X

Liban

Il y a 12 ans, le 14 Mars perdait Walid Eido dans un attentat

Commémoration
Z.A. | OLJ
15/06/2019
Les milieux du 14 Mars, et plus particulièrement ceux du courant du Futur, ont célébré avant-hier le 12e anniversaire de l’assassinat du député de Beyrouth Walid Eido. Cet ancien magistrat avait péri le 13 juin 2007 dans un attentat à la voiture piégée. Il était l’une des figures politiques visées par une série d’attentats ayant suivi l’assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005.

« Walid Eido a été assassiné durant la période où les forces du 14 Mars étaient visées par les attentats. Il faisait partie des grands noms du 14 Mars car il s’exprimait en toute franchise sur les relations avec le Hezbollah ou le régime syrien », rappelle l’ancien député et membre du bureau politique du courant du Futur Moustapha Allouche.

L’ancien député déplore par ailleurs le fait que l’enquête n’ait pas réussi à déterminer l’identité des auteurs de l’attentat qui a coûté la vie à Walid Eido. « Sur le plan légal, rien ne nous permet de désigner des responsables, mais le cadre dans lequel cet attentat est survenu porte à croire que c’est le camp du Hezbollah et de la moumanaa qui en est à l’origine », confie M. Allouche à L’Orient-Le Jour. « Walid Eido était un des grands leaders de la révolution du Cèdre. Il avait des positions tranchées concernant ceux qui ont assassiné Rafic Hariri et qui ont fait du mal au Liban », souligne-t-il.


(Pour mémoire : Zaher Eido : « Ceux qui ont tué Rafic Hariri ont tué mon père »)


Pour l’ancien ministre Nabil de Freige, qui a côtoyé Walid Eido de près, ce dernier était « un homme qui gagnait à être connu ». « Vu sa formation de juriste, c’était un excellent parlementaire et il était doté d’un jugement très professionnel, se souvient-il. C’était un des députés de Beyrouth les plus appréciés. Il est également celui qui a le plus travaillé pour le bien de la capitale. »

« Walid Eido avait un sens de l’humour très développé, même quand il parlait de sujets sérieux », révèle M. de Freige, qui n’hésite pas à rapporter une anecdote à propos du défunt : « Nous avions rendu visite une fois à l’ancien patriarche maronite Nasrallah Sfeir. Comme la mère de Walid Eido était maronite, le patriarche, qui ne manquait pas d’humour non plus, lui avait lancé : “On voit bien que tu sors du lot parce que ta mère est maronite !” »



Pour mémoire

Zaher Eido : « Seul le verdict du TSL pourra apaiser nos cœurs »

Le souvenir de Walid Eido, entre résilience et désenchantement

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants