Liban

Pas de pénurie de dollars dans les banques libanaises, affirme Salamé

Le plafond des prêts accordés pour le développement industriel passe de 3 à 5 millions de dollars, annoncent le gouverneur de la BDL et le ministre de l'Industrie. 

Le gouverneur de la Banque centrale libanaise (BDL), Riad Salamé. Photo Ani

Le gouverneur de la Banque centrale libanaise (BDL), Riad Salamé, a affirmé lundi que le Liban ne souffrait pas d'une pénurie de dollars, ajoutant que les banques du pays peuvent "répondre aux besoins de leurs clients dans cette devise". Ces propos interviennent alors que certains clients de banques libanaises ont affirmé ne pas avoir pu retirer de dollars dans plusieurs distributeurs automatiques de billets de la capitale au cours du week-end. 

"Les dollars existent en suffisance et tout ce qui a été dit dans les médias a été exagéré à des fins spécifiques", a affirmé M. Salamé lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de l'Industrie, Waël Bou Faour. "Les banques peuvent répondre aux besoins des clients" en ce qui concerne les dollars et "le secteur bancaire dispose de liquidités suffisantes" dans cette devise, a-t-il ajouté, précisant que les avoirs de la BDL en dollars "dépassent les 38 milliards" et qu'il y a aucun besoin de prendre une quelconque mesure. Et de poursuivre : "Les mesures prises par certaines banques concernant les retraits aux distributeurs automatiques sont liées aux politiques internes de chaque établissement".

L’économie libanaise est dollarisée et le taux de change entre la livre et le dollar est fixé par la BDL depuis 1997 (1507,5 livres pour un dollar). Mais les pressions sur la stabilité financière du pays se sont accélérées depuis la crise de novembre 2017, marquée par la démission du Premier ministre Saad Hariri, qui avait été retenu plusieurs semaines à Riyad sur fond de tensions entre le royaume wahhabite et l’Iran. Une situation qui oblige la BDL à limiter la circulation de devises sur le marché pour maintenir le niveau de ses réserves et la croissance des dépôts bancaires, et ainsi être capable de continuer à gérer l’endettement public, la dollarisation de l’économie et le taux de change fixe.

Contactées par L’Orient-Le Jour, plusieurs sources bancaires ont dans ce contexte reconnu avoir limité depuis plusieurs semaines les plafonds et conditions de retraits de billets verts que ce soit via les DAB ou les guichets, s’il s’agit de comptes en livres libanaises ou de comptes bloqués en dollars. Ces sources ont évoqué une volonté, imposée par la BDL dans un contexte de situation financière fragile, de limiter autant que possible la circulation de devises lorsqu’elle semble inutile ou suspecte. 



"Bonnes relations avec le Trésor" US
Par ailleurs, le gouverneur de la BDL a estimé que la visite à Beyrouth du secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea, n'a pas pour but de "resserrer l'étau sur les banques, mais d'expliquer les raisons pour lesquelles le Trésor américain prend certaines mesures". "Il est très important que nous ayons de bonnes relations avec le Trésor US", a-t-il affirmé.

Plus tôt dans la journée, M. Billingslea a été reçu à Aïn el-Tiné par le président du Parlement libanais, Nabih Berry, puis au Grand sérail par le Premier ministre, Saad Hariri. Lors de ses entretiens, il a prévenu que les Etats-Unis allaient sanctionner toute partie apportant un soutien "matériel" au Hezbollah, selon selon une source libanaise proche du dossier à l'AFP.

Fin août, Washignton avait annoncé des sanctions contre la banque libanaise Jammal Trust Bank accusée de faciliter les opérations financières du Hezbollah. La semaine dernière, la JTB avait annoncé son auto-liquidation.

Lors de la conférence de presse avec M. Bou Faour, M. Salamé a par ailleurs annoncé le relèvement du plafond des prêts accordés au développement de projets industriels, de 3 à 5 millions de dollars. Il a précisé que ces prêts allaient permettre de "créer plus d'opportunités d'emplois dans le secteur industriel".  Le ministre de l'Industrie a pour sa part déclaré que cette décision de la BDL constitue "un soutien au plan de développement" du secteur, qui va permettre de "relancer l'économie" du pays. Le président de l'Association des industriels libanais, Fady Gemayel, a de son côté salué le gouvernement libanais qui "prend toutes les mesures nécessaires pour empêcher le dumping" et les nouvelles mesures prises par M. Bou Faour pour "permettre aux sociétés de stimuler leurs exportations". 



Lire aussi
Change dollar/livre libanaise : pas de pénurie, mais un problème de circulation

« Les sanctions US frapperont aussi les alliés du Hezbollah »

Le FMI n’a pas exhorté le Liban à laisser flotter la livre, assure le conseiller de Hariri


Pour mémoire

Salamé assure qu’il continuera à préserver la stabilité de la livre


Le gouverneur de la Banque centrale libanaise (BDL), Riad Salamé, a affirmé lundi que le Liban ne souffrait pas d'une pénurie de dollars, ajoutant que les banques du pays peuvent "répondre aux besoins de leurs clients dans cette devise". Ces propos interviennent alors que certains clients de banques libanaises ont affirmé ne pas avoir pu retirer de dollars dans plusieurs distributeurs...

commentaires (5)

M. le Gouverneur Merci de dire aux libanais la vérité au lieu de les hypnotiser...Nous sommes commerçants et nous n'arrivons plus à avoir des devises de nos clients parceque leurs banques ne leur vendent pas des dollars .Alors nous sommes obligés d'accepter qu'ils nous paient en livres libanaises ..Malheureusement , notre banque aussi refuse de convertir les LL en devises !Alors comment faire pour payer nos fournisseurs ??Nous allons à la télé ou àla Banque Centrale ?? Les libanais vous ont toujours cru mais maintenant ils commencent à douter de votre parole.

Pierre El-Fady

11 h 27, le 24 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • M. le Gouverneur Merci de dire aux libanais la vérité au lieu de les hypnotiser...Nous sommes commerçants et nous n'arrivons plus à avoir des devises de nos clients parceque leurs banques ne leur vendent pas des dollars .Alors nous sommes obligés d'accepter qu'ils nous paient en livres libanaises ..Malheureusement , notre banque aussi refuse de convertir les LL en devises !Alors comment faire pour payer nos fournisseurs ??Nous allons à la télé ou àla Banque Centrale ?? Les libanais vous ont toujours cru mais maintenant ils commencent à douter de votre parole.

    Pierre El-Fady

    11 h 27, le 24 septembre 2019

  • Tout les montages financiers ont une limite ...aussi complexe soit elle !! C’est mathématique .. je pense que ça le vous savez MR Salemeh

    Bery tus

    06 h 01, le 24 septembre 2019

  • Cher M Riad Salame Je vous considerais comme le meilleur banquier de Banque Centrale et certainement un des plus capables Libanais allant jusqu'a dire dans un de mes commentaires il y a quelques annees qu'on devrait vous nommer President de la Republique au Liban pour sortir ce pays du marasme ou il se trouvait Aujourdh'ui je dois dire que le secteur bancaire , donc votre responsabilite , n'est pas seulement en crise mais en FAILLITTE Dire que les banques ont des dollars est une faute grave . Si elles avaient des depots en dollars dans des banques etrangeres rien ne serait plus facile que de faire venir officielement des dollars en CASH contre ces depots et alimenter le pays correctement Obliger les personnes qui recoivent des transferts en dollars de les recevoir en livres libanaise est un signe plus qu'evident que la situation n'est plus controllable. OBLIGER LES LIBANAIS A PAYER LEURES FACTURES EN DOLLARS EST AUSSI INSUPORTABLE ET PORTE LE GERME D'UNE FAILLITTE EVIDENTE Au lieu de vouloir s'obstiner a garder une parite fictive du dollar contre la livre Libanaise DEVALUER LA LIVRE LIBANAISE et finissons de cette masquerade AGISSER AUJOURDH'UI AVANT QUE L'INNECULTABLE ARRIVE DEMAIN Avec tout mon respect

    LA VERITE

    15 h 45, le 23 septembre 2019

  • OPTIMISME OU PESSIMISME ? LE DILEMME S,INSTALLE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 12, le 23 septembre 2019

  • Il dit vrai.

    FRIK-A-FRAK

    14 h 48, le 23 septembre 2019