Manifestations

Un activiste libéré hier après 18 heures de détention, d’autres interpellés...

Le manifestant Khaldoun Jaber a disparu des radars pendant plusieurs heures, avant de réapparaître au poste de police de Hobeiche, à Beyrouth.

Khaldoun Jaber montrant à la télévision les traces de coups sur son dos lors de sa brève détention. Capture d’écran tirée de Facebook

Depuis le début des manifestations, il y a à peu près un mois, des dizaines de protestataires ont été interpellés dans des circonstances floues par les services de sécurité. Dernier incident en date, l’interpellation de l’activiste Khaldoun Jaber et sa détention pendant 18 heures par les renseignements de l’armée, alors qu’il participait à une manifestation pacifique avant-hier devant le palais présidentiel à Baabda. M. Jaber aurait tout bonnement disparu de la manifestation, après avoir été emmené de force par des militaires habillés en civil. Son lieu de détention est resté inconnu pendant 12 heures, avant que des activistes de la société civile n’apprennent qu’il avait été transféré au poste de police de Hobeiche, à Beyrouth, en vue d’être libéré.

Le jeune homme est apparu à la télévision à sa sortie du poste, où il a été accueilli par de nombreux militants, et a montré des traces de coups sur son dos. Des images de lui qui circulent sur les réseaux sociaux montrent également des blessures au visage. « Ils m’ont emmené au ministère de la Défense puis à l’hôpital militaire. J’ai ensuite été transféré au poste de la police militaire à Sayyad. Ils m’ont demandé à plusieurs reprises qui nous finançait et ont essayé de m’intimider », a expliqué le jeune homme aux médias présents sur place. « Je n’ai pas peur de l’État policier. Nous allons manifester à nouveau, la révolution est plus forte que tout », a écrit Khaldoun Jaber sur son compte Facebook, quelques heures après sa remise en liberté.

Auparavant, un groupe d’activistes avait manifesté devant le poste de police de Hobeiche, en attendant que le jeune activiste soit relâché. Un groupe d’avocats avait également observé un sit-in hier devant le Palais de justice de Beyrouth, afin de connaître le sort de Khaldoun Jaber. Selon l’Agence nationale d’information (ANI, officielle), M. Jaber aurait été amené au poste de police de Hobeiche à cause d’une amende de circulation impayée.

« Nous avons perdu la trace de Khaldoun pendant 12 heures, même le procureur général n’était pas capable de nous dire où il était. Il a passé donc plusieurs heures soustrait à la protection de la justice », confie à L’Orient-Le Jour Wadih el-Asmar, directeur du Centre libanais pour les droits humains (CLDH).

L’interpellation de Khaldoun Jaber et le flou ayant entouré sa détention, ainsi que le fait qu’il a été tabassé par les forces de sécurité, ont suscité des réactions indignées sur les réseaux sociaux. Certains dénoncent le fait que M. Jaber a été emmené de force pendant qu’il manifestait pacifiquement, alors que les personnes qui ont agressé les protestataires sur la voie express du Ring à visage découvert, le 29 octobre dernier, n’ont pas été interpellées. L’un des assaillants, Oussama Chamas, est même passé à la télévision sur la chaîne LBCI pour tenter de se justifier. Une photo de lui, armé d’un bâton et poursuivant une manifestante, avait massivement circulé en ligne.


(Lire aussi : Gouvernement : accord sur Safadi, l’option techno-politique l’emporte)


Interpellations à Jal el-Dib et Zahlé

L’activiste Charbel Kahi a par ailleurs été interpellé hier à Jal el-Dib, ainsi que deux manifestants tripolitains présents sur place. M. Kahi a été relâché quelques heures plus tard, alors que le sort des deux autres manifestants était toujours flou hier soir. Ils seraient détenus au poste de police de Naccache, selon certaines informations. « Plusieurs avocats sont en train de suivre le dossier de ces manifestants. Malheureusement, les personnes qui forcent les barrages ou qui tirent sur les manifestants ne sont pas inquiétées », déplore Wadih el-Asmar qui dénonce « une tendance des services de sécurité à ne rien faire dans ces cas-là ». Par ailleurs, la Sûreté de l’État a annoncé hier avoir interpellé un homme dans la région de Zahlé pour avoir déchiré une photo du président de la République.

Sur un autre plan, une dizaine de jeunes âgés entre 25 et 15 ans seraient toujours détenus au poste de police de Beydoun à Achrafieh, après des heurts qui les ont opposés dimanche dernier à des hommes venus troubler une manifestation tenue place Sassine. Les assaillants, eux, n’ont pas été inquiétés.

À Tyr, une audience prévue hier pour 18 personnes suspectées d’avoir saccagé le Rest House, le 18 octobre dernier, a été reportée à mardi prochain en raison de l’incapacité du premier juge d’instruction, Marcel Haddad, à se rendre au tribunal à cause de la fermeture des routes. Ces personnes devaient être représentées par un groupe d’avocats mandatés par le bâtonnier de Beyrouth André Chidiac. Sauf que les avocats ont été surpris de découvrir, hier matin, que le bâtonnier avait retiré le mandat qu’il leur avait accordé pour défendre les manifestants, sans donner plus d’explications.



Lire aussi

Crime de lèse-orange, le billet de Gaby NASR

Notre vie avant et depuis la révolution, un peu plus de Médéa AZOURI

Les références à la guerre civile, simple rhétorique ou risque réel ?

Les hôpitaux en grève aujourd’hui pour mettre en garde contre la crise

Divergences au sommet : Gebran Bassil à Bkerké

Lara Abou Fakhr à « L’Orient-Le Jour » : Je l’ai vu charger son arme et tirer sur mon mari

Alors que le « martyr de la révolution » est enterré, son fils « rêve d’un pays où le confessionnalisme n’existerait pas »

La solution doit venir des Libanais eux-mêmes, affirme l’émissaire français



Depuis le début des manifestations, il y a à peu près un mois, des dizaines de protestataires ont été interpellés dans des circonstances floues par les services de sécurité. Dernier incident en date, l’interpellation de l’activiste Khaldoun Jaber et sa détention pendant 18 heures par les renseignements de l’armée, alors qu’il participait à une manifestation pacifique...

commentaires (4)

La foule doit marcher sur le palais de baabda et obliger la momie maffieuse a s enfuir depuis le toit en helicoptere vers la Syrie ou l Iran.

HABIBI FRANCAIS

12 h 13, le 15 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • La foule doit marcher sur le palais de baabda et obliger la momie maffieuse a s enfuir depuis le toit en helicoptere vers la Syrie ou l Iran.

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 13, le 15 novembre 2019

  • les services de securite n'ont VISIBLEMENT RIEN COMPRIS. des pratiques aussi miserables ne peuvent qu'antagoniser le peuple. Pas juste les manifestants ! Tout le peuple. Ces pratiques dignes des regimes voisins sont maintenant intolerables chez nous. Une vague populaire n'est pas a exclure en cas de pratiques miliciennes. Que ferez-vous face a 50,000 manifestants a Jal el Dib ? hein ? NO FEAR

    Lebinlon

    12 h 04, le 15 novembre 2019

  • Qui a osé faire ça? Une enquête sera ouverte très bientôt pour savoir quel responsable politique peut se permettre d’enlever un citoyen libanais qui a commis le crime de déchirer la photo du detestable PR alors que ce même PR se permet de nous affamer et nous détruire pour avoir le dernier mot juste pour flatter son ego. Nous avons tous les droits de le détester de déchirer ses photos et de dire ce que nous pensons de lui. Nous sommes dans une démocratie. Ces coups auraient dû être infligés au fauteurs de troubles dans notre pays qui ont carte blanche depuis des décennies. Vous ne faites pas peur au peuple avec vos méthodes si c’est ça le but de vos agissements. Nous sommes dans nos droits et vous êtes nos ennemis à présent. Vous devez faire avec.

    Sissi zayyat

    10 h 45, le 15 novembre 2019

  • On peut agresser les gens à coups de bâton, voire leur tirer dessus avec une kalachnikov sans être inquiété, mais déchirer une photo du président, quel crime abominable!

    Yves Prevost

    07 h 56, le 15 novembre 2019