X

À La Une

S. Gemayel dénonce une mainmise du Hezbollah et interpelle Aoun : "Où êtes-vous M. le président ?"

Liban

Le chef des Kataëb critique avec vigueur le dernier discours du secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah.

OLJ
21/08/2019

Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel, a fermement critiqué mercredi le dernier discours tenu par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui menaçait Israël et les Etats-Unis dans un contexte de tensions régionales avec l'Iran et a interpelé le chef de l'Etat, Michel Aoun, lui demandant de défendre la souveraineté nationale.

Qualifiant les propos du leader chiite de "dangereux", Samy Gemayel a rappelé, lors d'une conférence de presse, que le chef du Hezbollah a dit qu'une guerre contre l'Iran "enflammerait toute la région".
"Le discours (de Hassan Nasrallah) est en violation de la Constitution et du partenariat (...). C'est le Conseil des ministres, qui représente tous les Libanais, qui décide de la guerre et de la paix et de l'avenir des citoyens", a martelé le leader maronite, après avoir rappelé que l'article 65 de la Constitution dit clairement que les forces armées du pays sont sous le commandement du gouvernement.


"Au gouvernement de décider de la guerre ou de la paix"
Dans son discours télévisé prononcé le 16 août à l'occasion du 13ème anniversaire de la "victoire" du Hezbollah à l'issue du conflit l'ayant opposé à l'armée israélienne durant 33 jours en juillet et août 2006 et qui avait fait 1.200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, Hassan Nasrallah avait menacé Israël et affirmé qu'"une guerre contre l'Iran signifierait une guerre contre l'axe de la résistance (qui inclus le Hezbollah) et l'embrasement de l'ensemble de la région".

"Ce qui est dangereux, c'est que le Hezbollah se permet de choisir l'ennemi et l'allié, la paix et la guerre (...). Nous respectons les points de vue de Hassan Nasrallah, mais ses points de vue ne reflètent pas ceux de l'Etat. C'est au gouvernement de décider de la guerre ou de la paix", a insisté le chef des Kataëb. "Les alliés de Hassan Nasrallah sont majoritaires au sein du gouvernement. Par là, le Hezbollah veut entraîner l'Etat dans ses équipées et lui faire porter les conséquences de ses décisions", a estimé le député.

"Le partenariat se limite-t-il seulement à certaines fonctions publiques? Le partenariat au niveau des décisions de paix et de guerre ne vous concerne pas?", a-t-il ensuite demandé, en allusion au Courant patriotique libre du chef de la diplomatie, Gebran Bassil, allié du Hezbollah et qui brandit régulièrement le "partenariat" comme slogan politique.



(Lire aussi : Netanyahu se dit "pas impressionné" par les menaces de Nasrallah)



Les missiles du Hezbollah
Plaidant encore une fois pour le renforcement de l'armée libanaise, Samy Gemayel a dit : "Si les missiles du Hezbollah sont dissuasifs contre Israël, ne le seraient-ils pas aussi entre les mains de l'armée, cette armée qui représente tous les Libanais? Tout ce que le Hezbollah peut faire, l'armée libanaise peut le faire aussi, et elle a fait ses preuves. Certes, plusieurs pays ont adopté le principe de la résistance populaire, comme la Suisse, mais l'organisation et la délimitation de cette résistance se fait toujours par l'Etat et sous le seuil de l'Etat".

"Le plus dangereux, c'est que les menaces et les missiles n'étaient pas dirigés contre Israël, mais contre les Etats-Unis, qui sont en rivalité avec l'Iran. (...) Tout cela ne concerne pas le Liban", a encore estimé Samy Gemayel. Dans son discours, le chef du Hezbollah avait affirmé que "la guerre de 2006 n'a pas été menée par Israël, qui n'était qu'un instrument, mais sur décision américaine".



(Lire aussi : Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations, le décryptage de Scarlett Haddad)



"Où êtes-vous M. le président?"
Après avoir critiqué les propos de Hassan Nasrallah et les armes en dehors du cadre étatique, le chef des Kataëb a adressé ses reproches aux alliés du parti chiite.

"Où sont les réactions (aux propos du chef du Hezbollah) ? On a dit que le Liban pourrait s'embraser et qu'il serait amené à payer le prix d'une guerre régionale. Où sont les responsables? Personne ne s'est senti heurté au niveau de sa dignité ? Quid des responsabilités constitutionnelles dont sont tenus les dirigeants? Ce silence est-il le prix de l'entente ? Oui, c'est le cas, car ils ont choisi de se taire et d'abandonner l'Etat", a martelé Samy Gemayel.

En février 2006, le Courant patriotique libre fondé par Michel Aoun et le Hezbollah de Hassan Nasrallah ont signé un document d'entente, scellant ainsi leur alliance qui perdure à ce jour.

"Sayyed, Hassan, comment pouvez-vous nous dire que vous n'avez pas mis la main sur l'Etat alors que vous contrôlez son destin? M. le président de la République, vous étiez chef de l'armée, vous avez juré de préserver la Constitution (...). Où êtes-vous, M. le président? Nous vous appelons à taper du poing sur la table et à revenir à la situation d'avant 2005, car votre pays est menacé par les sanctions et la guerre et sa décision est prise en otage", a insisté M. Gemayel, en s'adressant au chef de l'Etat.

"M. le président, vous avez promis dans votre discours d’investiture, il y a trois ans, de mettre en place une stratégie de défense, mais rien n'a été fait jusque-là. Si le président ne veut pas assumer ses responsabilités, dans ce cas-là, il n’appellera pas à l'élaboration d'une stratégie de défense. Nous devons nous réapproprier la décision de paix et de guerre pour pouvoir ensuite mettre en place une stratégie de défense. Cette stratégie doit être élaborée par l'armée libanaise qui est plus qualifiée que nous pour le faire", a par ailleurs affirmé le chef des Kataëb, en rebondissant sur la polémique suscitée par les propos tenus à ce sujet lundi par le président Aoun.

Le chef de l'Etat avait indiqué lundi que "tous les critères à prendre en compte pour l’élaboration de la stratégie de défense, même les zones d’influence, ont changé". "Je suis le premier à avoir préparé un projet pour la stratégie de défense, mais est-il encore pertinent aujourd’hui ?" avait souligné le président Aoun. De nombreux observateurs ont estimé que ces propos signifiaient un report sine die de la question de la stratégie de défense qui est censée porter, entre autres, sur les armes illégales, notamment l'arsenal du Hezbollah. Hier, la présidence de la République a publié une mise au point à ce sujet précisant que "le chef de l’État ne faisait que décrire une situation de fait, dix ans après que le sujet eut été soulevé en congrès de dialogue national". Le bureau de presse assure que "le chef de l’État se considère toujours tenu par les positions antérieures en matière de défense stratégique, et par la nécessité de les examiner dans un climat consensuel".


(Lire aussi : Le Paraguay désigne le Hezbollah comme "organisation terroriste", le Brésil pourrait suivre)



Les "vantardises"
Enfin, Samy Gemayel a affirmé que les propos du chef du Hezbollah portent un coup à l'économie fragile du pays.

"Les missiles n'encouragent clairement pas l'économie (...) alors que le pays est au bord de l'effondrement économique, et ces missiles n'aident pas le chef du gouvernement, Saad Hariri, qui supplie certains Etats de ne pas imposer de nouvelles sanctions. Ces vantardises étaient-elles nécessaires ?", a lancé le député.

"Nous avons vu venir cela dès le début, c'est pourquoi nous avons refusé le compromis. Ceux qui l'ont accepté assument la responsabilité des sanctions internationales (contre le Hezbollah), de la mise à l'écart du Liban par ses voisins régionaux, ainsi que la responsabilité de toutes les atteintes portées à l'Etat", a estimé le chef des Kataëb. "Nous n'allons pas nous taire. Nous n'avons pas peur, même si nous nous retrouvons seuls", a-t-il conclu.


Lire aussi

Les lauriers de l’aventure, l'édito de Issa GORAIEB

Le Hezbollah agite le spectre d'une guerre israélienne contre le Liban

Nasrallah : Dire que le Hezbollah contrôle le Liban est un mensonge

"Le port de Beyrouth est devenu le port du Hezbollah", accuse Israël, le Liban dénonce des "menaces"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Zorkot Mohamed

Si le Hezbollah est là c'est bien parce que l'armée libanaise est faible dans le sens qu'elle ne peut pas nous défendre efficacement contre nos ennemis qui sont Israël pour certains, la Syrie pour d'autres et Daesch pour tout le monde (enfin je crois). Et si l'armée libanaise est faible c'est bien parce que l'Occident les Etats unis en tête ne veulent pas qu'elle soit forte et ce n'est plus un secret. Si Mr Gemayel n'arrive pas à analyser ou comprendre celà je ne sais plus quoi dire.
Sinon pour répondre à sa question "Ou êtes-vous Mr le président ?" Je pense qu'il est au palais d'été si je ne me trompe.

Zovighian Michel

Du Nord Syrien jusqu'au Sud Libanais, comme si nous étions encerclés par les forces de la Moumanaa. Il est possible que les équilibres aient changé pour de bon sur le terrain.

Les points reportés par Gemayel sont pertinents mais insuffisants puisque que Le President est d'accord avec se qui se passe. Il a choisi de ne pas aborder le sujet et de ne pas mettre de pression sur Bassil (qui disparait pendant ces moments embarrassants). Bassil se cache derrière le President et Hariri se cache derrière Bassil. Nous avons un problème de Leadership qui n'a plus de vision au niveau national et ne voit pas les choses venir. C'est très grave ce qui se passe.

Il faut que la base du CPL reprenne son destin en main, car il nous faut un nouveau million dans les rues.

Bery tus

Bravo Cheykh Samy !! Mais pq aller éclabousser les autres ?!

Honneur et Patrie

Dès qu'il s'agit de l'indépendance, de la grandeur, de l'intégralité de la Patrie, les Kataéb sont toujours là pour la défendre. Cela dure depuis 1936.

FAKHOURI

enfin un homme politique pose la bonne question à M.AOUN
j'ai une réponse toute personnelle :
Le Président est entre Bassil, HN et l'IRAN
il n'y a pas de quoi pavaner

Zaarour Beatriz

Sérieux et courageux ce Petit-Grand Sa.my Gemayel!!! Il aura tout dit à la place d'une assez grande majorité silencieuse. Je n'en dirai pas plus....Ce n'est pas mon affaire, mais bravo M. S. Gemayel!!!

Yves Prevost

Bravo ! Pas un mot qui ne soit rigoureusement juste!
Quant à H.N. qui considère comme un sujet de fierté d'avoir mis le pays à feu et à sang en 2006, il aurait dû être jugé pour ce crime contre le Liban et son peuple. .

Eleni Caridopoulou

C'est trop tard Samy c'est l'Iran par l'intermédiaire du Hezbollah qui gouverne notre Liban

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIZARRE ! SAMY GEMAYEL REALISE AUJOURD,HUI CE QUI SE PASSE DEPUIS PLUS DE QUINZE ANS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL SEMBLE QUE SAMY GEMAYEL NE VIT PAS AU LIBAN D,OU SES BIZARRES QUESTIONS.

Jean abou Fayez

Ce n'est pas le Hezb qui a "choisi" les ennemis du Liban, ce sont ces ennemis-là qui ont choisi le Liban, un Liban qui ne peut se défendre (voir la violation quotidienne par Israël du territoire, les attentats de daech) ; Ces ennemis étaient là avant le Hezb, qui ne fait que combler ce vide défensif.
L'armée est faible car les USA refusent de la laisser s'armer pour ne pas poser de menace à Israël. Si vous voulez vraiment que les missile du Hezb rentrent dans le giron de l'armée, alors vous devez assumer que le Liban tourne le dos aux USA pour être armé par l'Iran (ou a Russie).

Irene Said

Où est-il ?
Dans sa résidence d'été à recevoir de nombreuses délégations à qui il offre des discours soporifiques...en laissant aux prétentieux dévoués le soin de répondre à sa place aux questions brûlantes...c'est moins fatiguant en cette période d'été !
Irène Saïd

Honneur et Patrie

Un pays comme le Liban, s'il lui arrive de faire la guerre, il faut que ce soit sa guerre et non la guerre des autres sur son territoire.

ON DIT QUOI ?

Eh bien si le Phare Aoun me le permet je répondrai à petit Gemayel , le président est à sa place et vous à la vôtre .

Par contre , c'est le mot "vantardise" qui devient à la mode en ce moment , après que "fanfaronnade" l'ait été un certain temps .


Je verrai bien l'olj ouvrir une rubrique " VOCABULAIRE" .

Je ne vois pas de vantardise ni de fanfaronnade quand on prouve qu'on est capable de faire ce qu'on est en droit de faire , sans avoir été démenti par les faits .

Jusqu'à preuve du contraire .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah et « la patience stratégique »

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants