Liban

L’administration Trump débloque 105 millions de dollars d’assistance militaire au Liban

OLJ
03/12/2019

L’administration Trump a discrètement débloqué hier plus de 100 millions de dollars d’assistance militaire au Liban après des mois de retard inexpliqué, a rapporté l’agence de presse AP. Citant deux sources au Congrès et un responsable de l’administration qui ont requis l’anonymat, l’agence précise que les 105 millions de dollars destinés à l’armée libanaise ont été débloqués la semaine dernière.

Le 19 novembre, le numéro trois de la diplomatie américaine et ancien ambassadeur des États-Unis au Liban David Hale avait confirmé que la Maison-Blanche avait gelé depuis l’été dernier une aide militaire au Liban, sans fournir de raison au reste de l’administration américaine. Le gel de l’aide avait été décidé avant l’actuelle crise politique née de la démission du Premier ministre Saad Hariri.Par ailleurs, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a estimé hier que le rejet de l’Iran était à l’origine des mouvements de contestation populaire qui ébranlent plusieurs pays de la région, dont le Liban et l’Irak.Tout en reconnaissant qu’il est difficile de faire des comparaisons entre les manifestations massives anticorruption et antigouvernementales qui se multiplient aux quatre coins de la planète, le secrétaire d’État a évoqué un point commun au Moyen-Orient.

« Le Premier ministre irakien a démissionné au cours des dernières 48 heures. Il l’a fait parce que les gens demandaient la liberté alors que les forces de sécurité ont tué des dizaines et des dizaines de personnes », a-t-il relevé lors d’une intervention dans l’État du Kentucky.

« Tout cela est dû en grande partie à l’influence iranienne », a-t-il affirmé. « La même chose est vraie au Liban : les manifestations à Beyrouth reflètent le désir des Libanais de toutes les religions, des chrétiens, des musulmans sunnites, à travers tout le pays », qui « veulent que le Hezbollah et l’Iran laissent le pays en paix, sortent du système et cessent d’être une force violente et répressive », a-t-il martelé. M. Pompeo a ajouté que le « rôle » des États-Unis était « de soutenir la liberté partout où c’est possible ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

Elle débloque comme ça, sur une saute d'humeur ?

En effet l'administration américaine débloque sérieusement.

Yves Prevost

Au moins, les américains ne sont pas rancuniers! On les a pourtant suffisamment insultés!

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants