Rechercher
Rechercher

procès

Affaires Hamadé, Haoui et Murr : le TSL appelle le Liban à "intensifier ses efforts" pour arrêter Ayache

Le tribunal ordonne que la diffusion de l'acte d'accusation soit effectuée "par la voie de la procédure d'annonce publique". 

Le logo du TSL apparaissant sur un écran dans une salle d'audience. Photo d'archives Roger Dohmen

La présidente du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), la juge Ivana Hrdličková, a enjoint mardi aux autorités libanaises d'"intensifier leurs efforts" pour déférer Salim Ayache devant le TSL. Accusé d'être responsable de plusieurs assassinats et tentatives d'assassinats politiques en 2004 et 2005, M. Ayache est sous mandat d'arrêt depuis mi-septembre. Dans ce contexte, la juge Hrdličková a ordonné  que la diffusion de l'acte d'accusation soit effectuée par un autre moyen que via l'Etat libanais, "notamment par la voie de la procédure d'annonce publique".

Mi-septembre, le TSL avait annoncé avoir transmis le mandat d’arrêt à l'encontre de M. Ayache aux autorités libanaises. "Des tentatives raisonnables ont été faites par les autorités libanaises pour signifier l’acte d’accusation à l’accusé en personne, mais ces efforts ont échoué à ce jour", affirme la juge dans un communiqué publié sur le site du Tribunal international.  Elle enjoint dès lors "au greffier du TSL de transmettre aux autorités libanaises le texte d’une annonce publique et ordonne aux mêmes autorités de prendre toutes les mesures raisonnables afin d’aviser l’opinion publique de l’existence de l’acte d’accusation et d’appeler M. Ayache à se livrer au Tribunal ou, en tout état de cause, à se soumettre à sa compétence". La juge Hrdličková enjoint, dans ce cadre, aux autorités libanaises et au greffier de "présenter un rapport sur les résultats de leurs efforts" et, dans son ordonnance, la juge "invite le Liban à accroître et intensifier ces efforts pour signifier à l'accusé de l’acte d’accusation, pour l’arrêter et le transférer au siège du Tribunal".  "Si dans un délai de 30 jours suivant l’annonce de l’acte d’accusation, l’accusé ne se trouve pas sous l’autorité du Tribunal, le Juge de la mise en état demandera à la Chambre de première instance d’engager une procédure par défaut", précise le communiqué de Mme Hrdličková. 


Salim Ayache est accusé d'être responsable de l'assassinat de l'ex-chef du Parti communiste libanais, Georges Haoui, le 21 juin 2005, dans un attentat à la voiture piégée près de son domicile dans le quartier résidentiel de Wata Moussaïtbeh, et des attentats contre Marwan Hamadé, le 1er octobre 2004 à Beyrouth, et l'ancien ministre Elias Murr dans la région d'Antelias, le 12 juillet 2005. Salim Ayache, membre présumé du Hezbollah, est également accusé d’avoir été à la tête de l’équipe qui a perpétré l'attentat au camion piégé qui a coûté la vie à l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005.

Entré en service le 1er mars 2009 dans la banlieue de La Haye, le TSL est le premier tribunal pénal international qui permet l'organisation d'un procès par défaut au cours duquel l'accusé est représenté par un avocat.



Lire aussi
Affaires Hamadé, Haoui et Murr : le TSL exhorte Salim Ayache à coopérer

Le Liban notifié il y a plus de deux mois de l’acte d’accusation dans les affaires Hamadé, Haoui et Murr

Strass Academy, l'éditorial de Issa GORAIEB



Pour mémoire
Assassinat de Hariri : le jugement serait attendu en octobre

Et le 1er mars 2009, le TSL voyait le jour, au forceps...

Il y a 12 ans, le 14 Mars perdait Walid Eido dans un attentat

Ralph Riachy, « l’incorruptible » vice-président du TSL, chevalier de la Légion d’honneur


La présidente du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), la juge Ivana Hrdličková, a enjoint mardi aux autorités libanaises d'"intensifier leurs efforts" pour déférer Salim Ayache devant le TSL. Accusé d'être responsable de plusieurs assassinats et tentatives d'assassinats politiques en 2004 et 2005, M. Ayache est sous mandat d'arrêt depuis mi-septembre. Dans ce contexte, la juge...

commentaires (5)

Il est demandé au hezb libanais de la résistance de faire le job de l'état libanais tout en condamnant les ingérences du hezb dans les affaires de l'état libanais. FAUT SAVOIR CE QUON VEUT LES AMIS. OU ON PERMET AU HEZB DE SE MÊLER DE TOUTES LES AFFAIRES DE L'ÉTAT LIBANAIS OU ON NE LUI PERMET rien .

FRIK-A-FRAK

17 h 14, le 24 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il est demandé au hezb libanais de la résistance de faire le job de l'état libanais tout en condamnant les ingérences du hezb dans les affaires de l'état libanais. FAUT SAVOIR CE QUON VEUT LES AMIS. OU ON PERMET AU HEZB DE SE MÊLER DE TOUTES LES AFFAIRES DE L'ÉTAT LIBANAIS OU ON NE LUI PERMET rien .

    FRIK-A-FRAK

    17 h 14, le 24 septembre 2019

  • LES ASSASSINS SONT CONNUS ET SE BALLADENT PARMI TOUT LE MONDE DANS LE PAYS. L,INCAPACITE DE L,ETAT A LES ARRETER ET LES JUGER OU LES LIVRER AU TSL EST TOUT AUSSI CONNUE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 17, le 24 septembre 2019

  • Talfann Ayache. Euh non, pas vraiment. lol

    Tina Chamoun

    16 h 16, le 24 septembre 2019

  • je me demande comment des Libanais integres arrivent encore a s'asseoir en conseil de ministres avec des assassins de leur pere, de leurs collegues et parfois comme MAY CHIDIAC victime elle meme de ces assassins QUEL HYPOCRISIE DE DIRE QUE LES 20 ASSASSINATS OU TENTATIVES D'ASSASSINATs NE SONT RIEN MAIS QUE UN SOLDAT QUI A DEFENDU SA PATRIE ET SON PEUPLE AU SUD EST CONDAMNABLE HEZBOLLAH SI VOUS NE PRESENTER PAS AYACHE AU TRIBUNAL NE DONNEZ PLUS DE LECON DE MORALITE AUX LIBANAIS ILS AURONT TOUS COMPRIS CE QUE VOUS AVEZ FAIT CONTRE LE LIBAN ET QUE VOUS ETIEZ A LA SOLDE D'UN PAYS ETRANGER ET AUJOURDH'UI D'UN AUTRE EN PLUS

    LA VERITE

    16 h 01, le 24 septembre 2019

  • On ne peut pas faire deux fois la même chose et avoir des résultats différends ! Le TSL appelle le Liban à "intensifier ses efforts" pour arrêter Salim Ayache. Jadis, le TSL avait appelé le Liban à "Intensifier ses efforts" pour arrêter les quatre assassins de Rafiq Hariri. Dans les deux cas, les réponses fut et serait les mêmes : Il est impossible à l'Etat libanais d'exécuter les ordres du TSL.

    Honneur et Patrie

    16 h 00, le 24 septembre 2019