X

À La Une

La diaspora libanaise à Paris solidaire de "Beyrouth et Nabatiyé contre le régime"

Liban

Les manifestants réclament un régime laic au Liban et critique un gouvernement "qui a dépassé sa date d'expiration".

27/10/2019

"De Beyrouth à Nabatiyé, nous sommes avec vous contre le régime", scandaient dimanche à Paris des centaines de Libanais de la diaspora, rassemblés en solidarité avec leurs compatriotes qui, au pays, manifestent par centaines de milliers pour la onzième journée d'affilée contre la classe dirigeante, accusée de corruption. 

Les contestataires, réunis sur la place Joffre, devant le mur de la Paix, ont appelé, via leurs slogans et pancartes, à la mise sur pied d'un régime laïc et critiqué un gouvernement "qui a dépassé sa date d'expiration".

Bruno, un Français de 59 ans marié à une Libanaise, indique à L'OLJ être présent au rassemblement "pour sa nièce qui fête ses 31 ans à Beyrouth aujourd'hui et dont les frères ont tous dû quitter le Liban pour travailler dans les pays du Golfe". "Je suis là pour eux, pour qu'ils puissent vivre dans un pays plus égalitaire, où les richesses sont mieux réparties", a-t-il souligné, critiquant le fait que "10% des Libanais possèdent 90% des richesses du pays".

Kaldie, une trentenaire répondant à l'appel à se mobiliser avec son mari et ses deux enfants de 9 et 7 ans, affirme être là "pour dire que nous voulons le changement". "Nous n'avons plus rien à perdre, ils nous ont tout volé, même notre oxygène", déclare-t-elle, soulignant toutefois avoir repris espoir. Elle appelle les Libanais au pays à "rester dans la rue", tandis qu'un "Kellon Yaane Kellon" (Tous sans exception), slogan phare de la révolte, résonne derrière elle. "Nous sommes bien ici, mais nous sommes trop loin de nos familles. J'espère que mes enfants pourront un jour rentrer vivre au Liban", ajoute-t-elle. 

Réagissant aux différentes prises de paroles des responsables libanais au cours des onze derniers jours, notamment le chef de l'Etat Michel Aoun, et le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Ziad, qui, à 31 ans, a vécu un tiers de sa vie en France, critique "des discours toujours les mêmes d'hommes politiques toujours les mêmes". "Les réformes, c'est bien, mais ça ne suffit pas. Ce qu'on veut c'est qu'ils dégagent tous", a-t-il déclaré, en référence à la liste de réformes présentées lundi dernier par le Premier ministre, Saad Hariri, qui n'a pas convaincu les protestataires.

Depuis le début de la contestation qui a fait descendre dans la rue des centaines de milliers de Libanais, la diaspora n'est pas en reste. Dès le week-end dernier, des rassemblements avaient été organisés dans des dizaines de villes du monde entier. Samedi, ils étaient notamment plusieurs milliers à Sydney, en Australie, et des centaines, pleins d'espoir, à New York. Arborant des drapeaux libanais et des bannières–messages, il s'étaient à cette fois regroupés devant la mission permanente du Liban auprès des Nations unies, pour faire entendre leur voix en solidarité avec le mouvement au Liban afin que leur combat soit reconnu par la communauté internationale. 



Lire aussi
A New York, la diaspora réunie devant le siège de l'Onu

Ces expatriés qui débarquent à Beyrouth pour manifester…

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

les chiites sont une communauté a part entière !!!

Thawra-LB

Bravo, nous sommes tous un seul et unique peuple avec une destiné commune. les habitants de toutes les regions nous montrent combien les dirigeants actuels nous ont divisé sur des lignes sectaires et religieuse. Poursuivons le combat, de Tripoli a Nabatiyyeh jusqu’a que tout ces leaders comprennent que ce que les manifestants veulent ne sont pas uniquement des revendications economiques mais un chamboulement de la notion de “politics as usual” ou les gains d’une communauté serait la perte d’une autre.
Ou les gains d’une communauté dans les pays voisins devrait etre retransmise en gains locaux pour cette meme communauté. Les Libanais sont ENFIN en train de se creer une identité nationale qui espérons le surpassera l’identité communautaire. Ou etre libanais serait plus important que d’appartenir a une minorité chretienne ou chiite ou sunnite ou druze dans la region.

N'écoutons plus ces geopoliticiens heineux, amateur et fanfaronds. ils n’ont tout de meme jamais vecu au liban pour savoir ce qui s’y passe vraiment. Ils raisonnent encore en tant que “moi contre toi”. Bien au chaud a l’etranger.

Les libanais veulent passer au stage superieur. Ou tout le monde auront les meme droits et les memes opportunities. Modernisme mondial oblige.

VIRAGE CONTRÔLÉ

Nous avons perdu la Syrie , aidez nous à sauver le Liban.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire , dit on , mais depuis 1948 les dirigeants du Liban auraient pu instaurer la laïcité , et ce n'est qu'aujourd'hui en 10 jours on veut nous faire croire que les chiites sont passés de citoyen de seconde zone à communauté à part entière ?

Je n'ai fait que reprendre un "économiste" qui me l'a appris dans ce journal .

CA PEND-A-LONG-UEUR de journée. K.J

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Un test réussi et des leçons à tirer

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants