Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Affaire des 11 milliards de dollars : Siniora entendu le 14 novembre par le procureur financier

Le juge Ali Ibrahim a également lancé des poursuites pour blanchiment d'argent et échange de pots-de-vin contre le président de l'Agence pour la sécurité de l'aviation civile à l'Aéroport international de Beyrouth, Omar Kaddouha.

L'ancien Premier ministre libanais Fouad Siniora. Photo d'archives Marwan Assaf

L'ancien Premier ministre libanais, Fouad Siniora, sera entendu le 14 novembre par le procureur financier Ali Ibrahim, dans le cadre de soupçons de dépenses de onze milliards de dollars entre 2006 et 2008, à l'époque où il était chef du gouvernement, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

Le juge Ibrahim a demandé dans un premier temps à M. Siniora de se présenter à son bureau demain matin. Mais en soirée, le procureur général près la cour de cassation, le juge Ghassan Oueidate, a annoncé qu'il n'était "pas possible de notifier M. Siniora de la date de sa convocation devant le parquet financier après la plainte déposée contre lui", et qu'en conséquence, son audience se tiendra le 14 novembre.

Dans un livre intitulé “Le quitus impossible” et publié en 2013, Ibrahim Kanaan, député du Courant patriotique libre fondé par le président de la République Michel Aoun et dirigé par Gebran Bassil, accuse Fouad Siniora d’avoir manipulé les comptes et détourné des fonds publics. Ce dernier lui a à son tour répondu dans un ouvrage, l’accusant de calomnie.

Le CPL reproche à M. Siniora d’avoir dépensé ces 11 milliards sans accord du Parlement. Se réfugiant comme les gouvernements qui ont suivi jusqu’en 2017 dans la nécessité d’assurer la continuité de la gestion des affaires courantes pour justifier le détournement de la règle du douzième provisoire, l’ancien Premier ministre a néanmoins assuré en mars dernier que les fonds avaient bien servi à financer l’action de l’État sur cette période.

M. Siniora avait notamment expliqué que les dépenses publiques avaient été supérieures sur la période allant de 2006 à 2009 que les 10 000 milliards de livres prévus par an – soit 40 000 milliards de livres au total (26,5 milliards de dollars) – via la règle du douzième provisoire, en raison notamment de la hausse des prix du pétrole ou des dépenses engagées suite à la guerre de juillet 2006 contre Israël. Des aléas qui ont porté le total des besoins de l’État, selon lui, à 56 590 milliards de livres (37 milliards de dollars) qui ont été financés par des avances du Trésor.

En début de soirée, des protestataires se sont rassemblés devant le domicile de M. Sinora, rue Bliss, à Beyrouth, l'accusant d'être un "voleur".  Des agents des forces de l'ordre étaient également déployés.



(Pour mémoire : Gestion des comptes publics : les principaux arguments de Fouad Siniora)



Poursuites contre Omar Kaddouha
Plus tôt, mercredi, le procureur financier a lancé des poursuites pour blanchiment d'argent et échange de pots-de-vin contre le président de l'Agence pour la sécurité de l'aviation civile à l'Aéroport international de Beyrouth, Omar Kaddouha.

Le juge Ibrahim a déjà lancé dernièrement plusieurs procédures contre des responsables et sociétés accusés de corruption. Hier encore, il a engagé des poursuites contre l'ancien ministre Fayez Chokr (Parti syrien national social) pour "négligence dans l’exercice de sa fonction", suite à une plainte déposée par le collectif d’avocats "Moutahidoun". Le groupe rapporte que "M. Chokr, qui est médecin de métier, était enregistré auprès de la Caisse nationale de Sécurité sociale en tant que médecin observateur sans avoir jamais honoré sa mission", révèle une source proche du dossier à L’Orient-Le Jour. Lundi, le procureur avait engagé des poursuites judiciaires contre le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) et plusieurs sociétés pour gaspillage de fonds publics dans le dossier du barrage de Brissa, sur les hauteurs de Denniyé (Liban-Nord). Ce barrage n’a jamais été en mesure, depuis son inauguration en 2001, de stocker efficacement de l’eau.

Ces actions en justice interviennent au moment où le Liban connaît une contestation populaire inédite qui touche tout le territoire depuis le 17 octobre. Les Libanais réclament, par dizaines de milliers, la chute de la classe dirigeante, accusée de corruption.


Lire aussi

Jour XXI : élèves et étudiants maintiennent la pression à travers tout le Liban

Face à la rue en ébullition, le futile bras de fer...

« Nous n’avons plus rien à perdre, nous n’avons plus que la rue »


L'ancien Premier ministre libanais, Fouad Siniora, sera entendu le 14 novembre par le procureur financier Ali Ibrahim, dans le cadre de soupçons de dépenses de onze milliards de dollars entre 2006 et 2008, à l'époque où il était chef du gouvernement, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Le juge Ibrahim a demandé dans un premier temps à M. Siniora de se présenter...

commentaires (6)

Au Monopoly il irait tout droit à la case prison !

Lecteurs OLJ

06 h 47, le 07 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Au Monopoly il irait tout droit à la case prison !

    Lecteurs OLJ

    06 h 47, le 07 novembre 2019

  • Relisons la fable de Jean de La Fontaine intitulée "Les animaux malades de la peste" , et tirons-en les conclusions , c'est le moment ! Et espérons qu'elle ne sera pas appliquée au Liban en cette situation ! Je copie le dernier patagraphe : L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance Qu'en un pré de Moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net. A ces mots on cria haro sur le baudet. Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue Qu'il fallait dévouer ce maudit animal, Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal. Sa peccadille fut jugée un cas pendable. Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable ! Rien que la mort n'était capable D'expier son forfait : on le lui fit bien voir. Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

    Chucri Abboud

    22 h 30, le 06 novembre 2019

  • Ah, la mafia.... quand elle tient un pays....elle le suce jusqu'au sang.... Au Liban, ce n'est pas une mais plusieurs mafia nous dirigent..... pauvre Liban....attendez vous qu'ils se rebiffent.. ce n'est pas aussi facile qu'on croit... ils vont se battre.... et ils ont les moyens....tous ces braves gens qui soutiennent encore le président.....d'autres qui manifestent pour soutenir le président du parlement.... encore d'autres qui soutiennent le président du gouvernement.... sans parler de ceux qui soutiennent Joumblat, Gemayel et consorts....tous ces gens qui croient encore que le chef a raison même s'il est voleur..... je plains le juge....et lui souhaite bon courage et bonne chance.

    HIJAZI ABDULRAHIM

    21 h 38, le 06 novembre 2019

  • S,IL EST CORROMPU C,EST BIEN FAIT MAIS JE CRAINS QUE CE SOIT UNE REVANCHE POLITIQUE PLUTOT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 17, le 06 novembre 2019

  • Enfin, ça bouge un peu! Tous les corrompus doivent être jugés

    Mike

    19 h 47, le 06 novembre 2019

  • Attendons voir si la contestation populaire portera ses fruits cette fois et si la Justice tranchera sans pression politique .

    Antoine Sabbagha

    19 h 31, le 06 novembre 2019

Retour en haut