient pas quand ceux-ci frappent, bastonnent et détruisent – et fait preuve d’une violence partisane. Il est certain une fois qu’un gouvernement propre en place, il sera nécessaire de procéder à une large épuration dans ses rangs.

    TORIEL Raphael

    13 h 43, le 11 décembre 2019

  • Depuis le début du mouvement citoyen, l'armée fait raisonnablement son travail, protégeant les manifestants tout en dégageant des axes routiers, dans un équilibre difficile à tenir. Jusqu’à présent, chapeau ! La police, par contre, a pris une position très douteuse. Ce sont probablement les ordres ministériels ou la simple suite de la corruption, mais elle laisse les voyous s’infiltrer – n’intervient pas quand ceux-ci frappent, bastonnent et détruisent – et fait preuve d’une violence partisane. Il est certain qu’une fois qu’un gouvernement propre en place, il sera nécessaire de procéder à une large épuration dans ses rangs.

    TORIEL Raphael

    13 h 40, le 11 décembre 2019

  • "...bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent" Luc 6:28 (Car seul Dieu peut vaincre Le Mal)

    Eddy

    12 h 58, le 11 décembre 2019

  • Un vrai scandale:NB à lâché ses sbires pour tabasser des manifestants pacifiques et des journalistes. Vivement que tous ces caïds soient dégommés et jugés.

    Marionet

    12 h 55, le 11 décembre 2019

  • La violence est le langage de la peur, du désarroi, de l'impuissance

    Nadine Naccache

    12 h 30, le 11 décembre 2019

  • manifester est un droit citoyen ; agresser ,tabasser est un délit qui doit etre puni par la loi! ou est la loi?J.P

    Petmezakis Jacqueline

    12 h 30, le 11 décembre 2019

  • On voit de forces de l'ordre sur les photos. Que font ils au juste? Bandes de voyous vendus. Les deux poids deux mesures finiront par avoir raison de ce pays qui n'a rien appris malgré tous les malheurs qu'il a subi et continue de subir. Les casseurs de vitres et d'os arrivent toujours à s'infiltrer comme par hasard armes de bâtons et d'autres objets sans que les hommes en uniforme n'interviennent et ils nous parlent de complotistes extérieur. Le pays est ro ge par les complotistes étrangers et cherche ailleurs le coupable. HONTE À CHACUN DES MEMBRES DE SÉCURITÉ QUI FEIGNE LA PROTECTION DU PEUPLE ALORS QU'IL JOUE AU SPECTATEUR PENDANT QUE LE SANG DES CITOYENS COULE SOUS LEURS YEUX.

    Sissi zayyat

    12 h 17, le 11 décembre 2019

  • CHERCHEZ LE HEZBO, AMAL ET LE CPL. TRISTE REALITE. LA HAINE ENVERS CEUX QUI NE PARTAGENT PAS LEURS AVIS LES AVEUGLE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 11, le 11 décembre 2019

  • Triste réalité de ce pays qui ignore le dialogue et ne connaît que le langage de la violence. Il faut que ça change.

    Citoyen

    11 h 30, le 11 décembre 2019

  • Là où il y a de la violence, de la haine, du racisime il y a les mercenaires de Amal, Hezb ou encore le CPL...

    Jack Gardner

    10 h 46, le 11 décembre 2019