X

Moyen Orient et Monde

Des accords de non-agression avec Israël seraient inopportuns pour les pays du Golfe

Entretien express

Michael Horowitz, spécialiste du Moyen-Orient à LeBeck International, un think tank basé à Bahreïn, répond aux questions de « L’OLJ ».

08/10/2019

Israël cherche à se rapprocher un peu plus des pays du Golfe. Dans un tweet publié dimanche, le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a affirmé avoir récemment « fait la promotion, avec le soutien des États-Unis, d’une initiative afin de signer des “accords de non-agression” avec les États du Golfe arabe ». « Ce geste historique mettra fin au conflit et permettra une coopération civile jusqu’à ce que des accords de paix soient signés », a-t-il ajouté.

Si aucune information supplémentaire n’a été donnée, l’initiative semble s’inscrire dans la continuité de la volonté de l’État hébreu de tisser des liens plus étroits avec les pays du Golfe. Israel Katz a notamment rencontré son homologue bahreïni en juillet dernier à Washington, photo à l’appui, soit un mois après le sommet de Manama sur le volet économique du plan israélo-palestinien de l’administration américaine. Interrogé par L’Orient-Le Jour, Michael Horowitz, spécialiste du Moyen-Orient à LeBeck International, un think tank basé à Bahreïn, décrypte la dernière initiative de l’État hébreu.


Pourquoi Israël a-t-il décidé de lancer des négociations autour d’un pacte de « non-agression » maintenant ?

Un pacte de non-agression serait une alternative à un accord de paix formel et à l’établissement de relations formelles entre les pays du Golfe et Israël. Au lieu d’établir des relations et de voir les pays du Golfe reconnaître Israël officiellement – ce qui pose la question de la frontière israélienne –, un accord de non-agression serait une forme de reconnaissance indirecte. Cela serait surtout symbolique, sachant qu’Israël est déjà en train de travailler sur de nombreux sujets avec plusieurs pays du Golfe, et qu’Israël n’a aucune intention d’attaquer un des États du Golfe et vice-versa. Pour Israël, l’aspect intérieur est également central : cela est une autre manière pour les ministres proches du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, de jouer du rapprochement avec le Golfe.



(Lire aussi : Israël cherche à nouer des pactes de "non-agression" avec des pays du Golfe)


Quel message enverrait un tel pacte aux pays de la région ?

Un accord de non-agression enverrait le message que la normalisation (des relations) entre le Golfe et Israël est en train de progresser. Signer un pacte de non-agression pourrait aussi servir Israël en tant que « garantie » potentielle contre un changement de la position actuelle des pays du Golfe. La vérité est que, au-delà de cela, un accord de non-agression changerait peu de choses selon les termes de la collaboration actuelle. Qu’il soit signé ou non, Israël et le Golfe continueront à collaborer en ce qui concerne l’Iran et quelques autres sujets. À mon avis, la plus grande partie de la réflexion derrière (cette initiative) est directement liée aux développements politiques en Israël et à l’effort de certains de présenter de nouveaux projets et idées comme un signe de changement dans sa relation avec le Golfe alors que l’image est loin d’être aussi claire.


Dans quelle mesure un accord de ce genre serait-il opportun pour les pays du Golfe ?

Cela n’est pas opportun du tout, à vrai dire, je doute fort que n’importe quel diplomate du Golfe ait fait autre chose que d’écouter poliment la proposition d’Israël. Cela va apporter peu d’avantages : Israël est déjà en train de donner un coup de main au Golfe concernant l’Iran (dans son propre intérêt) et le fera indépendamment du fait qu’un tel accord (de non-agression) est signé ou non. Israël n’a jamais cherché à envahir ou attaquer un pays du Golfe, et il est peu probable que cela change. D’autre part, malgré le rapprochement entre le leadership de certains pays du Golfe et Israël, il n’y a pas de signe clair d’un rapprochement similaire au niveau des populations. Les pays du Golfe ont été secoués par la réaction des États-Unis – ou le manque de réaction – à l’attaque contre deux installations pétrolières saoudiennes et ne cherchent pas à augmenter les tensions. Un pacte de non-agression n’apporterait pas de protection supplémentaire tout en alimentant le ressentiment contre eux dans beaucoup de pays arabes – chose que l’Iran pourrait facilement utiliser. Pourquoi l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis signeraient-ils un accord qui ne leur apporterait rien d’autre que des problèmes potentiels ?



Lire aussi

Israël a rétabli ses liens avec Oman, annonce le chef du Mossad

A la conférence de Bahreïn, flirt poussé entre Arabes du Golfe et Israéliens

Israël « fait partie de l’héritage de la région » , affirme le chef de la diplomatie bahreïnie


Pour mémoire

Les relations entre Israël et les pays du Golfe mijotent à feu doux

Oman appelle les pays arabes à apaiser les "craintes d'Israël"

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Amère Ri(s)que et péril.

Le chef de file du parti Yisrael Beteinou a critiqué, le lundi 7 octobre, le Premier ministre chitanyahou et a notamment fait savoir que les chances de rentrer dans sa coalition semblaient être quasi nulles, alors que le gouvernement est toujours dans l’impasse politique.

Lieberman a déclaré qu’il ne ferait pas de compromis sur les questions de religion et d’État, pour lesquelles il avait exigé de vastes réformes. Interrogé sur le fait qu’il puisse assouplir ses exigences si on lui proposait une rotation au poste de P.M, il a répondu qu’il leur dirait « d’aller en enfer ».

« Malheureusement, Bibi ne comprend pas les concepts d’amitié ou de loyauté », a déclaré Lieberman au journal Ma’ariv.

Il a par ailleurs déploré le fait que lorsque quelqu’un est en désaccord avec chitanyahu, cette personne devient alors automatiquement son ennemi.

« Quand vous vous opposez à chitanayhu, vous êtes tout de suite accusé de le haïr , d’être de gauche ou d’essayer de le renverser », a-t-il déclaré.

Samedi soir, Avigdor Lieberman avait appelé chitanyahu et son rival, le numéro un de Bleu Blanc, Gantz à « mettre leur égo de côté » et à « arrêter de jouer » alors que les négociations pour former un gouvernement n’ont pas encore abouties, deux semaines après les législatives.
« Nous sommes aujourd’hui à un véritable tournant politique. Les résultats de l’élection conduisent à une conclusion unique: la population veut un gouvernement d’union nationale ».

Amère Ri(s)que et péril.

l'usurpation signe des pactes de non agression avec les bensaouds , et les bensaouds agressent leurs frères arabes au Yémen et ailleurs s'ils le pouvaient .

Bizarre , vous avez dit bizarre .

Dites nous les usurpateurs , alors ce gouvernement il en est où ? vous allez le former à bahrein ? lol..

NAB

L’Iran et ses sbires ont quand meme accomplit une chose. Pousser les pays du Golfe dans les bras d’Israel. A force d’entendre Nasrallah repeter a longueur de rassemblement qu’ils voulait detruire l’arabie Saoudite et les Emirats et bahhhh l’Arabie et les Emirats ont trouvé d’autres amis en l’occurence Israel. strategie ratée pour “l’axe de la resistence” qui se met tout le monde a dos et ensuite se plain du manque d’opportunité economiques.

Revoyez vos calcula vous etes les seuls perdants..

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST PLUTOT D,ACCORDS DE COOPERATION ET DE RECONNAISSANCE MUTUELLE QU,IL DEVRAIT EN ETRE QUESTION. OU BIEN DES ACCORDS DE DEFENSE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants