X

Dernières Infos

A New York, la diaspora réunie devant le siège de l'Onu

Contestation

A New York, amplification de la manifestation de solidarité devant la mission du Liban à l’Onu


27/10/2019
Faisant écho au soulèvement populaire pacifique d’une ampleur inédite contre la classe politique libanaise, jugée « incompétente, corrompue et sectaire », qui se déroule au Liban, des manifestations coordonnées de soutien au mouvement au Liban se sont amplifiées, ce week-end, gagnant plus d’une trentaine de villes, aux Etats Unis, au Canada, en Australie, et en Europe. A New York, plusieurs centaines de Libanais de la diaspora, arborant des drapeaux libanais et des bannières–messages, se sont de nouveau regroupés, samedi, devant la mission permanente du Liban auprès des Nations unies, pour faire entendre leur voix en solidarité avec le mouvement au Liban afin que leur combat soit reconnu par la communauté internationale. C’est à l’unisson, dans une ambiance festive et bon enfant, qu’ils ont entonné l’hymne national libanais, entrecoupé des slogans phares de la mobilisation, dont « Kellon yaani kellon».

Au dixième jour de la contestation, si l'espoir, toujours fort, se lisait sur les visages, un certain scepticisme était aussi exprimé.

"Nous voulons montrer notre solidarité aux manifestants au Liban, où que nous soyons, partout dans le monde, nous restons unis. Nos racines sont au Liban”, confait à L'Orient-Le Jour Rami Dannawi, étudiant de 26 ans, qui fait parti des organisateur du mouvement. Avec une trentaine de jeunes, parmi lesquels Nour Mouhamed Jamil Hodeib, étudiant de 29 ans de Nabatiyé, et Elsa Saadé, 27 ans, ils sont à la pointe de ce mouvement qui rassemblent des Libanais de tous âges et toutes religions.

Alors que le mouvement n'a pas de leader, comment entrevoient-ils l'évolution de la mobilisation?  "C’est la première fois qu'une révolution paraît vraiment réelle au Liban et elle mènera sûrement au changement. Mais le changement prendra du temps. Nous nous sentons plus forts sans leader, parce qu’il n’y a personne à blâmer", confie à L’Orient Le Jour, Chris Abi Aad, 29 ans, qui travaille sur les données et la technologie, à New York.

Alex Abboud, 29 ans, qui travaille dans le consulting à New York, estime, pour sa part, que "cette unité pourra aboutir à des changements dans le pays". il juge néanmoins qu'il "faudra un leader qui puisse l’aider à remonter la pente en axant surtout sur les intérêts socio-économiques". Roy Najjar, 22 ans, qui travaille en finances à New York, pense, de son côté, que cette révolution "insuffle un sentiment patriotique, d‘appartenance et d’unité". Il estime également que "la présence d’un leader ayant une vision pour le Liban serait bénéfique et nécessaire pour la mener à bien".

Au cours des 10 derniers jours, plus de la moitié du pays a défilé dans les rues en front unifié transcendant les confessions religieuses, les partisans politiques et le statut socio-économique. Dans plus de 50 villes de 25 pays, la diaspora libanaise, utilisant les hashtags «istandwithLebanon et #lebanese_diaspora_reunites, a amplifié l'appel lancé par le Liban pour le changement.


À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants