Rechercher
Rechercher

Commentaire

Pour que la révolte devienne révolution

Le centre-ville de Beyrouth, hier : la mobilisation continue contre le pouvoir. Patrick Baz/AFP

Ainsi donc, les routes qui mènent à Baabda, ce haut lieu qu’on avait surnommé il y a trente ans le « palais du peuple », sont désormais grandes ouvertes devant le peuple encarté CPL et fermées devant le reste de la population.

Vendredi dernier, on avait mobilisé la brigade anti-émeutes tout entière ou presque pour bloquer l’accès du secteur à quelques dizaines de manifestants qui voulaient protester contre les atermoiements du pouvoir après la démission du gouvernement ; l’incroyable déploiement de force faisait croire à une tentative de contenir un assaut du groupe État islamique. Hier, au contraire, les navettes affluaient des quatre coins du pays pour permettre au parti de Gebran Bassil de se livrer à une démonstration tout près du périmètre de ce qui est la première institution du pays. Imagine-t-on, à titre de comparaison, la République en marche organiser un meeting aux portes de l’Élysée ?

Bien sûr, le rassemblement ne s’est pas déroulé à proprement parler dans la cour du palais présidentiel, mais sur la route qui y mène. Les apparences sont-elles donc sauves ? Pas assez pour éviter la confusion des genres, laquelle n’est guère l’apanage d’un seul parti politique au Liban. Or cette confusion, c’est aussi de la corruption. C’est même la pire des corruptions, parce qu’elle ouvre la voie à toutes les autres formes de corruption. D’ailleurs, le résultat de cet exercice, hier, c’est qu’en dépit de l’urgence, les atermoiements se poursuivent…

***

Ainsi donc, on a revu M. Bassil, plus de deux semaines après sa dernière prestation, et les deux fois dans le voisinage de son beau-père. Et puisqu’on est dans un cadre familial, outre les lamentations sur l’injustice du sort qui s’acharne, selon lui, sur sa mouvance, le chef du CPL en a profité pour implorer le pardon de sa mère, passablement éreintée par les insultes de la foule révoltée ces deux dernières semaines. Force est de reconnaître que la langue et la culture machiste locales ciblent de manière inique et détestable les femmes alors même qu’elles n’ont rien à voir avec les critiques qu’on est en droit d’adresser à l’action de leurs proches dans l’exercice de leurs responsabilités publiques.

Et sur ce plan, il est parfaitement clair pour tout le monde que le bilan politique de Gebran Bassil, loin de faire l’unanimité, y compris même dans le giron aouniste – la dissidence est là pour le démontrer – est la principale cible de la contestation. Que ce bilan mérite cela ou pas, que les reproches qui lui sont faits soient injustes ou pas sont un débat totalement absurde en démocratie. L’unique arbitre dans ce genre de cas, ce sont les urnes, d’autant que M. Bassil reste à la tête du plus grand bloc de députés à la Chambre. À défaut, on est dans la répression et la tyrannie…

***

Ainsi donc, la révolte continue et se corse même. On annonce de nouvelles actions, le mouvement se propage encore plus. C’est le prix du déni et des manœuvres auxquelles se livre le pouvoir pour retarder les échéances, alors même que la démission du gouvernement remonte déjà à presque une semaine. Jusqu’où ira-t-on comme cela ? Le principe du cabinet de technocrates a été plus ou moins accepté, mais déjà on cherche à le dépouiller de sa substance. Chez les uns ou les autres, les arrière-pensées ne manquent pas. Mais même à supposer que tout se passe bien, que les protagonistes politiques acceptent de céder la place à un gouvernement formé de personnalités indépendantes, la partie ne serait pas gagnée pour autant. Ce cabinet, ne l’oublions pas, n’aurait pas d’assise parlementaire solide et serait donc en permanence sous l’observation étroite des blocs qui, à la moindre faille, l’enverraient mordre la poussière. L’immense paradoxe, c’est que l’on verrait le Parlement remplir convenablement, pour la première fois depuis des décennies, sa fonction de contrôle de l’action de l’exécutif.

Voilà pourquoi un tel gouvernement, s’il est absolument nécessaire au stade actuel pour permettre une sortie de crise, ne suffirait guère sur le long terme à mettre le pays sur la voie de la « normalisation » politique. Pour cela, une seule solution : les urnes…

***

L’organisation d’élections législatives devra par conséquent être l’une des principales priorités du prochain gouvernement. Pour cela, il y aura deux écueils à franchir. Le premier consiste à ce que les porte-parole du mouvement de contestation, quels qu’ils soient, s’abstiennent de réclamer un nouveau changement du mode de scrutin, car cette demande fait le jeu des partis politiques qui ne souhaitent pas la tenue d’élections anticipées. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils savent y faire pour que ce débat mène à la non-tenue du scrutin. Tout au plus, la société civile devrait tenter d’exercer des pressions pour obtenir un amendement abaissant le seuil d’éligibilité prévu par la loi en vigueur. Le deuxième point, c’est que constitutionnellement, la dissolution de la Chambre, nécessaire à la tenue des élections, n’est depuis Taëf possible que dans des cas très précis et limités. Il faudra donc un consensus général, impliquant tous les pouvoirs et les principales formations politiques, sur une démission collective de la législature. Forcer ce consensus ne sera guère une tâche facile, mais le mouvement de contestation a déjà prouvé qu’il pouvait bousculer cette république et ses inerties.

Il restera une chose, la plus importante : faire en sorte que l’exécutif qui naîtra des urnes enterre définitivement la « démocratie consensuelle », cette terrifiante dérive hérétique qui a mené ce pays là où il est.


Lire aussi
Le « non » assourdissant de la rue à Beyrouth

Baabda continue de faire la sourde oreille aux manifestants

Ceux qui voient un complot derrière la révolte libanaise

« Pourquoi ne s’en prennent-ils qu’à Aoun et Bassil ? »

Dans le bus de la thaoura, on débat aussi


Ainsi donc, les routes qui mènent à Baabda, ce haut lieu qu’on avait surnommé il y a trente ans le « palais du peuple », sont désormais grandes ouvertes devant le peuple encarté CPL et fermées devant le reste de la population.

Vendredi dernier, on avait mobilisé la brigade anti-émeutes tout entière ou presque pour bloquer l’accès du secteur à quelques dizaines...

commentaires (12)

a monsieur Fayad pour que la révolte devient révolution , l'histoire nous apprend qu'il faut que des têtes tombent.....attendons.

HIJAZI ABDULRAHIM

23 h 11, le 04 novembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • a monsieur Fayad pour que la révolte devient révolution , l'histoire nous apprend qu'il faut que des têtes tombent.....attendons.

    HIJAZI ABDULRAHIM

    23 h 11, le 04 novembre 2019

  • Attention aux bastonnades. Il est interdit d'insulter Hassan Nasrallah, Nabih Berry, Michel Aoun, Gebran Bassil... Un manifestant averti en vaut deux.

    Honneur et Patrie

    17 h 32, le 04 novembre 2019

  • ce qu'etait decadance il y a 20-30 ans, ne l'est plus aujourd'hui, en tout cas pas pour cette nouvelle generations dis de "millenials". alors ce qui sont choqués continuellement, je le croit, vont mourir etouffés du a ce lièvre de la" decadance", que notre generation a nous, appel le progres et le developpement. je vous le repete dans tout les articles, ceci est une combat plus global entre conservatisme et nationalisme et progressites. on sait tres bien qui va l'emporter au final. Meme le general de Gaulle n'a pu y resister en 1968, meme avec tout l'amour que son peuple lui tenez. donc imaginez chez nous avec un general de pacotille et un religieux extremiste. lol a bon entendeur

    Thawra-LB

    15 h 23, le 04 novembre 2019

  • LA REVOLTE EST PARFAITE , NUL BESOIN DE L'APPELER REVOLUTION . A CONDITION DE CLAMER HAUT ET FORT, IMPERATIVEMENT NOTRE CHOIX vs CELUI DES AUTRES : NOUS VOULONS D'UN LIBAN LIBANAIS, MULTICULTUREL ( ASSEZ REPETER MULTI CONFESSIONNEL ), MODERNE ET LOIN DE TOUTE STRATEGIE REGIONALE OU AUTRE, UNE NATION DE PAIX , CONTRE LEUR CHOIX A EUX POUR UN LIBAN A LA GEVARA/HO CHI MINH /WALI FAKIH. DISONS LE COMME CA ET AGISSONS EN CONSEQUENCE SANS PLUS DE DIPLOMATIE OU LANGUE DE BOIS.

    gaby sioufi

    14 h 50, le 04 novembre 2019

  • Da3ett el tassé. On oublie les vrais voleurs et on se focalise sur des manifs colorées , pour évaluer des degrés de présence dans un sens comme dans l'autre. On souhaiterait que la tortue de la résistance rattrapera le lièvre de la décadence.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 27, le 04 novembre 2019

  • Pour que cette révolte devienne une révolution, les 50.000 manifestants (ou plus ou moins c’est égale) malgré eux d’hier doivent grossir les rangs des millions de citoyens. Un jour ils seront fiers de dire j’y était aussi. Alors n’attendez plus de miracles de l’ancienne troupe ils ont atteints leurs plafond flottant. Il est temps d’aller voir ce qui s’y cache.

    Sissi zayyat

    11 h 05, le 04 novembre 2019

  • les deux pelés et trois tondus appelés la rescousse du président, du gendre et des autres dans la rue ne peuvent pas pas rivaliser avec les millions de citoyens descendus spontanément pour réclamer leur dûs aux (ir) responsables qui ont ruiné le pays. Le président a clôturé son discours avec une phrase et un rictus. “je les aime tous c.a.d tous. Mais malheureusement ca sonne faux et TOUS ne l’aiment point TOUS. Par contre ils sont TOUS mais alors TOUS déçus par lui. Même ceux qui se trouvaient hier devant son palais.

    Sissi zayyat

    10 h 37, le 04 novembre 2019

  • On ne peut pas faire de révolution au Liban sans passer d'abord par une guerre civile interminable

    Chucri Abboud

    08 h 51, le 04 novembre 2019

  • GRANDE GAFFE QUE LA MANIFESTATION DU CPL UNIQUEMENT COMME PARTI A LA COULEUR CONFESSIONNELLE ET SON ACCES AU PALAIS PRESIDENTIEL... FERME A LA MAJORITE ECRASANTE ET DE TOUTES LES COMMUNAUTES ET CONFESSIONS DES MANIFESTANTS DU PEUPLE LIBANAIS. ERREUR MAJEURE QUI A AIGUISE LES RANCOEURS ET LES REVENDICATIONS. C,EST UN CRIME QUE LA TENTATIVE DE LEVER UNE RUE CONFESSIONNELLE CONTRE UNE RUE DE TOUTES LES CONFESSIONS. ON JOUE AVEC LE FEU. ON PROVOQUE LE FEU. LA SAGESSE EST DE MISE POUR EVITER LA REVOLUTION DANS TOUTE SON EXPRESSION ET LE GLISSEMENT DU PAYS VERS L,INCONNU. LES REVENDICATIONS DU PEUPLE DOIVENT ETRE SATISFAITES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 44, le 04 novembre 2019

  • "les routes qui mènent à Baabda, (...)le « palais du peuple », sont désormais grandes ouvertes devant le peuple encarté CPL et fermées devant le reste de la population". Alors que la contestation populaire est restée apolitique, le seul emblème admis étant le drapeau libanais, Voici que Bassil casse les règles du jeu avec une manifestation partisane. Une boîte de Pandore a été ouverte et qui risque de mener à la politisation de la contestation avec les risques de confrontations violentes. Il en assumera alors la pleine responsabilité.

    Yves Prevost

    06 h 26, le 04 novembre 2019

  • Aoun et Bassil =Petain et Laval.

    HABIBI FRANCAIS

    04 h 06, le 04 novembre 2019

  • Et pourtant , ces citoyens pacifiques accourus de tous les coins du pays et qui viennent du Liban profond , ont dñemontré par leur nombre que la majorité écrasante des libanais restent accrochés au système ! Peu de choses pourront changer .

    Chucri Abboud

    00 h 51, le 04 novembre 2019