X

À La Une

Détournement d'avion en 1985 : un Libanais arrêté en Grèce

Liban

D'après les médias grecs, l'homme de 65 ans a été impliqué dans le détournement du vol TWA 8475 ; selon le ministère libanais des AE, l'ambassade du Liban à Athènes suit "l'arrestation, par la police de l'île de Syros, du journaliste Mohammed Saleh".

OLJ/AFP
21/09/2019

Un Libanais recherché pour un détournement d'avion de la TWA en 1985 et le meurtre d'un passager américain, a été arrêté jeudi en Grèce, a annoncé samedi la police.

Cet homme de 65 ans a été appréhendé jeudi sur l'île de Mykonos en vertu d'un mandat d'arrêt européen émis contre lui par l'Allemagne, a-t-elle précisé dans un communiqué, sans fournir son identité. L'Allemagne le recherchait pour le détournement d'avion ainsi que pour un enlèvement en 1987. D'après les médias grecs, ce Libanais a été impliqué dans le détournement le 14 juin 1985 peu après son décollage de l'avion du vol TWA 847.


Plus tard dans la journée, le ministère libanais des Affaires étrangères a annoncé, dans un communiqué que "suite aux directives du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, l'ambassade du Liban à Athènes suit l'affaire de l'arrestation, par la police de l'île de Syros, du journaliste Mohammed Saleh depuis vendredi après-midi". Le ministère ne précise pas qu'il s'agit du même Libanais arrêté dans le cadre de l'affaire du  détournement de l’avion mais les versions semblent converger.  Le syndicat des rédacteurs s’est également saisi de l’affaire et selon des informations à Beyrouth il s’agit d’un homonyme à celui qui est accusé du détournement de l'avion du vol TWA 847.

"L'ambassade a effectué samedi tous les contacts nécessaires avec le commissariat où il est détenu réclamant qu'un avocat et un médecin puissent le voir et s'enquérir de son état, ajoute le ministère des AE dans un communiqué. Le chargé d'affaires par intérim à l'ambassade du Liban à Athènes se rendra sur l'île de Syros dimanche à 7 heures pour rencontrer M. Saleh et lui fournir une assistance consulaire, conformément aux lois internationales applicables".

"Le ministère a également contacté l'ambassadeur de Grèce à Beyrouth, qui a lui contacté son administration, précisant que son arrestation avait eu lieu sur la base d'un mandat d'arrêt allemand", conclut le ministère. 


L'avion du vol TWA 847, parti du Caire, se rendait à San Diego, avec des escales à Athènes, Rome, Boston et Los Angeles. Le détournement a eu lieu après son décollage de la capitale grecque.

Pendant 17 jours, le pilote de l'avion la TWA John Testrake a été contraint de sillonner la Méditerranée avec 153 passagers et membres de l'équipage, de Beyrouth à Alger, puis dans l'autre sens à nouveau. L'appareil a atterri à trois reprises à Beyrouth avant d'être finalement autorisé à s'y poser définitivement.

Le 15 juin 1985, à l'occasion du premier arrêt dans la capitale libanaise, un passager de 23 ans, un plongeur de la Marine américaine, avait été torturé avant d'être abattu. Son corps avait été jeté sur le tarmac.

Le pirate de l'air présumé a été arrêté lors d'un contrôle des passeports d'un navire de croisière, selon Athens News Agency. Il a comparu vendredi devant la justice, qui a ordonné sa mise en détention dans l'attente de son extradition vers l'Allemagne.

Il avait été arrêté en Allemagne deux ans après le détournement de l'avion de la TWA, mais avait ensuite été échangé contre deux otages allemands enlevés à Beyrouth, selon des médias grecs.



Pour mémoire

Il y a trente ans, le détournement du vol 847 de la TWA

L’un des pirates de la TWA, en 1985, tué au Pakistan

Un pirate de l’air libanais, évadé de Suisse, arrêté au Maroc

Un pirate de l'air libanais condamné à mort par contumace 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cherif Bedran

Le pirate qui a passé deux ans en détention a eu ses empreintes digitales enregistrées.

Comparez les empreintes digitales du journaliste Mohammed Saleh aux empreintes du pirate.

Tout le monde sera fixé.

C’est plus facile que de tourner autour du pot.

REBOURS Jean-Claude

Quand on donne une information, on va jusqu'au bout.
Pourquoi refusez-vous de donner son identité ?
Bonne soirée,
J.C.R.

Yves Prevost

L'article renvoie à un précédent " il y a trente ans..." lequel précise que les pirates sont, comme on pouvait s'y attendre...membres du Hezbollah !

Jean abou Fayez

On ne nous dit rien. Si des otages ont été pris pour le libérer, il était évidemment avec un groupe, et pas juste un "pirate" solitaire..

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES BIEN FAIT.

Wlek Sanferlou

Yado' el aadalat taouilat!

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants