X

Liban

À la recherche du dialogue rompu

Crise

Aparté politique à Baabda entre les trois présidents ce matin, après la parade de Yarzé.


Fady NOUN | OLJ
22/11/2019

C’est la voix de la raison qu’a tenté de faire entendre le président de la République, dans l’appel au dialogue qu’il a lancé hier aux manifestants sur les places, à l’occasion du 76e anniversaire de l’indépendance. Le chef de l’État a mis au crédit du soulèvement populaire beaucoup de points positifs, allant jusqu’à affirmer qu’il trouve en lui le levier inespéré et indispensable pour enfin mener à bien la lutte contre l’hydre de la corruption (voir par ailleurs). Dans les milieux du soulèvement populaire, on a accueilli ce discours par un surcroît de mobilisation, tout en affirmant que la confiance est perdue dans l’establishment actuel.

Pourtant, concrètement, après la démission de Saad Hariri, l’anniversaire de l’indépendance ne semble s’accompagner d’aucun signe de progrès sur le plan de la formation d’un nouveau gouvernement. Alors que les banques lient l’assouplissement du contrôle relatif qu’ils imposent aux capitaux à l’existence d’un nouveau gouvernement, on continue en pratique de tourner en rond tandis que le rythme de l’économie se ralentit de plus en plus.

Des cercles politiques proches des tractations en cours, confirmés par des sources à Bkerké, croient savoir que parmi les nouveaux noms qui circulent comme chefs de gouvernement potentiels en remplacement du Premier ministre sortant, rejeté par le soulèvement populaire, figure celui de Samir el-Jisr, député membre du courant du Futur, classé comme modéré. S’y ajoute, selon d’autres sources, celui de la députée Bahia Hariri. Mais les noms seuls ne suffisent pas à rassurer, faute d’un accord sur la forme du prochain gouvernement.

Or, à ce niveau, le blocage reste total entre, d’une part, le président du Conseil sortant qui insiste sur la formation d’un cabinet de technocrates conforme aux vœux du soulèvement populaire et, d’autre part, le chef de l’État qui se fait l’écho du Hezbollah, favorable à un cabinet techno-politique qui, bien qu’étoffé de spécialistes, refléterait toujours la majorité parlementaire issue des dernières élections.

L’impasse à ce sujet étant totale, on répète par ailleurs dans le camp du tandem chiite que « ce sera Saad Hariri ou quelqu’un que choisirait Saad Hariri, mais de préférence Hariri », qui sera le prochain Premier ministre. Ce faisant, le Hezbollah exclut absolument la possibilité de former un « cabinet de confrontation », comprendre un cabinet qui reposerait sur une majorité parlementaire dont serait absent – ou exclu – le courant du Futur.

Cela dit, la crise libanaise, qui est bien engagée dans son second mois, commence à inquiéter les chancelleries occidentales. C’est ainsi qu’une réunion de concertation regroupant l’émissaire français Christophe Farnaud, qui se trouvait il y a peu au Liban, et le sous-secrétaire d’État américain pour les Affaires du Proche-Orient David Shenker s’est tenue hier à Paris, en présence aussi, croit-on savoir, d’un diplomate britannique.


(Lire aussi : Tirelires et tire-au-flanc, le billet de Gaby NASR)


Le CPL à Bkerké et Aïn el-Tiné

Sur le plan local entre-temps, le Courant patriotique libre s’est activé hier en direction du siège patriarcal maronite et de la présidence de la Chambre. C’est ainsi que le ministre de la Défense Élias Bou Saab s’est entretenu avec Nabih Berry, tandis que le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, recevait le député Ibrahim Kanaan, président de la commission parlementaire des Finances.

M. Bou Saab est resté muet à sa sortie sur la nature de son entretien. Toutefois, on sait que plusieurs responsables politiques, notamment ceux issus du Hezbollah, ont critiqué l’armée et les forces de sécurité en affirmant que celles-ci n’avaient pas pris les mesures adéquates pour assurer la tenue de la séance parlementaire du 19 novembre.

Pour sa part, le président de la Chambre a adressé ses vœux aux Libanais en leur rappelant qu’ils ont « forgé leur indépendance grâce à leur unité », les invitant à préserver celle-ci et « à ne pas se laisser prendre au piège de la discorde, qui est plus amère que la mort ».

Pour sa part, M. Kanaan a affirmé à sa sortie de Bkerké que la solution à la crise qui a éclaté le 17 octobre est nécessairement « politique » et que « le dialogue et le principe de complémentarité » doivent marquer les rapports entre le soulèvement populaire et les dirigeants en place.

Dans les cercles proches du siège patriarcal, on affirmait hier soir, sur foi des dires de M. Kanaan, « qu’il y a un léger déblocage » sur le plan de la formation du nouveau gouvernement, et ce dernier a informé le patriarche de l’état de la question, tout en signalant l’existence d’une certaine tension entre les deux rues sunnite et chiite, et insisté sur l’importance « de ne pas perdre un temps précieux », comme aussi sur le fait que « pour dialoguer, il faut être deux ».

Toujours est-il que la fête de l’Indépendance n’en sera pas vraiment une cette année, le défilé militaire traditionnel ayant été remplacé, pour la première fois depuis la fin de la guerre civile, par une parade ce matin au ministère de la Défense, à laquelle assisteront restrictivement les présidents Aoun, Berry et Hariri, ainsi que les chefs des divers services de sécurité. Dans certains cercles bien informés, on assure que les trois présidents mettront cette occasion à profit pour se rendre à Baabda, où la réception officielle de l’Indépendance a été annulée, et s’y concerter.


Lire aussi

Le Hezbollah et « la patience stratégique », le décryptage de Scarlett HADDAD

À la recherche du dialogue rompu

Entre le Hezbollah et Amal, la tentation refoulée du divorce

De l’indépendance du Liban à celle des Libanais

Rachid Nakhlé et Wadih Sabra : tous pour la patrie

Intérêt international croissant pour le Liban

Indépendance : Aoun lance un nouvel appel au dialogue, toujours pas de date pour les consultations parlementaires

Indépendance du Liban : les manifestations et événements prévus à travers le pays

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Il faut faire venir des Libanais de l'étranger technocrates et mettre tous ces voleurs en prison

Jean Michael

Mr Noun. Apparemment vous non plus n'avait pas compris que le PEUPLE DU LIBAN ne veut plus de TOUS LES POLITICIENS. KELLON YAANI KELLON! C'est tellement difficile a comprendre.
En commencant votre article par "C’est la voix de la raison qu’a tenté de faire entendre le président de la République, dans l’appel au dialogue qu’il a lancé hier aux manifestants sur les places" vous sousentendez que cet homme parle avec raison.
VOUS ME DECEVEZ!

Sissi zayyat

Le peuple parle de sauver le pays et eux parles des problèmes geo-politique qui se iunt la région.
D'après eux un gouvernement technocrate ne saurait faire face à la situation faute d'expérience politique.
Si on creuse le sujet, le Liban n'a pas d'ennemi dans la région. Israël s'est retiré, la Syrie est embourbée dans ses problèmes et aucun pays ne nous a déclaré une guerre qui justifie qu'on privilégie la politique à la technocratie.

En ne nous mêlant pas de ce qui ne nous regarde pas, et en laissant les peuples opprimés se battre eux mêmes sur leur sol pour reconquérir leur pays perdu ou leurs droits de citoyens comme nous sommes en train de faire, nous serons pénards.
Réglons le problème de la faillite de notre pays en priorité.
Concentrons nous sur la défende de nos droits qui seraient respectés par tous les autres pays puisque nous aurons des responsables politiques respectables et qui n'irons pas tremper dans des fosses puantes et polluer le Liban.
Nous sommes un tout petit pays dans une région toxique.
Restons neutres et pacifistes et occupons nous de nos oignons. La Suisse est notre meilleur exemple. Suivons-le.

Irene Said

Trois "présidents" tellement aimés et appréciés...que des militaires ont été postés sur beaucoup de toits des immeubles dans l'entourage immédiat du ministère de la Défense...durant le défilé !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE DIALOGUE EST ROMPU CAR IL EST TOUJOURS SUR LA MEME FREQUENCE MAFIEUSE. HARIRI OU LE FUTUR N,ACCEPTENT PAS DE FORMER UN GOUVERNEMENT QUE COMPOSE DE TECHNOCRATES INDEPENDANTS. LA MAFIA VEUT RECOPIER LA KABBINET QUI PUE ET LA CAVERNE DE SIMSOM TANT RENOMMEE ET RENTABLE AUX VOLEURS CONSACRES.
LA CONTESTATION Y VEILLE. PLUS DE SIMSOM. PLUS DE VOLEURS. SAUVETAGE DU PAYS !
UNE REPUBLIQUE SAINE POUR TOUTES SES FILLES ET TOUS SES FILS.
LE NOUVEAU GOUVERNEMENT DOIT IMPERATIVEMENT ETRE FORME DE TECHNOCRATES INDEPENDANTS. LEGISLATIVES DANS LES SIX MOIS.
PLUS DE GENDRE ET DE MILICES IRANIENNES.

Yves Prevost

D'ordinaire,j'apprécie beaucoup le articles de Fady Noun, mais ici, je suis perplexe.
En quoi cet appel au dialogue constitue-t-il la voix de la raison?
Voilà un mois que le peuple libanais crie dans les oreilles du président: "Nous voulons un cabinet APOLITIQUE", et voilà un mois qu'il répond invariablement: "PAS QUESTION!". Où est la raison?
Cet appel au dialogue recèle, en réalité un piège. Il signifie: "Choisissez-vous un leader". Or, ce leader ne pourra jamais faire l'unanimité et ce sera le commencement de la division.
En réalité, par ces "NIet!" répétés, il compte l'emporter à l'usure, exactement de la même façon qu'il a fini, après deux ans et demi de blocage, à obtenir son fauteuil à Baabda.
Le pays peut-il attendre deux ans et demi

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants