Rechercher
Rechercher

Partis

La visite de Geagea dans la Montagne, une initiative toujours au stade de « projet »

Les FL et le PSP affirment leur attachement à leur alliance traditionnelle.

Walid Joumblatt et Samir Geagea en 2015. Photo d'archives

Tout au long de la crise politique suscitée par les heurts de Qabr Chmoun du 30 juin dernier, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, n’a jamais caché son soutien indéfectible à son allié de longue date, le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt. Un appui qui pourrait se compléter par une visite de M. Geagea dans la Montagne druzo-chrétienne, à en croire des informations ayant circulé récemment dans les médias.

Sauf que, contrairement à ce qu’auraient pu espérer les optimistes, les milieux des FL contactés par L’Orient-Le Jour s’abstiennent de confirmer ou d’infirmer l’information, préférant insister sur le caractère « tout à fait naturel » de toute rencontre entre le leader des FL et son allié joumblattiste, comme le confie un cadre FL joint par L’OLJ.

Il n’en reste pas moins que cette visite, toujours au stade de projet, revêt une dimension particulièrement symbolique, d’autant qu’elle serait porteuse de messages politiques hautement subtils de la part de Samir Geagea, aussi bien à ses alliés qu’à ses adversaires, mais aussi et surtout aux détracteurs de Walid Joumblatt. À en croire des observateurs contactés par notre journal, il s’agirait pour M. Geagea d’affirmer une fois de plus son attachement à son alliance avec M. Joumblatt, à l’heure où ce dernier fait face à une « campagne visant à l’affaiblir », comme on le souligne dans les milieux gravitant dans l’orbite du PSP.

D’ailleurs, ces observateurs estiment que l’éventuelle visite du leader des FL dans la Montagne ne saurait être dissociée du soutien indéfectible de M. Geagea au leader du PSP. C’est dans ce cadre qu’il conviendrait de placer la visite que le leader des FL, à la tête d’une délégation de son parti, avait effectuée, le 2 juillet dernier (soit deux jours après les heurts de Qabr Chmoun qui avaient opposé des membres du PSP à d’autres du Parti démocratique libanais de Talal Arslane) à la Maison druze pour présenter ses condoléances à la suite du décès du cheikh Ali Zeineddine, directeur de l’association al-Irfane. À travers cette initiative en direction du cheikh Akl druze soutenu par Walid Joumblatt, le chef des FL se positionnait clairement dans le camp de Moukhtara, face à celui de M. Arslane, du Courant patriotique libre et surtout du Hezbollah.

Plus récemment, le leader de Meerab, et dans une interview accordée le 26 juillet dernier à L’OLJ, avait été encore plus loin. Il avait alors estimé qu’ « un scénario à la Saydet el-Najate se répète aujourd’hui avec Walid Joumblatt ». Il faisait ainsi allusion à l’attentat perpétré en février 1994 contre l’église Notre-Dame des Secours à Zouk, un crime dont il avait été blanchi. L’enquête avait abouti à un non-lieu en faveur de M. Geagea. Mais en vertu des dispositions de la loi d’amnistie générale votée après la guerre civile, qui stipule que toute nouvelle procédure engagée contre une personne suffit à remettre sur le tapis tous les dossiers dans lesquels cette personne a été impliquée durant le conflit, la boîte de pandore avait été ouverte pour le chef des FL. L’amnistie levée, il avait, dès lors, été condamné dans plusieurs autres affaires devant la Cour de justice. Il passera onze ans en prison.



(Lire aussi : Moscou et Washington derrière la réconciliation de Baabda)



« Réunion parfaitement ordinaire »
Quoi qu’il en soit, les FL préfèrent temporiser avant de se prononcer définitivement au sujet d’une possible rencontre entre le chef du parti et le leader joumblattiste. Une réunion que Meerab juge « parfaitement ordinaire ». « Nos rapports avec M. Joumblatt ne sont jamais remis en question. Preuve en est, nous n’avons pas manqué de l’appuyer et de mettre en garde contre les tentatives d’instrumentaliser la justice dans le cadre de règlement de comptes politiques à son encontre », souligne le cadre FL, avant de préciser que « la tournée de M. Geagea dans la Montagne, si elle a lieu, ne servira qu’à réaffirmer le maintien de la solide relation FL-PSP. »

Loin d’un éventuel renouveau du 14 Mars, le cadre FL assure que le trio PSP-FL-Futur entretiennent de bonnes relations et œuvrent pour préserver l’équilibre politique au Liban. « Ce qui nous importe le plus, c’est de tirer les leçons des échauffourées de Qabr Chmoun pour qu’elles ne se répètent pas ailleurs », ajoute-t-il.

À leur tour, les milieux du PSP ne se prononcent pas pour le moment au sujet d’une possible tournée de Samir Geagea dans leur fief le plus important. Joint par L’OLJ, un proche de Walid Joumblatt souligne, toutefois, que le PSP est prêt à accueillir tous ceux qui désirent visiter le Chouf et Aley, à condition de rester loin des discours provocateurs. Une critique implicite du chef du CPL, Gebran Bassil, à qui le PSP avait imputé la responsabilité des incidents de Qabr Chmoun sur « le triple plan populaire, légal et moral ». « Nous apprécions les récentes prises de position de M. Geagea, et il est le bienvenu dans la Montagne », souligne le proche du leader druze, estimant que « la tournée du leader de Meerab dans cette région du Liban affirmera une fois de plus la diversité de la Montagne à laquelle tout le monde est attaché ».

À la question de savoir si le soutien de M. Geagea pourrait mener à une renaissance du 14 Mars, le proche de M. Joumblatt répond en soulignant que l’appui dont a bénéficié Moukhtara récemment dépasse le 14 Mars. « Nous avons été témoins d’atteintes à des lignes rouges, telles que la réconciliation druzo-chrétienne de 2001 et l’accord de Taëf. Cela nous a valu l’appui tant du chef du législatif Nabih Berry que du leader des Marada, Sleiman Frangié, qui ne faisaient pas partie du 14 Mars », souligne ce proche de Moukhtara.



Lire aussi
Conjonction astrale, l'éditorial de Issa GORAIEB

Les nominations, prochain épisode du bras de fer dans la montagne

Joumblatt remporte une manche, mais pas la guerre...

Lettre ouverte au président de la République

Raya el-Hassan : Oui au tribunal militaire, mais sans ingérence politique

Suspension de l’enquête militaire, à cause d’un recours présenté contre le juge Bassil

Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident



Tout au long de la crise politique suscitée par les heurts de Qabr Chmoun du 30 juin dernier, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, n’a jamais caché son soutien indéfectible à son allié de longue date, le leader du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt. Un appui qui pourrait se compléter par une visite de M. Geagea dans la Montagne druzo-chrétienne, à en croire des...

commentaires (2)

LA VISITE DE GEAGEA SERAIT CONSTRUCTIVE CONTRAIREMENT A CELLE DU GENDRE QUI SEME LA DIVISION ET FAIT REVIVRE LES DIABLES DE LA DISCORDE LA OU IL VISITE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

10 h 27, le 16 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • LA VISITE DE GEAGEA SERAIT CONSTRUCTIVE CONTRAIREMENT A CELLE DU GENDRE QUI SEME LA DIVISION ET FAIT REVIVRE LES DIABLES DE LA DISCORDE LA OU IL VISITE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 27, le 16 août 2019

  • A chaque fois que je voyage au USA, je regarde les américains autour de moi dans les aéroports de la deep America et je me dis:" quel désespoir, est-ce ceux-là qui nous gouvernent?". Et quand je vois les photos des réunions politiques libanaises, je me dis aussi "quel désespoir, est-ce ceux-là qui nous gouvernent?". C'est triste. Tristesse, c'est le maître mot du dernier ouvrage d'Amine Maa3louf "Le Naufrage des Civilisations" et surtout celle du Levant, dont le Liban fait partie. C'est triste en effet.

    PPZZ58

    17 h 10, le 15 août 2019