réfugiés

Au moins trois Syriens déportés du Liban incarcérés à leur retour en Syrie, dénonce HRW

L'ONG accuse le pays du Cèdre de "violer ses obligations internationales en mettant des gens en danger".

Un réfugié syrien passant devant des agents de la Sûreté générale libanaise, au départ d'un nouveau contingent de réfugiés vers la Syrie, près de Beyrouth, le 9 septembre 2018. Photo d'archives AFP / ANWAR AMRO

Au moins trois ressortissants syriens déportés en Syrie par la Sûreté générale libanaise ont été arrêtés par les autorités de Damas à leur retour dans leur pays, dénonce l'ONG de défense des droits de l'homme Human Righs Watch, qui accuse le Liban de "violer ses obligations internationales en mettant des gens en danger". 

"Le Liban met les Syriens en danger en les obligeant à rentrer dans le pays qu'ils ont fui et en les remettant aux mains d'un gouvernent qui est responsable d'atrocités de masse", accuse la directrice exécutive de HRW pour le Moyen-Orient, Lama Fakih. "Le Liban est légalement obligé de permettre aux gens de remettre en cause leur déportation et de plaider leur cause pour obtenir une protection. Il est interdit par la loi de déporter toute personne qui risque de subir des persécutions ou de se faire torturer", ajoute Mme Fakih. 

Sur les près de 3.000 Syriens déportés du Liban entre le 21 mai et le 28 août 2019, au moins trois ont été incarcérés à leur arrivée en Syrie, affirme HRW, qui rapporte des témoignages de personnes proches de ces prisonniers. Adel a notamment raconté que son frère, Rami, a été arrêté à un barrage au Liban, en mai 2019, et transféré dans un centre de détention de la Sûreté générale à Tripoli. Alors même qu'il avait été assuré que Rami ne serait pas déporté, Adel n'a plus eu de se nouvelles pendant plusieurs jours. Il a ensuite été contacté par un homme qui lui a annoncé être incarcéré avec Rami, dans une prison du régime à Tartous, et que ce dernier serait transféré à Damas. 



(Lire aussi : Le Liban accusé d'avoir "expulsé par la force" près de 2.500 réfugiés syriens)



"Obligations internationales"
HRW appelle dans ce contexte le Liban à "donner à toute personne qui risque d'être déportée en Syrie la possibilité de consulter un avocat, de se réunir avec le Haut comité de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et d'introduire un recours devant les tribunaux compétents contre leur déportation". Le gouvernement libanais devrait présenter régulièrement des rapports publics concernant les déportations, qui incluent les raisons de ces procédures, exhorte encore l'ONG. Elle souligne que "d'autres pays devraient mettre en place des programmes de réinstallation" des réfugiés afin d'éviter au Liban de devoir "porter le fardeau" que constituent le million passé de Syriens sur son territoire, affirmant toutefois que "rien n'excuse les violations, par le Liban, de ses obligations internationales et le fait qu'il met des vies en danger". 

Le Liban, est signataire de la Convention internationale contre la torture, accueille, selon les estimations du gouvernement, plus d'1,5 million de réfugiés syriens depuis le début du conflit en 2011. Depuis plusieurs mois, la SG organise, en coopération avec les autorités syriennes, des opérations de "rapatriement volontaire" de ces Syriens. Les autorités libanaises ont par ailleurs pris la décision, en mai lors d'un Conseil supérieur de la défense, de déporter tout réfugié étant entré illégalement au Liban après le 24 avril 2019. 



Lire aussi
Réfugiés : le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie

Des ONG dénoncent de nouvelles destructions d'abris de réfugiés syriens au Liban

À Ersal, la colère des réfugiés syriens dans les campements réduits à l’état de ruine

Aucune volonté internationale d’installer les réfugiés syriens au Liban, affirme Richard

Le sort des réfugiés syriens au Liban, entre rhétorique haineuse et retours forcés

Réfugiés syriens : HRW dénonce une « pression illégitime » du Liban





Au moins trois ressortissants syriens déportés en Syrie par la Sûreté générale libanaise ont été arrêtés par les autorités de Damas à leur retour dans leur pays, dénonce l'ONG de défense des droits de l'homme Human Righs Watch, qui accuse le Liban de "violer ses obligations internationales en mettant des gens en danger". 

"Le Liban met les Syriens en danger en les...

commentaires (6)

Pourquoi utiliser le terme de déporter? C'est faux et cela donne une mauvaise image du Liban qui accueille 1.5 millions de réfugiés. Colporter de tels informations nuit à la crédibilité des ONG et du journal.

camel

23 h 38, le 02 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Pourquoi utiliser le terme de déporter? C'est faux et cela donne une mauvaise image du Liban qui accueille 1.5 millions de réfugiés. Colporter de tels informations nuit à la crédibilité des ONG et du journal.

    camel

    23 h 38, le 02 septembre 2019

  • Que des Syriens déportés au Liban ou ailleurs soient incarcérés à leur retour en Syrie, en quoi cela intéresserait le Liban ? C'est une affaire intérieure syrienne qui ne regarde pas le Liban. Jadis, Farjallah Hélou, chef du Parti communiste libanais, était parti en Syrie. Il a été arrêté, assassiné, son corps dilué dans l'acide sulfurique puis jeté dans l'Euphrate. Où était l'ONG Human Righs Watch à l'époque ?

    Honneur et Patrie

    19 h 13, le 02 septembre 2019

  • MAIS C,ETAIT A ATTENDRE DU REGIME CETTE SORTE DE COMPORTEMENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 26, le 02 septembre 2019

  • Je connais 2 jeunes syriens chrétiens qui n'osent pas rentrer en Syrie de peur d'être arrêtés et rentrés dans l'armée ils habitent dans un couvent et vont à l'université ils me font de la peine

    Eleni Caridopoulou

    17 h 25, le 02 septembre 2019

  • Et donc ? Who cares ?

    FRIK-A-FRAK

    17 h 13, le 02 septembre 2019

  • Evidemment, l'article ne dit pas pourquoi ces personnes ont été arrêtées... Des criminels peut-être??? Ca, bien sûr, c'est secondaire... De toute façon, s'ils ont décidé de rentrer chez eux et qu'ils se font arrêter, c'est leur problème. Et s'ils sont expulsés du Liban, c'est qu'ils ont des raisons de se faire arrêter, et donc, là aussi, c'est leur problème, pas le nôtre. Félicitations à L'Orient-Le Jour, pour sa fidélité sans faille à la cause des réfugiés et aux ONG qui les appuient, et si inexistante à celle de ses compatriotes...

    NAUFAL SORAYA

    15 h 43, le 02 septembre 2019