Liban

Moscou et Washington derrière la réconciliation de Baabda

Éclairage
15/08/2019

La fin pour le moins soudaine de la crise institutionnelle provoquée par les heurts de Qabr Chmoun du 30 juin dernier aura révélé que le Liban n’est pas laissé à lui-même. Un diplomate occidental est catégorique : n’était-ce la prise en charge du Liban par l’étranger, le sursaut tardif des responsables libanais n’aurait pas eu lieu ni leur prise de conscience du danger qu’encourait la situation économique. L’intervention des capitales de décision a eu lieu à l’instant où la stabilité du pays était sur le point de se rompre.

Quarante jours après les affrontements qui avaient opposé des partisans du Parti socialiste progressiste, du leader druze Walid Joumblatt, à d’autres du parti de son rival, le député Talal Arslane, et coûté la vie à deux gardes du ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib, aussi bien Walid Joumblatt que son adversaire ont fini par accepter de se rendre à Baabda pour une rencontre de réconciliation sous la houlette du chef de l’État, Michel Aoun.Selon des milieux souverainistes, cette sortie de crise trouve sa source dans une missive adressée à Damas en provenance de Moscou. La Russie y rappelle que toute atteinte à Walid Joumblatt est une ligne rouge pour elle. Le leadership joumblattiste bénéficie d’une protection traditionnelle du Kremlin en vertu d’une amitié politique scellée avec le fondateur du PSP, Kamal Joumblatt.



(Lire aussi : La visite de Geagea dans la Montagne, une initiative toujours au stade de « projet »)



Dans sa missive, Moscou préconise en outre une solution rapide à la crise, en s’en remettant à l’initiative du président de la Chambre Nabih Berry, relayée par le Premier ministre Saad Hariri, de réconcilier les deux parties sous l’égide du chef de l’État. La Russie demande enfin au président syrien Bachar el-Assad de transmettre la teneur de son message au Hezbollah afin que ce dernier presse Talal Arslane de revenir sur les conditions qu’il a imposées pour un déblocage de l’exécutif, notamment le transfert du dossier devant la Cour de justice.

Le Hezbollah a vite agi en conséquence, déléguant le député Mohammad Raad à Aïn el-Tiné pour se réunir avec Nabih Berry, ce dernier ayant été tenu au courant au préalable par Saad Hariri de cette dynamique diplomatique. Nabih Berry a prié le parti chiite, par le biais de son représentant, de revoir ses calculs et de renoncer, du moins provisoirement, à la méthode du blocage institutionnel, précisément le blocage du Conseil des ministres.

Le camp du 8 Mars, et spécialement le Hezbollah, ont été prompts à saisir la portée du message russe, qui avait été précédé d’une mise en garde de l’ambassade des États-Unis à Beyrouth contre « toute tentative d’exploiter l’événement tragique du 30 juin à Qabr Chmoun pour promouvoir des objectifs politiques ».



(Lire aussi : Conjonction astrale, l'éditorial de Issa GORAIEB)



La déclaration de l’ambassade US a catalysé la prise de contacts entre les parties concernées pour une sortie de crise selon une formule qui convienne plus ou moins à tous.

À peine le message russe est-il parvenu au palais présidentiel, que le chef de l’État Michel Aoun, qui s’était pourtant jusqu’alors refusé à tout rôle de médiateur, a convoqué les parties à une réunion de réconciliation.

Le Liban aurait ce faisant bénéficié d’une convergence d’intérêts entre les États-Unis et la Russie, si bien que d’autres chancelleries entendaient emboîter le pas à l’ambassade US. Des acteurs régionaux ont en outre accompagné le scénario de sortie de crise. Des milieux diplomatiques arabes rapportent que l’Arabie saoudite était en contact continu avec Saad Hariri dans ce cadre.

En plus de témoigner d’un souci de protéger le Liban, la convergence diplomatique russo-américaine serait aussi une preuve que ce pays ne fait pas partie de l’axe de la moumanaa (irano-syrien), en dépit des positions aounistes et des suggestions du Hezbollah selon lesquelles le Liban graviterait exclusivement dans l’orbite du 8 Mars. D’ailleurs, le Hezbollah lui-même tendrait, par-delà les discours, à garder ses distances avec ses alliés, en particulier le Courant patriotique libre (CPL), et de maintenir tant bien que mal des liens avec le camp souverainiste à titre préventif, comme pour anticiper un changement des rapports de force régionaux qui verraient une solution politique en Syrie et au Yémen.

Dans ce contexte, et jusqu’à nouvel ordre, le Liban serait voué à rester un terrain neutre préservé de la politique des axes, c’est-à-dire non susceptible de servir de carte de pression aux mains d’une puissance étrangère.



Lire aussi
Les nominations, prochain épisode du bras de fer dans la montagne

Joumblatt remporte une manche, mais pas la guerre...

Lettre ouverte au président de la République

Raya el-Hassan : Oui au tribunal militaire, mais sans ingérence politique

Suspension de l’enquête militaire, à cause d’un recours présenté contre le juge Bassil

Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident



À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERONS QUE LES DEUX SUPER-PUISSANCES RESTERAIENT COORDONNEES AINSI EN CE QUI REGARDE LE LIBAN.

gaby sioufi

""la convergence diplomatique russo-américaine serait aussi une preuve que ce pays ne fait pas partie de l’axe de la moumanaa (irano-syrien), en dépit des positions aounistes et des suggestions du Hezbollah selon lesquelles le Liban graviterait exclusivement dans l’orbite du 8 Mars""

LA QUESTION est de savoir si les USA en tiendraient compte !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

À Baabda, un Conseil des ministres sous pressions internes et externes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants