X

À La Une

Les forces du régime progressent à Idleb, un avion de Damas abattu par des jihadistes

Syrie

Le Soukhoï abattu survolait une zone à l'est de Khan Cheikhoun, une ville stratégique du sud de la province rebelle, et le pilote est "aux mains" des jihadistes de HTS.

OLJ/AFP
14/08/2019

Un avion de l'armée syrienne a été abattu mercredi par des jihadistes et son pilote capturé, une première depuis l'escalade militaire des derniers mois dans le nord-ouest de la Syrie pilonné par les forces du régime qui gagnent du terrain.

Un correspondant de l'AFP sur place a constaté une épaisse fumée noire se dégageant des débris de l'avion sur lequel apparaît le drapeau syrien.

La majeure partie de la province d'Idleb ainsi que des segments des provinces voisines d'Alep, de Hama et de Lattaquié échappent toujours au contrôle du président Bachar el-Assad, huit ans après le début du conflit. Cette région, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'el-Qaëda) et qui abrite quelques groupes rebelles, est la cible depuis fin avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe. 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'avion abattu mercredi, un Soukhoï, participait aux opérations de pilonnage des zones tenues par HTS et des groupes rebelles. Il survolait une zone à l'est de Khan Cheikhoun, une ville stratégique du sud de la province d'Idleb, a indiqué le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane, selon qui le pilote est "aux mains" de HTS.

Le groupe jihadiste a revendiqué l'incident dans un communiqué, indiquant que l'avion s'est écrasé dans la localité de Latamné, à quelques kilomètres de Khan Cheikhoun.

L'avion a été abattu alors que les forces du régime progressent en direction de la ville clé de Khan Cheikhoun, située sur l'autoroute principale qui traverse Idleb et relie la capitale Damas à la métropole d'Alep (nord), toutes deux sous contrôle gouvernemental. "Les forces du régime se trouvent désormais à quatre kilomètres à l'ouest de Khan Cheikhoun, après avoir conquis cinq villages" environnants, avait indiqué plus tôt M. Abdel Rahmane. "Seuls des champs agricoles les séparent de la ville".

À l'est, les combattants pro-Assad se trouvent à six kilomètres et tentent de s'emparer d'une colline située à proximité de la ville, avait-il précisé.



Des combats et des bombardements faisaient rage en début de soirée notamment à l'est de la ville, a indiqué le directeur de l'OSDH alors que les forces prorégime consolidaient leurs positions sur le front ouest, dans le cadre d'une relative avancée sur le terrain aux dépens des jihadistes et des rebelles.

Au fil des ans, le régime de Damas a réussi à consolider son emprise sur plus de 60% du pays, grâce au soutien de la Russie et de l'Iran.



(Lire aussi : Le partenariat russo-turc à l’épreuve de la bataille d’Idleb)



Secouristes tués 
Mercredi, les raids russes sur plusieurs localités et villages du sud d'Idleb, ont tué quatre civils à Maaret Hourma et dans ses environs, dont un secouriste des Casques blancs, ainsi qu'un conducteur ambulancier et un infirmier de la Syrian American Medical Society (SAMS). Les combats ont tué 16 membres des forces prorégime et 31 combattants jihadistes et rebelles, selon l'OSDH

L'intensité des bombardements et l'avancée des forces prorégime ont provoqué d'importants déplacements de population dans la région.
Abou Ahmad et sa femme ont fui la localité de Maaret al-Noomane, située non loin de Khan Cheikhoun, pour se réfugier dans la localité de Dana, plus au nord. "Les avions bombardent, l'artillerie bombarde (...) la situation est très mauvaise", déplore Abou Ahmad, 55 ans, en s'arrêtant près de la ville de Sarmada au nord de Khan Cheikoun. "Nous voulions juste nous sauver. Nous avons abandonné nos moutons et nos maisons et avons fui".

Assise près de lui dans un pick-up, Oum Ahmad regrette d'avoir tout laissé derrière elle. "Nous avons abandonné notre maison, nos biens et notre terre riche en pastèques, raisins et figues", dit-elle, deux enfants assis sur ses genoux.


(Lire aussi : Dans une vidéo, l'EI promet d'intensifier ses attentats contre la coalition et les kurdes de Syrie)



Faire pression 
La région d'Idleb a fait l'objet d'un accord sur une "zone démilitarisée" conclu en septembre 2018 par Ankara, parrain des rebelles, et Moscou. Mais celui-ci n'a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.

Selon l'analyste Nawar Oliver, du centre Omran basé en Turquie, Damas et Morscou cherchent non seulement à progresser sur le terrain mais aussi à faire pression sur HTS, les rebelles et la Turquie. Damas et Moscou "n'hésiteront pas (...) à contrôler tout ce qu'ils peuvent", souligne-t-il.

Depuis fin avril, plus 820 civils ont péri dans les bombardements, selon l'OSDH. Plus de 400.000 personnes ont, par ailleurs, été déplacées dans cette région qui abrite trois millions de personnes, d'après l'ONU, qui met en garde contre une "catastrophe" humanitaire.
Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé des millions de personnes.



Lire aussi
Le régime syrien avance dans Idleb, 61 combattants tués

Près de 70 combattants tués dans affrontements dans le nord-ouest de la Syrie

Le régime syrien reprend deux villages dans le Nord-Ouest

Trois mois d’horreur dans la province d’Idleb

De Berlin à Idleb, un rebelle syrien décide de reprendre les armes

A Idleb, le régime syrien engagé dans une "guerre d'usure"


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Il n' y a pas quoi fanfaronner ou s'éclater de joie...quoiqu'il arrive c'est la région et ses habitants qui perdent..

Au lieu de trouver des solutions pour vivre ensemble en harmonie les populations continuent à s'entretuer.

Toute la région est en proie de violences et des tueries ...c'est si triste

On a bien compris, la démocratie n'est pas faite pour l'orient en tout cas pas pour les décennies proches.

Alors, pourquoi toutes ces guerres ?

Ces guerres qui ne servent qu'à étendre l'influence de telle ou telle partie...ou pays.

Et quelque soit le gagnant ou le perdant, dans les deux cas ce sera la loi de la jungle au final.

Quel pays devons nous prendre comme modèle de démocratie en orient ?

L'Arabie saoudite ? (d'ailleurs faisant partie de la commission de l'ONU aux droits de l'homme)

De l'Iran ?
De l'Irak ?
De la Syrie, ...
Du Qatar ?....

Ce sont des guerres inutiles

Ceux qui les ont déclenché (tous se trouvent à l'étranger) doivent rire dans leur coin...

ON DIT QUOI ?

Allez hoooooo réagissez un peu, au moins sur l'avion du héros abattu par les bactéries wahabites.....looolllll...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE PROTESTATIONS. MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC L,INTERVENTION AERIENNE RUSSE ET LES CONCESSIONS AGREEES PAR ERDO POUR LUI PERMETTRE DE SE VENGER DES KURDES ET LES POROTESTATIONS TIMIDES DE L,OCCIDENT LA BATAILLE D,IDLEB EST A L,AVANTAGE DU REGIME SYRIEN.

ON DIT QUOI ?

Je me régale tout seul , du fait qu'on ne parle pas tous en même temps ..loooooooooollllllllllllll....…...

ON DIT QUOI ?

Que de bonnes nouvelles tout ça !

Comme de bien entendu , on ne sera pas nombreux à commenter cette progression que des frappes usurpatrices essayeront de parasiter , sous les bravos des absents de ce jour .

lol !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants