X

Liban

Un haut responsable US explique pourquoi Washington sanctionne la Jammal Trust Bank

Tribune

"Nous sommes confiants dans le fait que la Banque du Liban va prendre les mesures nécessaires pour geler, fermer et liquider Jammal Trust Bank, tout en réglant sa large dette envers les titulaires de comptes innocents", affirme Marshall Billingslea, dans une tribune envoyée à L'Orient-Le Jour et d'autres médias libanais.

OLJ
31/08/2019

Dans une tribune envoyée jeudi soir à des médias libanais, dont L'Orient-Le Jour, via l'ambassade américaine à Beyrouth, le secrétaire adjoint américain au Trésor pour la lutte contre le financement du terrorisme, Marshall Billingslea, explique pourquoi Washington a décidé de sanctionner jeudi la banque libanaise Jammal Trust Bank.

"Durant des décennies, le Hezbollah a menacé la stabilité et la sécurité du Liban et de la région en recourant au terrorisme contre des civils innocents, exposant de manière inutile le Liban à des risques économiques et financiers, et portant atteinte à la souveraineté du pays et à ses institutions démocratiques", écrit M. Billingslea dans sa tribune dont l'OLJ a choisi de publier de larges extraits.

"Il ne faut plus permettre au Hezbollah de priver la population libanaise d'un avenir démocratique dénué de corruption et d'interférences étrangères. C'est pour cela que le 29 août, le département du Trésor a sanctionné la banque Jammal Trust Bank, basée au Liban, la classifiant comme une entité spécialement désignée terroriste globale pour les services financiers qu'elle accorde au Hezbollah", poursuit le responsable américain.

Le Trésor américain a annoncé jeudi soir des sanctions contre la Jammal Trust Bank, accusée de faciliter "les activités bancaires du Hezbollah". "Les institutions financières corrompues comme Jammal Trust Bank sont une menace directe à l'intégrité du système financier libanais", a affirmé la sous-secrétaire au Trésor en charge de la lutte contre le financement du terrorisme, Sigal Mandelker.


(Lire aussi : Après les sanctions US, Jammal Trust Bank rejette les accusations et se défend)


Jammal Trust, qui opère au Liban depuis plusieurs décennies, est officiellement qualifiée par Washington d'organisation "terroriste" pour avoir fourni des services financiers au conseil exécutif du Hezbollah et à la Fondation des martyrs, basée en Iran. L'établissement bancaire est accusé d'avoir laissé le Hezbollah utiliser des comptes pour payer ses représentants et leurs familles et d'avoir "activement dissimulé ses relations bancaires avec de nombreuses organisations affiliées à la Fondation des martyrs". Cette dernière organisation, déjà placée sur la liste noire des sanctions américaines depuis 2007, est considérée comme une entité parapublique iranienne transmettant un soutien financier au Hezbollah notamment. Trois autres filiales de la Jammal Trust, spécialisées dans l'assurance, sont également mises à l'index.

Vendredi, Jammal Trust Bank s'est défendue et a rejeté les accusations de "facilitation des activités bancaires du Hezbollah" formulées contre elle par Washington, affirmant "respecter scrupuleusement les réglementations de la Banque du Liban, ainsi que les règles et listes internationales relatives à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (...)".

"Jammal Trust Bank est une banque principale du Hezbollah au Liban avec une histoire longue et continue de services financiers divers à ce groupe terroriste", estime Marshall Billingslea. "Jammal Trust Bank a tenté de dissimuler ses liens avec de nombreuses sociétés-écran affiliées à la Fondation des Martyrs sanctionnée par les Etats-Unis".

"Le député du Hezbollah Amine Cherri, qui s'adonne à des activités criminelles au nom du parti, coordonne de manière publique avec la direction de la banque les activités financières du Hezbollah", affirme ensuite le responsable américain. "En travaillant de la sorte avec Amine Cherri, les banquiers de Jammal Trust Bank ont trahi la confiance de leurs concitoyens et de leurs collègues banquiers". En juillet dernier, les Etats-Unis avaient sanctionné M. Cherri et un autre député du Hezbollah, accusés d'"exploiter le système politique et financier" du Liban au profit du parti chiite et de l'Iran.


(Pour mémoire : Action collective lancée aux États-Unis contre des banques libanaises : l’ABL relativise)


Et Marshall Billingslea de poursuivre : "En travaillant ainsi avec Amine Cherri, les banquiers de Jammal Trust Bank et d'autres terroristes du Hezbollah ont entaché la réputation financière du Liban et devraient être exclus de tous les cercles bancaires".

"Le département du Trésor a été témoin des actions importantes que les principales banques du Liban ont effectuées pour appliquer les mesures strictes de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. (...) Si la relation corrompue et répréhensible de Jammal Trust Bank avec le Hezbollah est source d'inquiétude, les actions de nombreuses autres banques libanaises maintiennent l'espoir en un secteur financier stable et sain et des investissements étrangers dans le pays. De plus, nous sommes confiants dans le fait que la Banque du Liban va prendre les mesures nécessaires pour geler, fermer et liquider Jammal Trust Bank, tout en réglant sa large dette envers les titulaires, innocents, de comptes, dont nombreux sont ceux que le Hezbollah prétend représenter".

"Le Hezbollah veut pousser le peuple libanais à croire que le parti est le protecteur du pays. Mais nous avons vu plutôt le contraire, le Hezbollah donnant la priorité à son agenda et celui de ses maîtres iraniens, aux dépens de l'intérêt des Libanais, en s'adonnant à des actes de terrorisme condamnables, au trafic international illégal de drogue, à la corruption, à une violation de la politique de distanciation du Liban, ainsi qu'à la manipulation des institutions étatiques afin de faire avancer ses propres objectifs", ajoute le responsable US.

"Les Etats-Unis se tiennent aux côtés du peuple libanais et des autorités financières libanaises (...). Nous avons pris ces actions afin de protéger et renforcer le secteur bancaire libanais contre toute exploitation, et nous continuerons à travailler étroitement avec nos partenaires au Liban et dans la région afin d'empêcher le Hezbollah d'abuser des systèmes financiers régionaux et internationaux", conclut M. Billingslea.


Lire aussi

Le Paraguay désigne le Hezbollah comme "organisation terroriste", le Brésil pourrait suivre

Sanctions US contre des députés du Hezbollah : Nasrallah dénonce "une insulte" à l'Etat et au Parlement libanais

Sanctions US contre des députés du Hezbollah : Berry dénonce une "agression"

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Je crois que Bitcoin à un bel avenir devant lui!

ON DIT QUOI ?

Comme l'affaire Tageddine , basée sur des à priori.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y A INTENTION DE SANCTIONNER DES BANQUES LIBANAISES POUR FAIRE PRESSION ECONOMIQUE SUR L,ETAT A CAUSE DE SA PRISE PARTIE AVEC LE HEZBOLLAH CONSIDERE COMME TERRORISTE.

Pierre Hadjigeorgiou

"Le Hezbollah veut pousser le peuple libanais à croire que le parti est le protecteur du pays. Mais nous avons vu plutôt le contraire, le Hezbollah donnant la priorité à son agenda et celui de ses maîtres iraniens, aux dépens de l'intérêt des Libanais, en s'adonnant à des actes de terrorisme condamnables, au trafic international illégal de drogue, à la corruption, à une violation de la politique de distanciation du Liban, ainsi qu'à la manipulation des institutions étatiques afin de faire avancer ses propres objectifs"
Ils connaissent le Hezbollah et la situation du pays mieux que notre Président et ses acolytes! Le grand coup sera lorsque, par exemple, Bassil, Sehnaoui, Wahhab, Berri ou autres seront tout autant listés et ne pourrons plus voyager ou gérer la fortune faite sur le dos du contribuable! La ce sera le clou! Il ne pourrons se faire payer qu'en roubles ou roupies, de la monnaie de polichinelle quoi!
Eh bien bonne chance!

Yves Prevost

Je ne sais rien des activités de cette banque, mai je ne peux qu'approuver les propos de Billingslea concernant le Hezbollah et son rôle destructeur du Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants