X

À La Une

Les forces du régime entrent dans la ville clé de Khan Cheikhoun

Syrie

La majeure partie de la province d'Idleb et des segments des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié échappent toujours au contrôle du régime de Bachar el-Assad. 

OLJ/AFP
18/08/2019

Les forces gouvernementales syriennes sont entrées dimanche à Khan Cheikhoun, une ville du nord-ouest du pays située sur une autoroute stratégique, où des combats intenses continuent de les opposer à des jihadistes et rebelles, selon une ONG.

Depuis plusieurs jours, les forces prorégime, soutenues par l'aviation russe, avaient repris aux jihadistes et rebelles plusieurs villages à l'ouest de Khan Cheikhoun. Cette ville, située sur l'autoroute traversant la province d'Idleb, relie Damas à la métropole d'Alep (nord), toutes deux sous contrôle gouvernemental.

"Les forces du régime sont entrées à Khan Cheikhoun pour la première fois depuis qu'elles en avaient perdu le contrôle en 2014", a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


(Lire aussi : Onze civils, dont une femme et ses six enfants, tués dans des raids du régime syrien, selon l'OSDH)



La majeure partie de la province d'Idleb et des segments des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié échappent toujours au contrôle du régime de Bachar el-Assad, huit ans après le début de la guerre.

La région d'Idleb, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'el-Qaëda) et abritant quelques groupes rebelles, est la cible depuis fin avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe.

"Les forces du régime ont progressé dans des quartiers du nord-ouest de la ville et ont pris le contrôle de plusieurs bâtiments mais des affrontements violents se poursuivent", a indiqué dimanche Rami Abdel Rahmane.

Au moins 59 rebelles et jihadistes et 28 membres des forces prorégime ont été tués dans ces affrontements depuis samedi soir, selon l'OSDH.


(Lire aussi : Les forces prorégime continuent leur progression vers Khan Cheikhoun)


"Résistance féroce"

Les combattants jihadistes et rebelles ont opposé une "résistance féroce" aux forces prorégime et ont "eu recours à des attaques suicides" pour repousser leur avancée, a précisé le directeur de cette ONG qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie.

Aujourd'hui quasiment vidée de ses habitants, Khan Cheikhoun abritait environ 100.000 personnes avant le début de l'escalade militaire en cours, dont une majorité de déplacés venus d'autres régions, notamment de la province voisine de Hama.

Depuis fin avril, au moins 1.400 combattants jihadistes et rebelles et plus de 1.200 combattants prorégime sont morts dans les affrontements à Idleb, selon l'ONG. Et plus de 860 civils ont péri dans les bombardements, selon l'OSDH. Plus de 400.000 personnes ont par ailleurs été déplacées dans cette région de trois millions de personnes, selon l'ONU.

L'ONU par la voix d'un de ses porte-paroles à Amman, David Swanson, a fait part samedi à l'AFP de sa "grande préoccupation après la récente reprise de la violence dans le nord-ouest de la Syrie, "qui a fait plus de 500 morts confirmés parmi les civils, et des centaines de milliers de femmes, d'enfants et d'hommes déplacés".

Un accord sur une "zone démilitarisée" dans la région d'Idleb conclu en septembre 2018 par Ankara, parrain des rebelles, et Moscou, n'a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.

Déclenchée en 2011 après la répression meurtrière par le régime de Bachar el-Assad de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et jeté sur les routes de l'exil des millions de personnes. Au fil des ans, le régime de Damas a réussi à consolider son emprise sur plus de 60% du pays, grâce au soutien de la Russie et l'Iran.




Lire aussi
Les forces du régime progressent à Idleb, un avion de Damas abattu par des jihadistes

Le partenariat russo-turc à l’épreuve de la bataille d’Idleb

Trois mois d’horreur dans la province d’Idleb

De Berlin à Idleb, un rebelle syrien décide de reprendre les armes

A Idleb, le régime syrien engagé dans une "guerre d'usure"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

PRÊT TENSION.

Je salue l'armée russe du génial Poutine pour avoir senti le complot dès 2011, et qui a pris courageusement le parti de la résistance.

Je salue le courage de certains qui reconnaissaient leur erreur QUAND ILS ANNONÇAIENT L'ENLISEMENT DES RUSSES.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES FORCES RUSSES SPECIALES Y SONT ENGAGEES EN PLUS DE L,AVIATION RUSSE.

PRÊT TENSION.

Quand le héros syrien Bashar el Assad disait en 2012/2013 je libérerai toute la Syrie du complot wahabo-occidental, je lisais des rires fuser dans ces colonnes de l'olj.

Lorsque l'Iran NPR dit qu'il ne permettra à aucune force au monde de soumettre le peuple perse et ne permettra à aucune puissance au monde de piller ses ressources, j'entends encore des rires sarcastiques, prédire un déculottage à cause des sanctions stériles d'un clown et sa horde de pilleurs.

Lorsque Hassan Nasrallah dit je suis capable de rendre gorge aux usurpateurs si jamais ils commettaient la folie de nous attaquer, hier encore tout en renvoyant dos à dos la victime et le bourreau certains se moquaient en parlant de bunker.

Mais quand je vois la progression des forces de l'axe des résistants , je me demande franchement qui de moi qui voit le contraire de ce qu'on nous annonce et ceux qui persévèrent dans l'erreur est le dindon de la farce.

Le pire encore, je serai vantard et devrai me taire ???????

Que nenni !

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants