X

À La Une

"Nous sommes aux portes d'une crise majeure", préviennent les hôpitaux privés

Liban

"Nous pourrions arrêter de recevoir les malades le 15 novembre", menace le président du syndicat des hôpitaux libanais privés, Sleiman Haroun. 

OLJ
08/11/2019

Le président du syndicat des hôpitaux libanais privés, Sleiman Haroun, a prévenu vendredi qu'une "crise majeure" se profile en raison de l'impossibilité de payer les fournisseurs de médicaments et d'équipements médicaux, affirmant que les stocks disponibles seront épuisés dans un mois.

"Nous sommes aux portes d'une crise médicale majeure", a prévenu M. Haroun, lors d'une conférence de presse avec d'autres responsables du secteur, au moment où le Liban connaît son 23e jour de contestation populaire contre le pouvoir politique, un mouvement sans précédent qui a paralysé le pays pendant plusieurs jours en raison de blocages de routes.


Des patients qui meurent
"Les hôpitaux sont dans l'incapacité de payer les montants dus aux importateurs de médicaments et d'équipements médicaux et seront ainsi incapables d'offrir les soins aux patients, car les stocks disponibles ne suffisent que pour un seul mois", a alerté M. Haroun. "Nous pourrions voir des patients qui meurent en raison d'une pénurie d'équipements", a même prévenu le responsable syndical.

Sleiman Haroun a ensuite appelé l’État à "payer immédiatement les montants qu'il doit aux hôpitaux et aux médecins" et les banques à "faciliter les transactions bancaires". Dans le cas contraire, il a prévenu que "les hôpitaux et les médecins se mobiliseront le vendredi 15 novembre et cesseront de recevoir des patients, à l'exception des cas urgents et des patients qui doivent subir des dialyses et des traitements chimiothérapiques".

En août dernier, Sleiman Haroun, les présidents des ordres des médecins à Beyrouth, Charaf Abou Charaf, et au Liban-Nord, Salim Abi Saleh, de même que le vice-président du syndicat des importateurs d’équipements médicaux, Pierre Salloum, avaient dénoncé les retards de paiement de l’État envers les établissements hospitaliers privés et les difficultés que traverse le secteur. M. Haroun avait rappelé les revendications du secteur hospitalier, notamment que soient augmentés les budgets alloués à la prise en charge médicale des fonctionnaires, que les fonds soient débloqués pour le règlement des retards de paiement accumulés depuis 2012, qu’un mécanisme de coopération soit mis en place entre les autorités et les hôpitaux pour que les sommes dues soient plus régulièrement versées, permettant ainsi aux institutions de santé de mieux fonctionner.

Ce cri d'alarme des hôpitaux intervient au moment où le secteur bancaire du pays est sous forte pression, notamment en raison d'une raréfaction de la disponibilité du dollars sur le marché libanais, et d'une fermeture de deux semaines des établissements bancaires en raison de la contestation populaire qui paralysait le pays.



Pour mémoire

Tiers payants publics : la dette envers les hôpitaux a atteint 2 000 milliards de LL, dénonce Haroun

Le secteur hospitalier privé sérieusement menacé

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

c...

Faut ils, donc, qu’ils soient déconnectés de la réalité, ces politiciens qui ne pensent qu’à se dédouaner des pillages successifs commis depuis des décennies.... Nous sommes au seuil de crises majeures, tant monétaires que sanitaires, et ces traités personnages continuent de marchander une place ou un strapontin au sein du prochain gouvernement... la dernière en date, l’idée du siècle, de notre ministre des affaires étrangères qui désirerait que chaque parti politique nomme « un indépendant » issu de leur rang, donc manipulable à souhait et à mème d’étouffer toute velléités émanant d’un quelconque avocat ou mouvement citoyen qui souhaiterait lever un « lièvre »...

Irene Said

N'avons-nous pas un ministre de la santé qui devrait normalement se soucier de ces problèmes ?
Où est-il...?
N'y a-t-il vraiment plus une brin de conscience professionnelle parmi nos responsables ?
Irène Saïd




L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS SOMMES DEJA DANS UNE MULTITUDE DE GRANDES CRISES ET NOS ABRUTIS QUAND ON LES LEUR RAPPELLE ILS SOURIENT COMME DES I... !

Sissi zayyat

Cette crise dure depuis Août et le gouvernement n’a pas pris la peine de régler le problème. . Ils étaient occupés à trouver d’autres projets qui leur apportent des sous.
Maintenant ils essayent de faire porter le chapeau aux citoyens dans la rue tout comme pour les banques, le fioul l’essence, la farine etc.
En conclusion. Ces derniers vont être accablés de Tous les problèmes datant de 30.
Et ce n’est pas fini.
Ils prendront aussi le soin de détruire le pays et de les en rendre responsables juste pour échapper à la prison.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants