X

Liban

La nomination de Safadi compromise avant même d’être officiellement entérinée

Gouvernement

Les sources de Baabda indiquent que le chef de l’État ne s’est pas encore prononcé sur la date des consultations parlementaires contraignantes.

16/11/2019

La désignation de l’ancien ministre Mohammad Safadi pour présider le prochain gouvernement, sur laquelle se sont entendus jeudi soir le tandem chiite Hezbollah/Amal et Saad Hariri, est loin d’être acquise. La guerre des communiqués et les démentis publiés de part et d’autre à ce sujet en disent long sur la confusion que suscite cette « nomination » en amont, bien avant la date des consultations parlementaires contraignantes dont la date n’a pas encore été fixée et que certains qualifient de « manœuvre politique ».

Le Premier ministre sortant, Saad Hariri, qui insiste depuis sa démission sur un gouvernement regroupant uniquement des experts – une formule que rejette notamment le tandem chiite –, a fini par avaliser, jeudi soir, le nom de M. Safadi. Le choix de cet homme d’affaires issu de l’establishment politique et financier, qui a réussi à entretenir de bonnes relations avec les deux camps du 8 et du 14 Mars, a été consenti par défaut par le tandem chiite, à l’issue d’une réunion qui s’est tenue à la Maison du Centre. Dans un communiqué conjoint, Hussein Khalil, le bras droit du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et le ministre sortant affilié au mouvement Amal, Ali Hassan Khalil, ont tenu à rappeler que le tandem chiite maintient son premier choix qui est M. Hariri, mais que, devant le refus de ce dernier, il a fini par se ranger à cette solution. Le communiqué précise que Amal et le Hezbollah n’ont aucun inconvénient à ce que les trois quarts des membres du prochain cabinet soient des « technocrates », sans toutefois préciser si ces derniers doivent être ou non proches des différentes formations politiques et quelle sera la part de ces technocrates qui devra représenter le mouvement de révolte.

L’accord autour du nom de M. Safadi est survenu après que les partenaires du Premier ministre sortant (le Courant patriotique libre, Amal et le Hezbollah) ont refusé plusieurs autres candidats suggérés par ce dernier, notamment Nawaf Salam, l’ancien ambassadeur du Liban aux Nations unies, actuellement juge à la Cour internationale de justice.

Validé par le chef du CPL, Gebran Bassil, qui s’est dépêché d’annoncer à la presse la tenue des consultations parlementaires lundi prochain, l’accord de principe autour de la personnalité de M. Safadi a suscité une guerre de communiqués, notamment entre le CPL et le Futur. M. Bassil avait indiqué à la presse être en contact avec le ministre Safadi « qui a accepté de présider le prochain gouvernement s’il obtient l’accord des principales parties politiques faisant partie du gouvernement ». « Si les choses vont dans le bon sens, les consultations devront commencer lundi », a ajouté M. Bassil. Des propos qui lui ont valu une verte réaction de la part du courant du Futur : « Le ministre Bassil a fixé la date des consultations parlementaires avant même qu’elles ne soient fixées par le président de la République, s’est insurgée une source proche de la Maison du Centre, citée par le site web de la formation, Mustaqbal web. Il a aussi annoncé que la formation du gouvernement aurait lieu rapidement. S’il veut rendre service au pouvoir et à la présidence de la République, il devra s’abstenir de faire des déclarations. »

Le bureau de presse de M. Bassil a par la suite publié une mise au point, précisant que le ministre sortant des Affaires étrangères avait juste eu une conversation à bâtons rompus avec les journalistes et que ses propos n’avaient pas été rapportés fidèlement.


(Lire aussi : Une double dose de provocation, l'éditorial de Issa GORAIEB)


Baabda rectifie le tir

L’élan d’enthousiasme dont a fait preuve le chef du CPL au sujet d’une sortie prochaine de la crise de la formation du cabinet a été également freiné par Baabda, où l’on s’est dépêché de relativiser l’avancée effectuée sur ce plan et de préciser que le président ne s’est pas encore prononcé sur la date des consultations. Une source proche du palais présidentiel a indiqué à L’OLJ que « les contacts sont toujours en cours, même si le nom de M. Safadi a déjà eu l’aval de trois composantes majeures de l’échiquier politique. Plusieurs autres parties n’ont pas encore été consultées et doivent se prononcer dans le cadre des consultations dont la date n’a toujours pas été fixée ».

D’autres sources proches du chef de l’État expliquent la prudence dont a fait montre ce dernier par la crainte de voir la désignation de M. Safadi consacrée par les seules forces du 8 Mars et donnant lieu au final à un gouvernement monochrome.

Des sources proches du président ont indiqué à la chaîne OTV que l’aval accordé par M. Hariri à la candidature de M. Safadi a été accompagné de « conditions paralysantes ». « M. Hariri, qui n’était pas d’accord sur la formule d’un gouvernement techno-politique, ne s’est pas engagé à participer au prochain cabinet. Autant d’indices qui laissent planer des doutes sur son intention réelle derrière le choix de M. Safadi », précisent les sources. Celles-ci faisaient allusion à une manœuvre orchestrée par le Premier ministre sortant, destinée à faire échouer le processus d’un cabinet techno-politique et à éliminer d’emblée M. Safadi pour accroître les chances de son retour sur scène. Démentant les informations véhiculées par Ali Hassan Khalil et Hussein Khalil, qui avaient souligné que M. Hariri s’est « engagé à nommer des ministres de sa formation au sein du gouvernement », des sources politiques indiquent que la formation du Premier ministre démissionnaire « n’acceptera pas de faire partie de son gouvernement ». D’autres sources proches de M. Hariri ont rectifié à leur tour cette information, précisant qu’il « n’en a rien décidé ».

Autant d’indices qui laissent croire que la désignation de M. Safadi est pour l’heure, loin d’être acquise, d’autant que ce dernier ne bénéficiera pas du soutien des trois anciens chefs de gouvernement, Fouad Siniora, Tammam Salam et Nagib Mikati, qui refusent que soit nommée une autre personnalité que M. Hariri. Les trois anciens Premiers ministres, qui se sont réunis jeudi avec le chef du gouvernement démissionnaire, ont été vraisemblablement placés devant le fait accompli. « M. Hariri les a juste informés de sa décision d’avaliser le nom de M. Safadi, sans leur demander leur avis ni s’ils sont disposés à le nommer », confie une source proche de la réunion. « M. Safadi ne pourra pas bénéficier de l’appui des trois grandes figures du sunnisme politique. Cela revient à dire que le gouvernement que M. Safadi sera appelé à former sera clairement signé 8 Mars », confie la source.

Il reste que le mouvement de révolte, qui a d’ores et déjà contesté la désignation de M. Safadi à travers une mobilisation dans plusieurs régions du pays, n’a pas encore dit son dernier mot.


Lire aussi

Quand le Hezbollah a peur de son ombre

Plusieurs négations peuvent-elles désormais faire une nation ?

Raisons et horizons du sursaut libanais

Révolte populaire : un mois déjà et tant d’acquis, en attendant le projet politique

Safadi fait l’unanimité contre lui dans la rue révoltée

À Tripoli, on ne veut plus de milliardaires à la tête du cabinet

Interpellations, détentions : « Jamais l’armée n’a été aussi agressive que ces derniers jours »

Mohammad Safadi, homme d'affaires et figure politique traditionnelle de Tripoli



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RAFIC 2005

Confession c’est fini !Il n y en aura plus que dans le confessionnal !
Le Liban des jeunes a largué les amarres
Liberté égalité et laïcité seront les maîtres mots de notre futur

LA VERITE

CRIANTE EST LA NULLITE DES GENS PROCHES DU POUVOIR
LE COTE ARSLAN ANNONCE LA NOMINATION EN PREMIER
BASSIL SURENCHERI DISANT QUE LES CONSULTATIONS SE FERONT LUNDI ET LE GOUVERNEMENT TRES RAPIDEMENT
TOUT CELA REMET EN QUESTION EVIDEMENT TOUTES LES CHOSES CAR HARRIRI A COMPRIS LEUR JEUX ET Y A PARTICIPE POUR LES FAIRE ECHOUER ET LE PRESIDENT A JUSTE TESTE A TRAVERS SON GENDRE LA DECISION POLITIQUE CATASTROPHIQUE PRISE

POURTANT HARRIRI A BIEN DIT QU'IL NE DIRIGERA AUCUN MINISTERE OU IL Y AURA DES POLITIQUES DONC POUR TOUS SAUF POUR LES AMAL HB ET CPL CA VOULAIT DIRE LAISSONS LE NOMMER UN AUTRE ALORS ET AJOUTONS DES POLITIQUES

MALIN QUI SE CROYAIT VAINQUEUR

HARRIRI SUIVANT SA POLITIQUE MILLE FOIS ANNONCE NE SOUTIENDRA AUCUN MINISTERE OU IL Y AURA DES POLITIQUES ET SOUTIENDRA LE NOMME SI IL FAIT UN MINISTER DE TECHNOCRATES UNIQUEMENT

VOUS AVEZ COMPRIS CETTE FOIS CI???????

C'EST OU BASSIL ( PUISQUE C'EST LUI QUI AGIT A LA PLACE LE PRESIDENT EN CE MOMENT ) CEDE A HARRIRI OU BASSIL CONCOIT UN MINISTERE DU 8 MARS UNIQUEMENT

LE PLUS TRISTE DANS TOUT CELA C'EST QUE LES TRIPOLITAINS N'ONT PAS COMPRIS LE STRATAGEME DE HARRIRI ET ON ETAIENT DEMOLIR LES PHOTOS ET SON PERE ET DE LUI MEME A TRIPOLI

LE PEUPLE N'EST DONC PAS AUSSI INTELLIGENT QU'IL NE PARAIT ET NE CONNAIT RIEN A LA SUBTILITE NECESSAIRE EN POLITIQUE POUR ABOUTIR A SES FINS

DONT ACTE

Marionet

En s'empressant d'annoncer la désignation de M. Safadi, les cercles du pouvoir envoient certainement un message à la ville de Tripoli qui est à la pointe du mouvement de contestation de l'establishment (c'est l'une des surprises de cette "révolution") et cherchent à affaiblir, parallèlement, le sunnisme beyrouthin qui renâcle à accepter leurs conditions. Sauf qu'ils ont semble-t-il miser sur le mauvais cheval. Encore une preuve, si besoin, de la cécité totale de la classe politique face à ce qui se passe dans le pays.Et je ne parle même pas de Gebran Bassil qui, au lieu, de se planquer en espérant la fin de la tempête, ne rate pas une occasion de monter au créneau bousculer les règles politiques et dévoilant son vrai rôle à Baabda.

Christian Tabet

Un gouvernement monochromatique du 8 Mars sous des conditions paralysantes est un non-starter et démontre que le président est coincé entre le marteau et l’enclume. Reste à savoir qui est l’enclume et qui est le marteau.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES SOURCES DE BAABDA INDIQUENT QUE LE CHEF DE L,ETAT NE S,EST PAS ENCORE PRONONCE SUR LA DATE DES CONSULTATIONS CONTRAIGNANTES.
ON SE MOQUE DES CITOYENS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants