crise

Plus d'un millier de réfugiés syriens quittent le Liban pour la Syrie

Selon la SG, "un total de 1.498 réfugiés sont rentrés via les postes-frontières de Masnaa, Qaa, Abboudiyé et Zamrani", lors de cette opération de "retour volontaire", menée en coopération avec le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Un groupe de réfugiés syriens s'apprêtant à quitter Tripoli, au Liban-Nord, le 3 décembre 2019 sous la supervision de la Sûreté générale. Photo ANI

Plus d'un millier de réfugiés syriens ont quitté mardi le territoire libanais, dans le cadre des opérations supervisées par la Sûreté générale libanaise en coordination avec le régime du président syrien Bachar el-Assad.

Selon un communiqué publié en fin d'après-midi par la Direction générale de Sûreté générale, en charge de ces opérations de rapatriement, "un total de 1.498 réfugiés sont rentrés en Syrie via les postes-frontières de Masnaa, Qaa, Abboudiyé et Zamrani", lors de cette opération de "retour volontaire", menée en coopération avec le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), un groupe de 500 réfugiés syriens est rentré chez lui depuis la Békaa. Trois-cent à partir du passage frontalier de Joussiyé, et 200 depuis les campements installés dans le village de Ersal. Des dizaines d'autres familles ont également quitté le village de Qaa. A Beyrouth, un groupe s'est rassemblé à Bourj Hammoud, en attendant d'être rapatrié. Dans la Cité sportive, également située dans la capitale, 71 familles se sont regroupées avant d'être évacuées à bord des bus verts du gouvernement syrien. Un autre groupe de 25 Syriens a quitté Nabatiyé, au Liban-Sud, sous la supervision de l'armée. Dans le Nord, à Tripoli, un autre groupe dont le nombre n'est pas spécifié a également quitté le Liban en direction de la Syrie. Les enfants ont été vaccinés par des médecins du ministère de la Santé. Toujours dans le Nord, un autre groupe composé de plusieurs familles qui résidaient dans divers villages de la région a pris la direction de la Syrie à travers le passage frontalier de Abboudiyé. Des bus de l’État syrien ont été affrétés dans le cadre de cette opération.

Le 10 octobre dernier, le président libanais Michel Aoun avait indiqué que 276.000 déplacés syriens, ayant fui le conflit qui ravage leur pays depuis 2011, ont quitté le Liban depuis le début des opérations de retour volontaire menées par la Sûreté générale il y a plusieurs mois. Le 1er novembre, quarante familles syriennes avaient quitté le territoire libanais, et le 9 octobre, un nouveau groupe de près d'un millier de réfugiés syriens avait quitté le Liban dans le cadre de ces opérations.

Avec une population de quatre millions d'habitants, le Liban affirme accueillir entre 1,5 million et deux millions de Syriens, dont un million inscrits comme réfugiés auprès de l'ONU. Régulièrement, des voix s'élèvent au sein de la classe politique et dans les médias pour réclamer leur départ, mettant en avant la fin des combats dans plusieurs régions syriennes et leur reprochant de contribuer aux difficultés économiques du pays.

Récemment le gouvernement libanais a accentué la pression sur les réfugiés pour les renvoyer en Syrie, craignant leur installation permanente sur son sol. Des ONG ont notamment dénoncé l'ordre donné aux réfugiés de détruire leurs abris en dur, autorisant uniquement l'utilisation de bois et de bâches en plastique.


Lire aussi
Devant le siège de l’UE, des partisans du CPL réclament le départ des réfugiés

« On espère tous que le Liban ne subira pas le même sort que la Syrie »

Arrestations, pots-de-vin : le rapport d'une ONG sur les retours dans la Syrie du régime


Plus d'un millier de réfugiés syriens ont quitté mardi le territoire libanais, dans le cadre des opérations supervisées par la Sûreté générale libanaise en coordination avec le régime du président syrien Bachar el-Assad.

Selon un communiqué publié en fin d'après-midi par la Direction générale de Sûreté générale, en charge de ces opérations de rapatriement,...

commentaires (2)

Il faut le dire au Gebran, lui qui dans un élan d'excès de zèle organisait des manifestations pour les mettre dehors sous prétexte de nationalisme. Tout s'organise sans qu'il se mêle. Le pays n'a pas de moulin. Ils ont assez déplacé du vent tous et on voit le Résultat.

Sissi zayyat

18 h 34, le 03 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il faut le dire au Gebran, lui qui dans un élan d'excès de zèle organisait des manifestations pour les mettre dehors sous prétexte de nationalisme. Tout s'organise sans qu'il se mêle. Le pays n'a pas de moulin. Ils ont assez déplacé du vent tous et on voit le Résultat.

    Sissi zayyat

    18 h 34, le 03 décembre 2019

  • Ya plus que 1.3 Million à faire rentrer chez eux… Le Hezb et L’Iran on le pouvoir de les faire rentrer du jour au lendemain, vu que la guerre est Fini... Pourquoi ils ne le font pas ? Pour suffoquer le Liban ? Ils les gardent comme Joker ?...

    Jack Gardner

    18 h 04, le 03 décembre 2019