Rechercher
Rechercher

Réformes

Budget 2019 : Aoun refuse de signer le texte

En cause, une disposition concernant l’intégration dans l’administration d’anciens lauréats du concours du Conseil de la fonction publique.

Le président libanais Michel Aoun. Mohamed Azakir / Reuters

Coup de théâtre : le président de la République, Michel Aoun, a refusé de signer hier le décret de publication du budget de 2019, déjà paraphé par le président du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Saad Hariri. La raison en est qu’une disposition aurait, selon les milieux proches de la présidence, été retranscrite dans la version du texte qui est parvenue à Baabda différemment de ce qui avait été voté par les députés lors de la séance du vendredi 19 juillet, au bout de laquelle le vote pour la loi de finances de 2019 s’était déroulé. Cette décision a été communiquée hier à l’issue d’une réunion entre le président et le Premier ministre au palais présidentiel de Baabda.

La disposition en question concerne le gel des recrutements sous toutes leurs formes (contractuels, journaliers, prestataires de service…) dans la fonction publique, y compris dans l’armée. Dans la version présentée au vote en session plénière, celle-ci comportait un deuxième alinéa qui prévoyait « la conservation des droits des lauréats du concours du Conseil de la fonction publique » qui n’avaient toujours pas intégré les rangs des fonctionnaires. Cette précision avait provoqué l’ire des députés et ministres du Liban fort (essentiellement CPL). « Deux ans se sont écoulés depuis leur réussite aux concours, donc leurs droits ne sont plus garantis de par la loi », avait insisté le député et ancien ministre du CPL, César Abi Khalil, lors de la session plénière. Quant au ministre de la Justice, Albert Serhane (proche du CPL), il avait indiqué que « les meilleurs ont déjà été intégrés dans la fonction publique en fonction des besoins ».



(Lire aussi : Les principales dispositions de la loi de finances de 2019)



Portes de sortie
Or, si aujourd’hui les milieux aounistes affirment que les députés s’étaient accordés pour la suppression de cet alinéa – qui figure dans la version finale du budget –, L’Orient-Le Jour a pu constater pendant les débats parlementaires organisés la semaine dernière que le président de la Chambre n’a pas demandé aux députés de voter spécifiquement cet amendement (donc la suppression de cet alinéa) proposé par les députés du CPL.

L’une des portes de sortie envisagées aujourd’hui est la suppression pure et simple de cet alinéa du texte final, en accord avec M. Berry, en prétextant qu’il s’agit là d’une erreur d’impression, selon notre correspondante à Baabda, Hoda Chédid.

Le chef de l’État a un mois pour renvoyer le texte au Parlement. Une fois ce délai écoulé, si la Chambre revote le texte en l’état ou si elle s’abstient de procéder à un vote, le texte sera considéré de fait comme en vigueur.La disposition prévoit donc essentiellement le gel des recrutements dans la fonction publique, y compris dans l’armée. Les fonctionnaires de première catégorie, les juges, les professeurs de l’Université libanaise, les présidents et membres des conseils d’administration des établissements publics et les employés des organismes de contrôle ainsi que les volontaires de la Défense civile ne seront pas concernés par ce gel. Celui-ci restera en vigueur jusqu’à ce que le gouvernement effectue un audit des ressources humaines de la fonction publique et un recensement des postes occupés et vacants, en coopération avec des cabinets de conseil spécialisés et les établissements publics concernés (dont l’Inspection centrale). Une copie de ce rapport devra être transmise au Parlement.

Un éventuel blocage de la publication du budget pour 2019 serait très problématique étant donné que le texte voté avec plus de six mois de retard est très attendu par les donateurs de la conférence de Paris d’avril 2018 (la CEDRE). La loi de finances, qui table sur une prévision de croissance de 1,21 % pour l’année en cours, doit en effet commencer à concrétiser une partie des engagements que les dirigeants libanais avaient pris pour assainir les finances publiques du pays, réformer le secteur de l’électricité, inefficace et coûteux pour le Trésor public, et lutter contre la corruption. Les participants à la CEDRE ont promis au Liban plus de 11 milliards de dollars de prêts et dons qui doivent être investis dans des projets de réhabilitation des infrastructures du pays, compilés dans le programme d’investissement (Capital Investment Plan, CIP) préparé par le gouvernement.


Lire aussi
Budget : la Banque mondiale félicite le Liban et appelle à une « réelle mise en œuvre »

Déraisons d’État, l'édito de Issa GORAIEB

Parpaings et farandole, le billet de Gaby NASR

SOS, citoyens à l’abandonl’édito de Michel TOUMA


Coup de théâtre : le président de la République, Michel Aoun, a refusé de signer hier le décret de publication du budget de 2019, déjà paraphé par le président du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Saad Hariri. La raison en est qu’une disposition aurait, selon les milieux proches de la présidence, été retranscrite dans la version du texte qui est parvenue à...

commentaires (5)

POURQUOI PAS? LE PRESIDENT A LE DROIT ET JE DIRAI LE DEVOIR QUAND LES TEXTES NE SONT PAS CONFORME A CE QUI A ETE APPROUVE PAR LE PARLEMENT A DEMANDER UNE RECTIFICATION OU UN NOUVEAU VOTE M LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERS ( ALORS QUE C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI AURAIT DU ETRE A DAVOS ET INTERVIEWE ) A BIEN DIT A UNE CHAINE INTERNATIONALE A DAVOS QUE LE LIBAN PEUT VIVRE SANS BUDGET ET PEUT MEME ENSEIGNER CEUX QUI EN ONT A COMMENT FAIRE POUR S'EN PASSE ON A ATTENDU POUR PONDRE CE BUDGET ET NOUS POUVONS ENCORE ATTENDRE UN PEU JE SUPPOSE DONC AUSSI QUE LA DIVISION DES 10 MILLIARDS N'EST PAS ENCORE COMPLETEMENT DEFINIE ET ACCEPTEE PAR TOUS LES PARTIES

LA VERITE

15 h 32, le 26 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • POURQUOI PAS? LE PRESIDENT A LE DROIT ET JE DIRAI LE DEVOIR QUAND LES TEXTES NE SONT PAS CONFORME A CE QUI A ETE APPROUVE PAR LE PARLEMENT A DEMANDER UNE RECTIFICATION OU UN NOUVEAU VOTE M LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERS ( ALORS QUE C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI AURAIT DU ETRE A DAVOS ET INTERVIEWE ) A BIEN DIT A UNE CHAINE INTERNATIONALE A DAVOS QUE LE LIBAN PEUT VIVRE SANS BUDGET ET PEUT MEME ENSEIGNER CEUX QUI EN ONT A COMMENT FAIRE POUR S'EN PASSE ON A ATTENDU POUR PONDRE CE BUDGET ET NOUS POUVONS ENCORE ATTENDRE UN PEU JE SUPPOSE DONC AUSSI QUE LA DIVISION DES 10 MILLIARDS N'EST PAS ENCORE COMPLETEMENT DEFINIE ET ACCEPTEE PAR TOUS LES PARTIES

    LA VERITE

    15 h 32, le 26 juillet 2019

  • Prenez votre temps les gars... Les autres pays sont déjà dans l'espace et au Liban, ca papote, ca se dispute, ca boude... Pendant que les jeunes quittent le pays et les ordures ménagères restent

    RadioSatellite.co

    22 h 44, le 25 juillet 2019

  • Ben voilà...comme prévu certaines rougeurs commencent déjà à apparaître sous les nombreuses couches de Pampers...du BEBE BUDGET 2019 ! Les nombreux Papis qui ont aidé à sa venue au monde...ont-ils des pommades efficaces pour le soigner ? Faut se dépécher, sinon BEBE BUDGET 2020 lui ravira la vedette ! Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 02, le 25 juillet 2019

  • L,ABRUTISSEMENT FRAPPE TOUS ET PARTOUT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 58, le 25 juillet 2019

  • Magouilles-fripouilles & Cie

    Je partage mon avis

    20 h 36, le 25 juillet 2019