Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Retraits de dollars : Aoun dénonce des "pressions extérieures", Bassil des "complots internes"

Il n'y a "aucun risque de pénurie" de devise américaine au Liban, assure le chef de l'Etat. 

Le président libanais, Michel Aoun (à gauche sur la photo), et le ministre des AE, Gebran Bassil. Photo d'archives, tirée du compte Twitter de M. Bassil

Le chef de l’État libanais Michel Aoun a dénoncé vendredi des "pressions extérieures" sur la situation économique et financière du Liban, tandis que le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil estimait que les inquiétudes des Libanais, au sujet notamment la disponibilité des dollars, sont le fait de "complots" internes. 

Répondant aux questions des journalistes à son atterrissage à Beyrouth, à son retour de l'Assemblée générale de l'ONU, le président Aoun a souligné que "des pressions extérieures sont exercées sur le Liban, notamment concernant l'économie". "Ces pressions ne sont pas nouvelles", a-t-il ajouté. Au sujet de la crise du dollar, le chef de l’État a déclaré qu'il n'y a "aucun risque de pénurie" de devise américaine au Liban. Concernant les derniers développements de la situation économique et financière au Liban, il a souligné qu'il n'avait "pas connaissance de ce qui s'était passé lors de son voyage à New York", indiquant que la personne de référence pour les devises est le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, et pour les finances, le ministre titulaire Ali Hassan Khalil.



(Lire aussi : « Sans les émigrés qui envoient de l’argent au Liban, que deviendrait-on ? »)



Pour sa part, Gebran Bassil a affirmé que le Liban "a vaincu Israël et le terrorisme et vaincra toutes les dissensions survenant sur son territoire". "Nous devons maintenant faire face à un nouveau type de tensions : les tensions économiques", a-t-il ajouté, lors d'une rencontre avec des Libanais de la diaspora à Windsor, au Canada. "Il est vrai que l’État a une part de responsabilité" dans ces troubles, "mais nous devons également faire face à des pressions extérieures sur notre économie et notre monnaie", a ajouté le chef de la diplomatie. Et d'ajouter : "Il y a aussi des partenaires internes qui conspirent contre le pays et son économie". Il a notamment accusé ces parties, qu'il n'a pas nommées, de "fabriquer des images erronées de la situation pour monter les citoyens contre l’État, au lieu de se montrer solidaires pour que nous puissions traverser ensemble cette période compliquée. "Tout cela est dû à des tentatives de nous démanteler de l'intérieur", a-t-il insisté.

Les inquiétudes des Libanais concernant l'économie se sont intensifiées depuis plusieurs jours, de nombreux clients de banques ne pouvant plus retirer d'argent en dollars de leurs comptes. Plusieurs sources bancaires ont dans ce cadre indiqué à L’Orient-Le Jour que la majorité des établissements avaient limité depuis plusieurs semaines les plafonds et conditions de retrait de billets verts. Ces sources ont évoqué une volonté, imposée par la Banque du Liban dans un contexte de situation financière fragile, de limiter autant que possible la circulation de devises lorsqu’elle semble inutile ou suspecte. Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé a cependant assuré lundi qu’il n’y avait pas de pénurie de dollars et que les banques pouvaient répondre aux besoins de leurs clients.



Lire aussi
Blé, médicaments et carburant importés en dollars : la BDL passe à l’action

Pas de pénurie de dollars dans les banques libanaises, affirme Salamé

La vengeance du dollar, l'éditorial de Issa GORAIEB

Change dollar/livre libanaise : pas de pénurie, mais un problème de circulation

« Les sanctions US frapperont aussi les alliés du Hezbollah »

Le FMI n’a pas exhorté le Liban à laisser flotter la livre, assure le conseiller de Hariri


Pour mémoire 

Salamé assure qu’il continuera à préserver la stabilité de la livre


Le chef de l’État libanais Michel Aoun a dénoncé vendredi des "pressions extérieures" sur la situation économique et financière du Liban, tandis que le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil estimait que les inquiétudes des Libanais, au sujet notamment la disponibilité des dollars, sont le fait de "complots" internes. Répondant aux questions des journalistes à son...

commentaires (15)

BIEN ENTENDU, LE COUPLE ROYAL N'EN A RIEN A FOUTRE ! JAMAIS AU GRAND JAMAIS POURRAIENT ILS ETRE RESPONSABLES DES MALHEURS QUE VIT LE LPAYS. LA FAUTE AUX AUTRES ( CETTE FOIS CI PAS LES ITALIENS ), MAIS QUI ? BEN REPONSE TTE SIMPLE : CERTAINS DE L'ETRANGER & DE L'INTERIEUR. Pafff ! ILS NOUS LAISSENT QD MEME DE QUOI REFLECHIR, IMAGINER - FAUTE DE NOUS LAISSER RESPIRER LIBREMENT EN TTE SÉRÉNITÉ..

Gaby SIOUFI

14 h 12, le 28 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • BIEN ENTENDU, LE COUPLE ROYAL N'EN A RIEN A FOUTRE ! JAMAIS AU GRAND JAMAIS POURRAIENT ILS ETRE RESPONSABLES DES MALHEURS QUE VIT LE LPAYS. LA FAUTE AUX AUTRES ( CETTE FOIS CI PAS LES ITALIENS ), MAIS QUI ? BEN REPONSE TTE SIMPLE : CERTAINS DE L'ETRANGER & DE L'INTERIEUR. Pafff ! ILS NOUS LAISSENT QD MEME DE QUOI REFLECHIR, IMAGINER - FAUTE DE NOUS LAISSER RESPIRER LIBREMENT EN TTE SÉRÉNITÉ..

    Gaby SIOUFI

    14 h 12, le 28 septembre 2019

  • C'est quand même inouï que le PR dise qu'il ne sait pas ce qui s'est passé en son absence, il donne tout simplement l'impression qu'il n'y a plus de pilote à bord. Je suis déçue. Les propos de GB, je ne commente pas, inutile. En cette fin de semaine, couacs et cafouillages.

    Marionet

    09 h 13, le 28 septembre 2019

  • Poker-faces!

    Je partage mon avis

    21 h 51, le 27 septembre 2019

  • Deux grands absents. Ils devaient être prévoyants et agir depuis plusieurs années au lieu de bloquer la présidence du Liban pendant deux ans et demi. Et c'est maintenant qu'il dit "Nous devons maintenant faire face à un nouveau type de tensions : les tensions économiques". Nous sommes en pleine crise économique depuis 2011 quand le Général Aoun a acheté un oneway-ticket à Hariri.

    Zovighian Michel

    19 h 21, le 27 septembre 2019

  • Lequel incarne les pressions extérieures, et lequel les complots intérieurs ? En général, les forts courants contraires amènent des risques d'ouragans, même dans un pays dit "fort, libre et indépendant"... Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 39, le 27 septembre 2019

  • C'est l'opposition politique qui veut à tout prix détruire les chances des loyalistes , même au prix de la destruction de tout le pays ! C'est un sale jeu suicidaire pour tous , il faut que ça cesse

    Chucri Abboud

    17 h 15, le 27 septembre 2019

  • tout le monde se serre la ceinture. Question: a-t-on diminué le salaire de nos represents ou peut-etre se sont ils augmenté vu la devaluation.

    GENE JAIME

    16 h 25, le 27 septembre 2019

  • LE LIBAN A VAINCU ISRAEL ET LE TERRORISME... IL FAUT ETRE NAIF POUR LE CROIRE. SI VRAIMENT ON LE CROIT... MAIS LE DOUTE EST CERTAIN... C,EST QU,ON EST EN DEHORS DE LA LOGIQUE DES CHOSES ET ON NE VAUT PAS SON POSTE.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    14 h 58, le 27 septembre 2019

  • "Retraits de dollars : Aoun dénonce des "pressions extérieures", Bassil des "complots internes"" Déjà mettez-vous d'accord...

    Gros Gnon

    14 h 09, le 27 septembre 2019

  • Pas seulement interne et externe, mais bel et bien in house. Olj house. Que misera !

    FRIK-A-FRAK

    13 h 36, le 27 septembre 2019

  • Chapeau le photographe qui a pris cette photo. Body language says it all, comme disent les Chinois !

    Remy Martin

    13 h 03, le 27 septembre 2019

  • 1) Il a par ailleurs indiqué qu'il n'était pas au courant de ce qui s'était dit à ce sujet lors de son voyage à New York. C'est le President du Liban fort qui dit que durant son voyage a New York qu'il N'ETAIT PAS AU COURRANT 77 PERSONNES L'ACCOMPAGNENT AUX ETATS UNIS AUX FRAIS DE LA PRINCESSE MAIS PERSONNE LE TIENT AU COURRANT example de l'excuse pire que la faute 2) Gebran Bassil a affirmé que le Liban "a vaincu Israël et le terrorisme AS FORCE DE LE DIRE IL VA LE CROIRE 3) une volonté, imposée par la Banque du Liban dans un contexte de situation financière fragile, de limiter autant que possible la circulation de devises lorsqu’elle semble inutile ou suspecte. LES BANQUES SUIVENT DES DIRECTIVES DU GOUVERNEUR DE LA BANQUE DU LIBAN . EST IL VISE OU L'ETERNEL FRERE ENNEMI LES FL? President Aoun et son gendre devraient comprendre que c'est leur politique qui a amene le pays au stade ou il en est. Accuser de tort et de travers tout le monde local et international ne fait que faire l'autruche jusqu'au moment final ou il ne restera rien de ce que le Liban etait

    LA VERITE

    12 h 40, le 27 septembre 2019

  • La photo de Bassil avec la main sur la bouche et le regard inquisiteur me fait penser au dernier de la classe assit on fond entrain de bavarder avec la peur au ventre que le prof le surprenne. Ca ne mérite pas d'autre commentaire.

    Le Point du Jour.

    12 h 29, le 27 septembre 2019

  • conspiracies and pressure ? Only in their imagination. As Bill Cllinton said 'it's the Economy stupid' .

    EL KHALIL ABDALLAH

    12 h 24, le 27 septembre 2019

  • PRESSIONS EXTERIEURES ET COMPLOTS INTERNES... C,EST PLUTOT LA CORRUPTION ET L,INCOMPETENCE DE TOUS LES ABRUTIS QUI NOUS GOUVERNENT QUI SONT RESPONSABLES DE LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DANS LE PAYS. IL NE VOUS SERT A RIEN D,ESSAYER DE TROUVER D,AUTRES CAUSES QUE CELLE DE VOTRE INCOMPETENCE GENERALE. LE PEUPLE NE GOBE PAS DES INEPTIES ET DES MENSONGES.

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    11 h 53, le 27 septembre 2019

Retour en haut