X

Économie

Les employés d’EDL hostiles à un élargissement des compétences des prestataires de services

Infrastructures
P.H.B. | OLJ
07/08/2019

Le syndicat des employés d’Électricité du Liban (EDL), qui représente les fonctionnaires travaillant pour le fournisseur d’État, a exprimé dans un communiqué hier son désaccord avec la volonté du gouvernement d’élargir les compétences des prestataires de services chargés depuis 2012 de la gestion du réseau et de la collecte des factures dans la majorité des régions du pays.

Selon ces derniers, des discussions sont actuellement menées pour permettre aux quatre sociétés concernées de, par exemple, gérer le processus de facturation de bout en bout – alors que c’est pour l’instant EDL qui émet les factures – ou de gérer de façon beaucoup plus autonome les réparations et les opérations de maintenance. « Une partie des 1 600 employés d’EDL voit ces changements d’un mauvais œil et estime qu’ils vont permettre aux prestataires de services d’opérer sans contrôle », précise à L’Orient-Le Jour une source proche du dossier, rebondissant sur les propos du communiqué. Le syndicat a, en outre, estimé que les prestataires de services avaient échoué dans leurs missions, à savoir l’amélioration du taux de collecte des factures, l’entretien du réseau ou l’installation des compteurs « intelligents », capables de transmettre les données en temps réel. Contactée, la direction d’EDL n’a pas souhaité réagir.

Quatre prestataires se partagent la gestion du réseau de distribution d’EDL, dont trois depuis 2012 – National Electricity Utility Company (NEUC, groupe Debbas) dans la moitié sud du pays, BUS (groupe Butec) dans la moitié nord et KVA (Arabian Construction Company et Khatib & Alami) pour Beyrouth et la Békaa. La société Mrad for Trading, Industry and Contracting a été choisie il y a environ un an pour se partager le sud avec NEUC.

Ces sociétés communiquent peu sur les progrès qu’elles réalisent, à l’exception de BUS, qui affirme avoir réparé 97 % des pannes lors de la journée pendant laquelle elles ont été signalées sur son site internet, entre autres. Le déploiement des compteurs intelligents a, lui, été retardé pendant plusieurs années en raison de plusieurs facteurs, dont les grèves des journaliers d’EDL entre 2012 et 2014 et un désaccord entre certains prestataires et EDL sur le choix des fournisseurs.Le syndicat a par ailleurs reproché au gouvernement de ne pas l’avoir consulté pour modifier la loi n° 462/2002 devant réorganiser le secteur, et « notamment l’article 45 » concernant le statut des employés.


Pour mémoire

La ministre de l’Énergie dresse un premier bilan de son action

Électricité : le ministère de l’Énergie traque les branchements illégaux


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants