Rechercher
Rechercher

Liban - Gouvernement

Premiers obstacles avant même le début des tractations

Pour une source proche du CPL, Hariri ne peut pas diriger un gouvernement de spécialistes.


Le président Michel Aoun entouré hier de la délégation de la Ligue maronite. Photo Dalati et Nohra

C’est avec une lenteur certaine que le pouvoir aborde la question de la formation du nouveau gouvernement. Négligeant la pression exercée par les centaines de milliers de Libanais mobilisés à travers tout le pays depuis le 17 octobre et qui a mené Saad Hariri à jeter l’éponge mardi, ce n’est qu’hier, soit au lendemain de l’annonce du Premier ministre, que le palais de Baabda a publié le traditionnel communiqué dans lequel il affirme que le chef de l’État a chargé le Premier ministre démissionnaire d’expédier les affaires courantes, en attendant la formation d’une nouvelle équipe. Un processus qui semble en outre déjà buter sur de premiers obstacles relevant de la politique politicienne.

Le palais présidentiel n’a, en outre, pas encore fixé de date pour la tenue des consultations parlementaires contraignantes que le chef de l’État, Michel Aoun, doit tenir avec les blocs parlementaires pour désigner un nouveau Premier ministre. Interrogée par L’Orient-Le Jour, une source proche de Baabda se contente de préciser que le palais attend l’issue des contacts politiques actuellement en cours entre les protagonistes dans la perspective de la nomination du futur Premier ministre. Dans certains milieux proches de la présidence de la République, on confie toutefois que Saad Hariri est donné favori. On précise aussi que le choix de la mise sur pied d’un cabinet de technocrates semble être « le plus avancé ».

C’est d’ailleurs dans le même sens que pourraient aller les propos tenus hier par le président Aoun devant une délégation de la Ligue maronite. « Le Liban se dotera d’un gouvernement composé de personnalités intègres », a-t-il lancé, avant de faire valoir que « le mouvement contestataire a pavé la voie aux réformes importantes. Mais si des obstacles apparaissent, le peuple manifestera à nouveau. »

Sauf que ce nouveau gouvernement semble se heurter à un veto de la part du Courant patriotique libre. Accusant Saad Hariri de l’avoir « trahie » en annonçant sa démission sous l’effet de la pression du mouvement contestataire sans l’en avoir informée à l’avance, la formation de Gebran Bassil serait hostile à un cabinet de spécialistes dirigé par M. Hariri, dans la mesure où ce dernier n’en est pas un. De source proche du CPL, on souligne que M. Hariri est une figure éminemment politique et ne peut par conséquent diriger un gouvernement de spécialistes, tel que réclamé par les manifestants. Les milieux aounistes réagissaient ainsi aux demandes de former un cabinet de technocrates qui exclurait Gebran Bassil, figure impopulaire et cible première des manifestants. En rendant son tablier, Saad Hariri a voulu s’afficher en « héros » répondant favorablement aux demandes d’une rue en ébullition, poursuivent ces sources. Mais il ne peut pas demander à M. Bassil de rester à l’écart de la vie politique, alors qu’il s’apprête à diriger une nouvelle équipe ministérielle, ajoutent les milieux du CPL.


(Lire aussi : Le vent mauvais qui les emporte, l'impression de Fifi ABOU DIB)


Geagea, Joumblatt et Gemayel

Il est évident que ce durcissement du ton du CPL est à même de compliquer la mission du prochain Premier ministre, notamment pour ce qui est de la formation d’un cabinet apolitique, même si plusieurs protagonistes se sont montrés favorables à cette option, mais aussi à un retour de Saad Hariri au Grand Sérail. Dans une interview accordée hier à l’agence al-Markaziya, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, n’a pas mâché ses mots à ce sujet. « Nous avons besoin d’un gouvernement d’indépendants composé de personnalités connues pour leur bonne réputation, leur dynamisme et leur capacité à enregistrer des accomplissements », a-t-il dit, précisant que les députés FL nommeront une personnalité apte à former un tel cabinet. Il a ajouté que M. Hariri était le premier choix de sa formation. À son tour, le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a plaidé pour la formation d’un cabinet apolitique. Interrogé par l’agence russe Sputnik, il s’est dit favorable à « un gouvernement loin des partis politiques et des figures traditionnelles ». Pour le leader druze, « il s’agit d’une façon de répondre aux demandes des manifestants qui ont brisé les barrières confessionnelles et régionales ».

De même, le leader des Kataëb, Samy Gemayel, hostile au compromis politique conclu entre Michel Aoun et Saad Hariri en 2016, a appelé à ce que le prochain gouvernement soit formé par une personnalité neutre. « Le peuple a demandé un gouvernement composé de personnes compétentes à même de gérer le pays à l’heure actuelle », a rappelé M. Gemayel lors d’une conférence de presse tenue hier au siège de son parti à Saïfi.

Nœud chiite ?

C’est surtout sur le Hezbollah que les regards seront braqués durant la prochaine phase. Et pour cause : la démission surprise de Saad Hariri est contraire à la volonté du secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah. Ce dernier avait d’ailleurs formulé un veto catégorique à la chute du régime de Michel Aoun, à tout changement du gouvernement et à la tenue de législatives anticipées, comme l’exigeait le soulèvement populaire. Cela suscite des interrogations autour d’éventuels « nœuds chiites » qui pourraient retarder la formation du cabinet. Pour le moment, le parti entend observer un silence radio, comme le confie à L’OLJ une source proche du parti. La chaîne MTV a toutefois indiqué que, dans les circonstances actuelles, le parti de Hassan Nasrallah est favorable à une équipe ministérielle éminemment politique. Le chef du Parlement, Nabih Berry, quant à lui, a dépêché le vice-président de la Chambre, Élie Ferzli, à la Maison du Centre pour un entretien avec M. Hariri. À l’issue de la rencontre, M. Ferzli a affirmé qu’ « il n’y a pas de divergences profondes au sujet de la reconduction (ou non) de M. Hariri, dans la mesure où il constitue à l’heure actuelle une soupape de sûreté pour les questions financières, économiques et sociales » .

Quoi qu’il en soit, des sources politiques citées par notre correspondante Hoda Chédid confient que M. Hariri propose de former un cabinet neutre respectant le principe du non-cumul des mandats de député et de ministre. De sources concordantes, on estime aussi que la future équipe ministérielle pourrait être formée par une autre personnalité sunnite si M. Hariri échouait à mettre sur pied un cabinet de spécialistes, ou encore un gouvernement politique qui inclurait des technocrates.


Lire aussi

Les scénarios de l’après-Hariri III

Un flou volontaire continue d’entourer la représentation de la révolution

À Beyrouth, « la révolution continue », assurent les manifestants

Quand les écolos font leur « révolution positive »

Qui sont les jeunes hommes qui ont déferlé, mardi, sur le centre-ville de Beyrouth ?

Au centre-ville, des initiatives privées pour soutenir les manifestants



C’est avec une lenteur certaine que le pouvoir aborde la question de la formation du nouveau gouvernement. Négligeant la pression exercée par les centaines de milliers de Libanais mobilisés à travers tout le pays depuis le 17 octobre et qui a mené Saad Hariri à jeter l’éponge mardi, ce n’est qu’hier, soit au lendemain de l’annonce du Premier ministre, que le palais de Baabda a...

commentaires (9)

desole mon texte est parti sans mes commentaires Le Liban se dotera d’un gouvernement composé de personnalités intègres », a-t-il lancé, avant de faire valoir que « le mouvement contestataire a pavé la voie aux réformes importantes. Mais si des obstacles apparaissent, le peuple manifestera à nouveau. » DONC CLAIREMENT DIT QUE LE PRESIDENT SAVAIT QUE SON GOUVERNEMENT ETAIT COMPOSE DE GENS PAS HONNETTES ET IL A LAISSE FAIRE L'EXCUSE EST PIRE QUE LA FAUTE MR LE PRESIDENT source proche du CPL, on souligne que M. Hariri est une figure éminemment politique et ne peut par conséquent diriger un gouvernement de spécialistes, tel que réclamé par les manifestants. ET VOILA LE GENDRE REVENIR A SA DOCTRINE INSUTANTE DE VOULOIR RECUPERER LES AVANTAGES DONNEES A TAIF AUX SUNNITES CONTRE LES CHRETIENS IL N'A DONC PAS COMPRIS QUE LE PEUPLE EN A MARRE DE CES DIVISIONS RELIGIEUSES ET VEUX QUI QUE CE SOIT A LA CONDITION DE FAIRE DU LIBAN A NOUVEAU UN BEAU PAYS OU IL FAIT BON Y VIVRE ET OU IL Y A DE L'ELECTRICITE 24/24 7/7 , DE L'EAU DANS LES ROBINETS , DES DECHETS BIEN DISPOSES ET DES POLITICIENS QUI NE SE COUVRENT PAS D'ARGENT AU DETRIMENT DU PEUPLE EST CE TROP DEMANDE A CEUX QUI DEPUIS 10 ANS OCCUPPENT CES POSTES ET N'ONT PAS REUSSI A LAISSER LA PLACE A DES GENS QUI ESSAIERONT AU MOINS DE MIEUX FAIRE AVEC A LEUR TETE UN POLITICIEN QUI A LE SOUTIEN POPULAIRE ET LE SOUTIEN DE TOUS LES PAYS Y COMPRIS CEUX DE CEDRE

LA VERITE

17 h 14, le 31 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • desole mon texte est parti sans mes commentaires Le Liban se dotera d’un gouvernement composé de personnalités intègres », a-t-il lancé, avant de faire valoir que « le mouvement contestataire a pavé la voie aux réformes importantes. Mais si des obstacles apparaissent, le peuple manifestera à nouveau. » DONC CLAIREMENT DIT QUE LE PRESIDENT SAVAIT QUE SON GOUVERNEMENT ETAIT COMPOSE DE GENS PAS HONNETTES ET IL A LAISSE FAIRE L'EXCUSE EST PIRE QUE LA FAUTE MR LE PRESIDENT source proche du CPL, on souligne que M. Hariri est une figure éminemment politique et ne peut par conséquent diriger un gouvernement de spécialistes, tel que réclamé par les manifestants. ET VOILA LE GENDRE REVENIR A SA DOCTRINE INSUTANTE DE VOULOIR RECUPERER LES AVANTAGES DONNEES A TAIF AUX SUNNITES CONTRE LES CHRETIENS IL N'A DONC PAS COMPRIS QUE LE PEUPLE EN A MARRE DE CES DIVISIONS RELIGIEUSES ET VEUX QUI QUE CE SOIT A LA CONDITION DE FAIRE DU LIBAN A NOUVEAU UN BEAU PAYS OU IL FAIT BON Y VIVRE ET OU IL Y A DE L'ELECTRICITE 24/24 7/7 , DE L'EAU DANS LES ROBINETS , DES DECHETS BIEN DISPOSES ET DES POLITICIENS QUI NE SE COUVRENT PAS D'ARGENT AU DETRIMENT DU PEUPLE EST CE TROP DEMANDE A CEUX QUI DEPUIS 10 ANS OCCUPPENT CES POSTES ET N'ONT PAS REUSSI A LAISSER LA PLACE A DES GENS QUI ESSAIERONT AU MOINS DE MIEUX FAIRE AVEC A LEUR TETE UN POLITICIEN QUI A LE SOUTIEN POPULAIRE ET LE SOUTIEN DE TOUS LES PAYS Y COMPRIS CEUX DE CEDRE

    LA VERITE

    17 h 14, le 31 octobre 2019

  • Les centaines de milliers de manifestants ont exprimé de vive voix leur méfiance à l'égard de Gebran Bassil. Un neveu du Président a dit qu'il n'est pas permis à Gebran Bassil de rester ministre et qu'il est le plus haï parmi tous les membres du gouvernement. Gebran Bassil n'est que le bonus offert par Hassan Nasrallah à Michel Aoun pour sa signature de la Feuille d'entente de Chiyah de 6/2/2006. Aujourd'hui, Gebran Bassil met un veto sur un gouvernement de Techniciens duquel il serait exclu. Un Gebran Bassil, chef d'un parti hérité de son beau-père, na aucun droit d'émettre des veto, sauf à lui-même.

    Honneur et Patrie

    16 h 28, le 31 octobre 2019

  • Le Liban se dotera d’un gouvernement composé de personnalités intègres », a-t-il lancé, avant de faire valoir que « le mouvement contestataire a pavé la voie aux réformes importantes. Mais si des obstacles apparaissent, le peuple manifestera à nouveau. » De source proche du CPL, on souligne que M. Hariri est une figure éminemment politique et ne peut par conséquent diriger un gouvernement de spécialistes, tel que réclamé par les manifestants. Mais il ne peut pas demander à M. Bassil de rester à l’écart de la vie politique, alors qu’il s’apprête à diriger une nouvelle équipe

    LA VERITE

    12 h 19, le 31 octobre 2019

  • OYEZ OYEZ CE QUI SE PASSE EN IRAQ : moktada sader DOIT OBLIGATOIREMENT s,allier au chef des milices pro iran afin de pouvoir former un nouveau gouv. HARIRI DEVRA FAIRE PAREIL... OU S'EN ALLER LA QUEUE ...... PT'T QU'IL LUI EST PLUS SALUTAIRE-RESPECT,DIGNITÉ, MEME APPUI POLPULAIRE - DE DEGUERPIR AVANT JUSTEMENT D'ETRE REMPLACE MALGRE LUI.

    Gaby SIOUFI

    11 h 14, le 31 octobre 2019

  • Chez nous, au Liban, l'Etat c'est cela: son "chef" reçoit des délégations, écoute leurs discours, y répond par des affirmations entendues déjà des centaines de fois...une belle photo avec tous ces délégués, sans oublier le drapeau libanais...et chacun retourne chez soi, certain d'avoir accompli son devoir... de patriote ! Pendant ce temps, le Hezbollah, fervent patriote...iranien, aidé de son copain Amal, s'arroge le droit de dicter ses lois à nos responsables très dociles. Il est aussi un "résistant" très efficace contre la prospérité et le bien-être du peuple libanais, qu'il rêve de voir ressembler de plus en plus au peuple guidé suprêmement à Téhéran. Il peut rappeler à l'ordre, avec bâtons et violences, les récalcitrants qui manifestent en demandant de vivre décemment... Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 55, le 31 octobre 2019

  • LES SANS SOULIERS DE QUEL COTE QU,ILS SOIENT DEVENUS GRANDS PROPRIETAIRES TERRIENS AVEC YACHTS ET AVIONS PRIVES FERAIENT BIEN DE SE TAIRE. ILS SONT SI IMPOPULAIRES. PERSONNE N,EN VEUT.

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    07 h 36, le 31 octobre 2019

  • Le bras de fer se clarifie entre les agendas américain et iranien , agendas qui se sont substitués à celui des manifestants: la politique étrangère se greffant suberpticement à tous ces tiraillements : G.Bassil travaillait corps et âme en tant que Ministre des AE pour trouver au plus vite une solution rapide à notre problème crucial numéro 1 : Le rapatriement des réfugiés syriens en Syrie , et était à deux doigts de commencer une négociation extrêmement constructive avec la Russie de Poutine , qui pouvait garantir un retour  rapide et dans la sécurité , de ces réfugiés qui nous pourrissent notre économie , notre environnement social , et qui représentent le plus gros danger démographique pour l'avenir du Liban .Ce problème est beaucoup plus urgent et plus grave que toutes les revendications de cette révolution qui survient à un timing très malsain ! Dommage !Mais les américains ne l'entendent pas de la même oreille que le CPL : Les réfugiés syriens(en majorité sunnites  et opposants aux régime) doivent rester chez nous et constituer un énorme moyen de pression politique (et qui pourrait devenir armé bientôt au cas où la situation se dégrade) contre Bachar et  par ricochet contre le Hezbollah qui vient de revenir victorieux de sa longue guerre en Syrie .D'ailleurs  nous avons pu apercevoir au sein des manifestants des groupes qui scandaient des slogans pour le départ de Bassile et la permanence des réfugiés. Un gouvernement de technocrates empêcherait

    Chucri Abboud

    07 h 31, le 31 octobre 2019

  • Invraisemblable que les consultations parlementaires n'aient pas commencé aujourd'hui même. On va encore laisser le temps à tous les partis pour magouiller entre eux. Quitte à attendre six mois! Le CPl et le Hezbollah sont des partis comme les autres, leur voix n'a pas plus de poids que celle des FL, Kataeb ou autres.

    Yves Prevost

    06 h 44, le 31 octobre 2019

  • Ballashna?

    Gros Gnon

    03 h 30, le 31 octobre 2019

Retour en haut