Rechercher
Rechercher

Liban - Presse

L’ordre des rédacteurs met en cause les réseaux sociaux

L’ordre des rédacteurs a commenté les discussions en cours sur la responsabilité de la presse et des médias dans la crise économique et financière actuelle, publiant hier un communiqué dans lequel il appelle à faire une « distinction claire » entre la presse et les réseaux sociaux pour lesquels aucune loi n’a été prévue. Cette réaction intervient au lendemain du Conseil des ministres lors duquel ont été abordées les questions de la liberté de la presse et des libertés en général, ainsi que celle des rapports entre le pouvoir et les médias.

Dans ce contexte, l’ordre des rédacteurs a fait la mise au point suivante : 1. Il est injuste d’accuser le secteur de la presse et des médias d’être le principal responsable de la situation dans le pays, sachant qu’il est de son devoir d’éviter tout ce qui aggrave les tensions, avive les susceptibilités et les craintes et se répercute négativement sur la société.

2. Les journalistes et les professionnels des médias ont le devoir d’assumer parfaitement leurs responsabilités dans ces situations délicates et d’éviter tout ce qui exacerbe les tensions, avive les susceptibilités ou débouche sur des insultes personnelles à l’adresse des responsables ; dans le même temps, ils se réservent l’entier droit d’exercer leur liberté de critique et de dénonciation de la corruption et des corrupteurs, ainsi que des coupables et des sources de gaspillage. L’ordre des rédacteurs défendra farouchement ce droit conformément à son engagement dans ce domaine.

3. Dans toute approche du problème, une distinction claire doit être faite entre la presse et les médias (audiovisuels, NDLR), d’une part, et, d’autre part, les réseaux sociaux, pour lesquels aucune loi n’a été prévue (…). Car la plupart des plaintes proviennent de ce qui est propagé et écrit par les blogueurs sur Facebook, Twitter et Instagram et sur certains sites sauvages qui poussent comme des champignons, sans normes ni contrôles. La plupart d’entre eux sont le fait de citoyens qui ne travaillent ni dans le journalisme ni dans les médias.

4. Le sérieux et la prudence sont de mise dans toute tentative de braquer les projecteurs sur les responsabilités de la presse. Nous aurions aimé voir plutôt les responsables plus sensibles aux difficultés de la presse (…).

5. Afin de promouvoir la transparence dans les relations avec la presse et les médias, de préciser les limites de ses responsabilités et de permettre à ses structures syndicales de jouer pleinement leur rôle (…) il est nécessaire de mettre au point une loi moderne pour la presse et l’information..

L’ordre des rédacteurs exhorte ses membres à prendre conscience de leurs responsabilités historiques dans ces circonstances graves et à œuvrer dans un esprit de responsabilité, sachant que les libertés au Liban sont sacrées et sont même la raison d’être de son existence.

L’ordre des rédacteurs a commenté les discussions en cours sur la responsabilité de la presse et des médias dans la crise économique et financière actuelle, publiant hier un communiqué dans lequel il appelle à faire une « distinction claire » entre la presse et les réseaux sociaux pour lesquels aucune loi n’a été prévue. Cette réaction intervient au lendemain du...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut