Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Objectif 2030 : produire 30% d'électricité via les énergies renouvelables, annonce Boustani

La ministre libanaise de l'Energie appelle les responsables à "communiquer, dialoguer et coopérer" pour assurer la bonne mise en œuvre des futurs projets.

La ministre libanaise de l’Énergie, Nada Boustani, lors de son entretien avec l’AFP, le 12 juin 2019. Photo d'archives AFP

La ministre libanaise de l’Énergie Nada Boustani a affirmé mercredi que l'objectif du Liban, à l'horizon 2030, était de produire 30% de son électricité via les énergies renouvelables, assurant que le développement de ce secteur créera "de nombreuses opportunités d'investissement dans les dix prochaines années".

"Nous sommes réunis aujourd'hui pour annoncer que nous avons finalisé le lancement des grands projets de développement concernant l'électricité, le pétrole, l'eau et les énergies renouvelables", a-t-elle déclaré dans son discours d'ouverture de la conférence de Beyrouth sur l’énergie et l’eau, organisée à l'hôtel Le Royal. Elle a appelé à cette fin les responsables à "communiquer, dialoguer et coopérer" pour assurer la bonne mise en œuvre de ces projets.

Nada Boustani a affirmé que l'objectif du Liban pour 2020 était de produire 12% du courant électrique nécessaire pour le pays via les énergies renouvelables. "L'objectif est de parvenir à 30% d'énergies renouvelables d'ici à 2030", a-t-elle déclaré, assurant œuvrer dans ce cadre avec l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) afin de développer "une feuille de route nationale" permettant d'atteindre cet objectif. "Au cours des dix prochaines années, le développement du secteur des énergies renouvelables va créer de nombreuses opportunités d'investissement au Liban", a-t-elle promis, mettant en avant l'importance de la coopération entre les secteurs privé et public pour "assurer une transition fluide" vers les énergies renouvelables.


(Lire aussi : Hermel : un projet de centrale solaire dans les tuyaux)



L'éolien et le solaire
La ministre a également annoncé la signature de trois contrats entre le ministère de l’Énergie et des fermes éoliennes situées dans le Akkar. Ces contrats permettant d'approvisionner le pays à hauteur de 226 Mégawatts, a-t-elle précisé. Mme Boustani a dans le même contexte annoncé qu'un cahier des charges serait publié à la fin de l'événement, pour un appel d'offres pour la construction par le secteur privé de nouvelles centrales de production de courant éolien, pouvant atteindre une capacité de production de 500 Mégawatts. 

En ce qui concerne l'énergie solaire, Nada Boustani a souligné avoir dépouillé les offres financières recueillies pour la construction de champs de panneaux solaires, permettant de produire 180 Mégawatts. "Nous espérons pouvoir parvenir bientôt à une offre financière définitive et émettre les licences lors d'un très prochain Conseil des ministres", a-t-elle ajouté. 

La ministre de l’Énergie a enfin annoncé la signature très prochaine d'un accord de coopération entre le Liban et la Jordanie, "afin de renforcer la coopération" dans les secteurs énergétiques.

Adopté au printemps par le gouvernement, le plan de réforme de l’électricité – qui doit permettre de renforcer les capacité d’Electricité du Liban (EDL) tout en ajustant les tarifs qui n’ont plus bougé depuis 1994 – contient également un volet consacré aux énergies renouvelables, notamment dans l’axe portant sur la construction de nouvelles centrales. Mais dans un rapport publié fin juillet, Greenpeace recommandait au ministère de renoncer à certains projets prévoyant la construction de nouvelles centrales conventionnelles pour accélérer davantage sa transition énergétique.


Pour mémoire

Au Liban, l’énergie solaire a encore de beaux jours devant elle

Le fleuve de Beyrouth transformé en centrale solaire


Lire aussi

La ministre de l’Énergie dresse un premier bilan de son action

Le « barrage percé » de Brissa au cœur d’un débat au Parlement

La relocalisation, par le ministère de l’Énergie, de la future centrale de Selaata suscite la polémique


La ministre libanaise de l’Énergie Nada Boustani a affirmé mercredi que l'objectif du Liban, à l'horizon 2030, était de produire 30% de son électricité via les énergies renouvelables, assurant que le développement de ce secteur créera "de nombreuses opportunités d'investissement dans les dix prochaines années"."Nous sommes réunis aujourd'hui pour annoncer que nous avons finalisé...

commentaires (5)

Le photovoltaique n'est pas assez efficace. Il vaut mieux réduire la consommation d'électricité en installant des panneaux de chauffe-eau solaires sur chaque foyer.

Gros Gnon

12 h 14, le 26 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le photovoltaique n'est pas assez efficace. Il vaut mieux réduire la consommation d'électricité en installant des panneaux de chauffe-eau solaires sur chaque foyer.

    Gros Gnon

    12 h 14, le 26 septembre 2019

  • Le plus urgent est que tous les Libanais payent l'électricité et non la moitié d'entre eux seulement.

    Honneur et Patrie

    16 h 18, le 25 septembre 2019

  • PARLEZ-NOUS DES OBJECTIFS DES TROIS ANNEES QUI VIENNENT ECONOMIQUES ET FINANCIERES EN PRIORITE !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    15 h 40, le 25 septembre 2019

  • Je me demande pourtant toujours encore si le Akkar est un bon endroit pour des fermes éoliennes ... cela pourrait bien être une mauvaise décision du point de vue écologique.

    Stes David

    15 h 01, le 25 septembre 2019

  • Très belle initiative de notre ministre de l'énergie . Il faudra que pour ça on nous lâche un peu les basquets avec des sujets politico-politiciens qui nous font perdre notre temps .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 05, le 25 septembre 2019

Retour en haut