X

À La Une

"Si vous manifestez, vous serez expulsés" : les menaces d'une directrice d'école suscitent un tollé

Liban

Un avocat dénonce "un crime passible d'un an de prison" ; le ministre sortant de l’Éducation annonce l'ouverture d'une enquête. 

OLJ
06/11/2019

Ses menaces ont fait le tour du Liban et provoqué un tollé. Dans un message vocal destiné aux élèves en terminale au collège Notre-Dame des sœurs salvatoriennes de Abra, près de Saïda au Liban-Sud, la directrice de l'établissement, sœur Mona Wazen, menace d'expulsion tous ceux qui ont l'intention de participer à la révolte populaire inédite qui secoue le Liban depuis le 17 octobre. 

"Ecoutez-moi bien. Pour tous les élèves qui participent ou participeront au mouvement de contestation, ce sera demain votre dernier jour au sein de l'école. Vous serez expulsés définitivement", menace la directrice dans un message ayant circulé mardi. Elle ajoute que les diplômes de tous les élèves de terminale concernés "ne seront pas présentés à l'Etat" et qu'ils devront "se débrouiller" pour trouver un autre établissement scolaire les acceptant. "Réfléchissez bien et ayez bien conscience de l'école dans laquelle vous êtes inscrits", martèle-t-elle, soulignant que "même si Dieu intervient", elle ne reviendrait pas sur sa décision. 

Alors que les élèves et étudiants sont largement mobilisés depuis le début du mouvement, et notamment ces derniers jours, ce bref message a rapidement été condamné de toutes parts. Sur les réseaux sociaux, plusieurs photos sur lesquelles une religieuse, identifiée comme la directrice du collège MSA de Abra, pose avec le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, une des cibles principales des manifestants, ont par ailleurs beaucoup fait parler.


(Lire aussi : Les étudiants, tiraillés entre leurs études et leur volonté de ne pas quitter la rue)


Crime puni d'un an de prison
Dans ce contexte, le ministre sortant de l’Éducation, Akram Chehayeb, a souligné qu'il n'accepterait en aucun cas que certains établissements ayant décidé de rouvrir leurs portes, exercent des pressions sur les élèves ou interdisent aux étudiants qui le souhaitent de participer aux "mouvements populaires". "Le ministre Chehayeb condamne le message vocal envoyé par la sœur Mona Wazen et va lancer une enquête sur cet incident", précise le bureau de presse du ministre dans un communiqué publié mardi soir. Il souligne que tout incident similaire fera l'objet d'enquêtes et que des mesures seront prises contre les responsables scolaires concernés. 

L'avocat Nizar Saghieh a, lui, écrit, sur son compte Twitter que "les menaces d'expulsion d'élèves en cas de participation au mouvement national signifient que la directrice de l'école leur interdit d'exercer leur droit à la liberté, pourtant garanti dans la Constitution". "Les mineurs peuvent jouir de la liberté d'expression autant que les personnes majeures", a-t-il ajouté, affirmant que sœur Wazen a, dans ce cadre, commis un crime passible d'une année de prison. L'avocat conclut en invitant la directrice à lire "l'article 329 du code pénal", qui qualifie de délit le fait d’interdire à tout citoyen d’exercer son droit civil.

En fin de soirée, l'ordre des sœurs salvatoriennes a publié un communiqué dans lequel il souligne que les mesures annoncées par la directrice de l'école de Abra ont été prises "dans la précipitation", en raison "de la pression qui est tombée sur les épaules des responsables pédagogiques dans les circonstances exceptionnelles" que vit actuellement le Liban. 

Depuis mardi, les élèves des écoles de Saïda sont fortement mobilisés dans le cadre de la révolte qui secoue le Liban depuis le 17 octobre. Mercredi matin, ils ont appelé "tous les élèves et étudiants du Liban" à soutenir le mouvement de contestation. 



Lire aussi
Des activistes dénoncent la guerre sexiste menée contre les femmes

« Nous n’avons plus rien à perdre, nous n’avons plus que la rue »

Les étudiants, tiraillés entre leurs études et leur volonté de ne pas quitter la rue

Pour que la révolte devienne révolutionle commentaire d’Élie FAYAD

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sabri

Bonjour pourquoi est ce que mes commentaires tres respectueux ne sont pas publies? Merci. Alain.

Lebinlon

je suis rarement VRAIMENT scandalise mais la chapeau !! cette bonne soeur a contrevenu a presque toutes les notions de la charite chretienne ! les photos avec le gendre qui-voulait-etre-calife-a-la-place-du-calife et d'autres photos montrant l'armee protegeant cette ecole ont fait deborder le vase !
bonne chance a cette bonne soeur a la prochaine reunion des parents Yekyekyek
PS : j'aurais adore y'etre

Liberté de Penser

Sa supérieure doit la limoger immédiatement sous peine d’être accusée de complicité

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT L,EXPULSER A ELLE !

TousAuPoteau

Elle est quant alle fort ... La betise n'a pas de foi

Agenor

À lire ce que cette religieuse a déclaré à ses élèves me fait penser à notre armée et à son comportement impeccable, toujours bienveillant dans les manifestations.

Nous avons même vu des soldats aux yeux mouillés par l’émotion. Ils ont fait preuve de patience, de courtoisie et d’humanisme.

Nos soldats et cette religieuse…

Notre armée serait-elle plus humaine et plus indulgente que cette nonne?

Allam Charles K

Mona Wazen (sœur?) démissionnez. Ou la supérieure de l’ordre devrait la déchoir de ses fonctions de directrice.

Bustros Mitri

C' est elle que l' on doit virer !

Honneur et Patrie

"Même si dieu intervient" que Dieu soit en majuscule ou en minuscule, cette phrase fait partie du vocabulaire des voyous.
Ancien élève d'une école de "Soeurs" dans ma prime enfance, je n'accepte pas cette phrase de la part d'une religieuse qui a offert sa vie à Dieu.
D'autre part, quel est le motif de la présence de Gebran Bassil, ministre des Affaires étrangères, dans une école religieuse et son acceptation d'un cadeau des mains de la soeur-directrice de l'institution éducative et scolaire ?

Yves Prevost

Qu'elle aime Bassil, c'est son droit, même si c'est difficile à comprendre, mais qu'elle interdise à ses élèves d'exercer leur droit civique est ahurissant.
Elle doit être virée illico !

Sissi zayyat

Quelques brebis galeuses au sein de quelques unités des forces de ordre se jettent à plusieurs et tabassent un manifestant pacifique et le traite comme un terroriste.

Des membres de cette même unité les regardent faire sans broncher comme si c'était NORMAL alors qu’on Les paie pour nous protéger. Et en plus on les aime.

Et maintenant les suceuses de sang, je veux parler des bonnes sœurs qui ne sont bonnes qu'à racketter Les familles pauvres en infligeant à leurs rejetons des humiliations devant les autres élèves mieux lotis.
Elles mettent leur grain de sable dans la machine et se mêlent de politique. HÉ HO. On ne vous a pas sonné.
Éduquez plutôt nos enfants en leur inculquant La Liberté, à refuser l’injustice et à se battre pour vivre libres et la tête haute .
Sœur Machine n'a rien à voir dans le sytème éducatif de nos enfants.

Eddy

Jésus est le premier vrai révolutionnaire et miséricordieux.
Comme on est loin du Christ.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants