X

Liban

Les féministes en colère après le mariage d’une adolescente de 15 ans

Droits de l’enfance

L’Union des femmes progressistes a initié un large mouvement de protestation sur les réseaux sociaux.

14/09/2019

Elle s’appelle Yana Shamseddine. Elle a 15 ans et quatre mois. Il y a quelques jours, le juge communautaire druze l’a mariée à Baakline, dans le Chouf, à son petit ami, un jeune homme de 18 ans, de la famille Yahia. Ce dernier l’avait enlevée quelques jours auparavant, pour la seconde fois. Les parents de l’adolescente avaient aussitôt signalé sa disparition à la gendarmerie et émis le souhait que leur fille rentre à la maison. Mais face à la pression sociale, craignant de la voir stigmatisée pour avoir passé la nuit chez son amoureux, ils ont baissé les bras et accepté l’union. L’enlèvement (khatifé) étant une pratique interdite dans la communauté druze car considérée antireligieuse, le père n’a pas assisté au mariage de sa fille, pour exprimer sa désapprobation. Il a délégué son frère, l’oncle paternel de Yana, qui a donné son autorisation, la signature de la mineure n’étant pas reconnue.


(Pour mémoire : « Le mariage avant 16 ans doit être criminalisé »)


Des normes sociétales discriminatoires envers les femmes
Au Liban, en l’absence d’un code civil sur le statut personnel, toutes les questions liées à la famille sont régies par les lois communautaires. Le mariage de Yana est donc légal aux yeux de la communauté druze, qui fixe l’âge légal du mariage pour les filles à 15 ans révolus et pour les garçons à 16 ans révolus (compte tenu des exceptions). Sans compter que l’adolescente prend sa décision de son plein gré. Il n’en demeure pas moins qu’aux yeux de l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), Yana reste une enfant tant qu’elle n’a pas atteint 18 ans, l’âge légal de la majorité.

Outrées par cette union qui « risque de mettre en danger la jeune mariée », les associations féministes montent au créneau sur les réseaux sociaux et dénoncent à cor et à cri « la violation flagrante des droits de Yana ». « À cet âge, estiment-elles, il est difficile de prendre une décision aussi grave. » Menées par l’Union des femmes progressistes (joumblattiste), mobilisée sous le slogan « Ce n’est pas un jeu d’enfant », les militantes montrent du doigt les lois communautaires d’un autre âge et les normes sociétales discriminatoires envers les femmes. Elles invitent « l’État à accomplir son devoir et protéger les victimes de mariages précoces ». Dans cette campagne, elles peuvent compter sur le soutien notamment du Rassemblement démocratique des femmes libanaises (RDFL), qui est à l’origine d’une proposition de loi contre le mariage avant l’âge de 18 ans, qui attend toujours d’être étudiée par le Parlement.

« Nous avons réussi à parler avec le père et la sœur de la jeune mariée », déclare à L’Orient-Le Jour la présidente de l’Union des femmes progressistes, Manal Saïd, qui condamne la persistance des mariages de mineures au Liban. « Ils se sont dit surpris de la décision de Yana, le père ayant souvent découragé ses filles de se marier trop jeunes », explique-t-elle. La militante souligne toutefois « le milieu conservateur et traditionnel » dans lequel évolue la famille et évoque « la pression sociale qui a poussé le père de Yana à accepter l’union de sa fille, pour lui épargner la honte d’avoir été enlevée et ramenée à ses proches ». Mme Saïd précise que c’est la seconde fois que le jeune homme enlève Yana. « La première fois, il avait moins de 18 ans et n’a pas eu l’autorisation de l’épouser », dit-elle.


(Pour mémoire : Âge légal du mariage : le débat fait rage, mais les instances islamiques ne cachent pas leurs réticences)


Quelques amendements déjà… mais il reste tellement à faire
Dénonçant un « scandale », l’association invite l’État « à adopter une loi civile pour le statut personnel qui s’applique à tous les Libanais et fixe l’âge minimal du mariage à 18 ans, afin d’instaurer l’égalité sociale ». Dans l’attente, elle exhorte les communautés religieuses « à amender leurs lois, hausser l’âge du mariage à 18 ans et interdire les exceptions qui deviennent des règles ». « Nous espérons pouvoir rencontrer la jeune mariée, avec une assistante sociale, afin de la sensibiliser aux dangers d’une grossesse précoce, dit enfin Manal Saïd. Nous avons de plus demandé à être reçues par le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, pour lui présenter nos revendications. Nous espérons qu’il voudra bien nous écouter. »

Contacté par L’OLJ, le juge druze, cheikh Ghandi Makarem, préfère ne pas se prononcer sur une affaire dont il n’a pas toutes les données, mais rappelle « le caractère légal du mariage » contracté par le couple, aux yeux de la communauté druze. Il reconnaît cependant que les lois de la communauté sur l’âge légal du mariage nécessitent d’être amendées. « Nous avons déjà amendé certaines lois discriminatoires envers les femmes, concernant la garde des enfants, la maternité et l’héritage », assure-t-il. À titre d’exemple, en cas de divorce, le droit de garde accordé à la mère a été élevé à 14 ans pour la fille et à 12 ans pour le fils, au lieu de 9 ans précédemment. De plus, une femme qui n’a pas de frère peut désormais hériter de son père. Le cheikh Makarem reconnaît toutefois que beaucoup de choses restent à faire. « Dans les affaires d’héritage, chaque femme reçoit la moitié de l’héritage de son frère, constate-t-il. Quant à l’âge du mariage, il ne fait toujours pas l’objet d’un débat au sein de la communauté. »


Pour mémoire
La société libanaise se prononce contre le mariage avant 18 ans, mais peine à aller plus loin

Mariage précoce ; Au Liban, les féministes revoient leurs ambitions à la baisse

Ma belle promise s’appelle Otour et elle a quinze ans

Au Liban, une coalition nationale voit le jour contre le mariage précoce

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

Une chose est a signale quand meme

Les parents /freres/etc.. n'ont pas tue la jeune fille pour avoir deshonore la famille comme ce fut la cas pour encore moins ( juste une photo normal ) en Palestine ou le frere a frappe et a tue sa soeur de plus de 20 ans

merci les parents mais il aurait certes valu mieux attendre encore 3 ans

A QUAND LA REFORME DE CES LOIS RELIGIEUSES QUI NOUS VIENNENT DE PLUS DE 1500 ANS SANS CHANGEMENT ET QUI SONT LES PLUS INFAMES , TOUTES RELIGIONS CONFONDUES
et qui n'ont rien a faire avec les commandements de Dieu mais uniquement avec le patriarcha qui existait en ce temps la

Ah qu'elle est belle la vie dans les pays laiques dans ce domaine

Bustros Mitri

En Europe elle serait tombée enceinte sans se marier. Tout simplement.

OMAIS Ziyad

Il est temps de voter des lois civiles en faveur de l'égalité homme-femme et d'imposer l'age légal minimum de 18 ans pour le mariage toutes confessions confondues. Le Liban ne pourra exister de façon pérenne et se développer démocratiquement qu'en instaurant une laïcité stricte !

Wlek Sanferlou

Ca ressemble bien plus à lhistoire de Roméo et Juliette qu'a lhistoire de vieillards mariants des fillettes de 10 ans.
Mais qulequun devrait leur expliquer ce qui les attends après le marriage...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ELLE S,EST MARIEE A UN JEUNE DE 18 ANS. ELLE NE FUT PAS VENDUE A UNE FERRAILE DEUX OU TROIS FOIS SON AGE POUR ETRE CONDAMNEE. BONNE CHANCE ET BONHEUR AUX JEUNES MARIES.

Amère Ri(s)que et péril.

Rien ne sera assez fait pour mettre fin à cette pratique qui relève du crime , de nos jours .

Rappelons que des prêtres benissaient des unions en Europe entre des rois et des mineurs de cet âge et moins . C'était il y'a longtemps .

Atalante fugitive

Jolie histoire si c'est consenti et avéré, je leur souhaite le bonheur, ils ont l'air plutôt plus sincères que certains adultes.

Remy Martin

Ce ne sont pas uniquement les féministes qui devraient se révolter contre contre cette pratique préhistorique mais bien toutes les personnes à qui il reste encore un chouya de jugeotte et d'éthique, indépendemment de toute conviction religieuse.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

La faillite du modèle de gouvernement libanais ou le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants