Rechercher
Rechercher

À La Une - Iran

Khameneï appelle à déroger encore à l'accord nucléaire de 2015

"La responsabilité en incombe à l'Organisation de l'énergie atomique, elle doit mettre en œuvre la réduction des engagements (...) d'une manière précise et complète et continuer ainsi jusqu'à ce que nous obtenions le résultat désiré", affirme le guide suprême iranien.

Le guide suprême iranien, Ali Khameneï, le 2 octobre 2019 à Téhéran. Photo AFP / KHAMENEI.IR

L'ayatollah Ali Khameneï, guide suprême iranien, a prévenu mercredi que la république islamique continuerait à renoncer à une partie des engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 jusqu'à obtenir "le résultat désiré".

En réplique au retrait, en mai 2018, des Etats-Unis de l'accord de Vienne négocié également avec la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, le régime iranien s'est déjà soustrait à plusieurs dispositions. Il s'est notamment affranchi du plafond limitant ses stocks d'uranium et de la limitation du taux d'enrichissement de son uranium.

"Nous allons continuer à réduire nos engagements et nous devons le faire avec le plus grand sérieux", a déclaré l'ayatollah Khameneï lors d'une réunion avec des officiers du corps des gardiens de la révolution. "La responsabilité en incombe à l'Organisation de l'énergie atomique, elle doit mettre en œuvre la réduction des engagements (...) d'une manière précise et complète et continuer ainsi jusqu'à ce que nous obtenions le résultat désiré", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés sur son site internet.

Ces déclarations interviennent alors que les parties européennes à l'accord de 2015 s'efforcent de favoriser une reprise du dialogue entre Téhéran et Washington.

Plusieurs sources ont affirmé mardi que le président français Emmanuel Macron avait tenté jusqu'à la dernière minute, mais en vain, d'organiser un échange téléphonique entre Donald Trump et Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.


(Lire aussi : Le soir où Trump a appelé en vain Rohani au téléphone)



"Messages brouillés"

Selon une source diplomatique française, le président iranien a décliné l'appel car "il n'avait pas suffisamment d'assurance à Téhéran pour pouvoir le prendre". Le guide suprême iranien est le véritable détenteur du pouvoir en Iran. "L'occasion n'a pas été saisie à cause de la politique interne iranienne - et américaine -, mais je dirais plus à cause des Iraniens", abonde une autre source diplomatique.

En tout état de cause, Hassan Rohani a confirmé mercredi lors d'une réunion de son cabinet, retransmise en direct sur la télévision nationale, son accord avec le plan français soumis à l'Iran et aux Etats-Unis en vue d'une désescalade. Les deux parties seraient d'accord sur quatre points, indique-t-on de source française. "L'Iran doit revenir en conformité avec ses engagements au titre du JCPOA (l'accord de juillet 2015-NDLR) et accepter des négociations sur un cadre de long terme à ses activités militaires". Il "doit mettre un terme à sa politique agressive dans la région" et obtiendrait en contrepartie "la levée des sanctions américaines et pourrait disposer de ses revenus pétroliers".


(Lire aussi : A Téhéran, de célèbres fresques antiaméricaines tirent leur révérence)



Hassan Rohani a jugé mercredi que des modifications devaient être apportées à la formulation du plan et a déploré les "messages brouillés" de la partie américaine. "Le président américain, par deux fois, lors de son discours à l'ONU et à une autre occasion, a dit explicitement qu'il voulait durcir les sanctions. J'ai dit à nos amis européens : Que doit-on entendre? Vos déclarations selon lesquelles l'Amérique est prête (à négocier)? Ou celles du président américain qui en l'espace de 24 heures a dit deux fois qu'il durcirait les sanctions?", a rapporté Hassan Rohani. "Ils (les Européens) n'avaient pas une réponse claire à ce sujet", a-t-il précisé.


Lire aussi

Washington a proposé de lever les sanctions contre l’Iran pour négocier, dit Rohani

Rohani ignore les appels à rencontrer Trump à l'ONU

Golfe : contre les forces étrangères, l'Iran plaide pour un projet de sécurité régionale

Comment Trump s’est laissé prendre à son propre piège anti-iranien

Face à l’Iran, les trois « mauvaises options » de l’administration US

L'ayatollah Ali Khameneï, guide suprême iranien, a prévenu mercredi que la république islamique continuerait à renoncer à une partie des engagements pris dans le cadre de l'accord nucléaire de 2015 jusqu'à obtenir "le résultat désiré".
En réplique au retrait, en mai 2018, des Etats-Unis de l'accord de Vienne négocié également avec la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne...
commentaires (7)

LA VICTOIRE NE SERA QUE DIPLOMATIQUE POUR CELUI QUI L,EMPORTERA !

LA LIBRE EXPRESSION

21 h 51, le 02 octobre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • LA VICTOIRE NE SERA QUE DIPLOMATIQUE POUR CELUI QUI L,EMPORTERA !

    LA LIBRE EXPRESSION

    21 h 51, le 02 octobre 2019

  • LA POLITIQUE OCCIDENTALE BASEE SUR LES SANCTIONS... DE LA RIGOLADE... POUR LE PROCHE ET LE MOYEN ORIENT EST UN FIASCO. LE BRAS DE FER S,IL NE VIENT PAS... ET IL NE VIENDRA PAS PROBABLEMENT... SERA L,INHUMATION DE CETTE POLITIQUE. ILS S,ACHARNENT A DESTABILISER LE LIBAN POUR ESSAYER DE STABILISER ISRAEL. IL NE RESTE QUE LA DIPLOMATIE POUR SE TIRER D,AFFAIRE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    21 h 01, le 02 octobre 2019

  • RIRA BIEN ET TRES FORT QUI RIRA LE DERNIER !

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 39, le 02 octobre 2019

  • Jeu de dupes? Ou sérieuses ouvertures pouvant déboucher sur un accord? Mr Trump est probablement seul à décider de ce qu'il apporterait à la table des discussions... Mais qu'en est il de Mr Rohani, bride par les "gardiens de la révolution"... Et qui apparemment ont le support de Mr khamenei

    Chammas frederico

    17 h 51, le 02 octobre 2019

  • Le guide suprême joue avec le feu car une telle position mènerait à un désastre sur le plan sécuritaire de tout le Proche-Orient. Car ni Israël ni les Etats-Unis tout particulièrement, ne resteront les bras croisés devant une telle escalade.

    Tony BASSILA

    16 h 36, le 02 octobre 2019

  • Pour l'amour du ciel qu'on ne vienne pas nous dire que les yankys n'ont pas voulu frapper les iraniens en Syrie et….bla bla bla... que les perses et les juifs sont des alliés de longue date contre les arabes et bla bla bla… Qu'il y a connivence entre les grandes puissances et bla bla bla … l' Iran NPR s'est hissée au rang de puissance régionale confirmée et même un peu plus svp !

    FRIK-A-FRAK

    16 h 18, le 02 octobre 2019

  • EST-CE QUE VOUS COMPRENEZ POURQUOI L'IRAN NPR , SE FELICITE DE LA PRESENCE DU CLOWN AMERICAIN AU POUVOIR ? Allez vous comprendre à la fin que ce duo clown/chitanyahou font les affaires de l'axe de la résistance au grand complet , Russie et Chine compris ? Allez vous définitivement comprendre que les comploteurs occidentaux sont tombés dans le piège PERSE QUI VA EN TOUTE TRANQUILITE SE DOTER DE L'ARME NUCLEAIRE EN FAISANT FI DES SANCTIONS ET AUTRES DECISIONS STERILES , AVANT LES TEMPS ACCORDES PAR SIGNATAIRES DE CET ACCORD ? ALLEZ VOUS VOUS ENFONCEZ DANS LA TÊTE QUE RIEN NI PERSONNE AU MONDE NE POURRA LES EN EMPECHER ? ET ENFIN ALLEZ VOUS FINIR PAR ACCEPTER L'IDEE QUE LES USA + LES USURPATEURS+ LES EUROPEENS VONT FINIR PAR LES SUPPLIER DE NEGOCIER A L'ENDROIT Où LES IRANIENS AURONT DECIDE DE PROGRESSER DANS LEURS POLITIQUES NUCLEAIRE ? ALLONS NOUS DECIDER ENFIN D'ÊTRE PLUS LUCIDES ET MOINS EMBRIGAGES PAR LA PROPAGANDE NEFASTE DES SIONISTES ?

    FRIK-A-FRAK

    15 h 50, le 02 octobre 2019

Retour en haut