Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

"Le Liban est sur la bonne voie mais les réformes doivent se poursuivre", selon la Banque mondiale

"Notre optimisme est prudent en raison de la situation économique de la région qui est délicate", a déclaré le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Farid Belhaj, qui s'est entretenu avec le Premier ministre Saad Hariri et le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil.

Le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Farid Belhaj, reçu le 28 juin 2019 par le Premier ministre libanais Saad Hariri à la Maison du centre. Photo Dalati et Nohra

La Banque mondiale a estimé vendredi que le Liban était "sur la bonne voie" sur le plan des réformes qui doivent se poursuivre, exprimant néanmoins son "optimisme prudent" en raison de la situation économique de la région, alors que la commission parlementaire examine le projet de loi de budget pour l'année 2019. 

"Le Liban est sur la bonne voie sur le plan des réformes, s'agissant du budget et de l'électricité", a déclaré le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Farid Belhaj, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre Saad Hariri. "Nous sommes optimistes sur ce plan, mais les réformes ne sont pas terminées. Elles vont se poursuivre. Nous sommes aux côtés du gouvernement et du Liban pour faire avancer ces réformes, notamment dans le secteur de l'électricité que nous considérons comme vital", a ajouté M. Belhaj.

La commission parlementaire des Finances, qui planche depuis le 10 juin sur le texte du projet de loi de budget pour l'année en cours, a examiné 80% du texte qui table sur un déficit à 7,6 % du PIB en 2019 contre 11,1 % en 2018. Certains articles encore en suspens, comme les réductions des allocations accordées aux militaires à la retraite ou la taxe de 2 % sur les importations, doivent être tranchés dans les prochains jours.

Le débat sur le budget a pris plus de temps que prévu. Mercredi, les députés réunis en séance plénière ont voté une extension au 31 juillet de l’autorisation accordée, début mars, par le Parlement à l’État en vue de collecter les impôts et décaisser des dépenses selon la règle du douzième provisoire en l’absence d’une loi de finances pour l’année en cours. Le budget aurait dû en principe être voté avant son année d’exécution ou au maximum à la fin du mois de janvier 2019.



(Lire aussi : Budget 2019 : les objectifs fixés sont-ils réalistes ?)



"Optimisme prudent"
Mercredi, Fitch Ratings, l’une des principales agences de notation financière américaine avec Moody’s et Standard & Poor’s, avait estimé que même si le projet de budget de 2019 a pour objectif d’assainir les finances publiques, il ne sera pas entièrement exécuté comme le prévoit le gouvernement.

M. Belhaj a également évoqué avec le chef du gouvernement libanais les projets de la Banque mondiale au Liban, appelant le gouvernement à "œuvrer davantage" pour mener à bien ces projets d'investissement qui s'élèvent à 2,4 milliards de dollars. "Nous sommes globalement positifs et optimistes mais, en même temps, notre optimisme est prudent en raison de la situation économique de la région qui est délicate. Nous devons nous montrer à la hauteur de nos responsabilités", a ajouté le responsable de la BM, qualifiant de "positive" l'interaction entre son institution et le gouvernement libanais.

Plus tôt dans la journée, la délégation de la Banque mondiale présidée par M. Belhaj, s'était entretenue avec le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil.

D'après le dernier rapport de l'agence de notation Moody's publié jeudi, malgré "l'assainissement des finances du Liban dans le projet de budget" pour l'année en cours, le Liban court "un risque de rééchelonnement de la dette publique", en raison du ralentissement du flux des capitaux et du recul des dépôts bancaires.



Lire aussi

Moody’s pas vraiment convaincue par le projet de budget pour 2019

S&P pas impressionné par la baisse du déficit prévue dans le budget

Morgan Stanley « en partie » rassurée par l’évolution des débats sur le budget libanais


La Banque mondiale a estimé vendredi que le Liban était "sur la bonne voie" sur le plan des réformes qui doivent se poursuivre, exprimant néanmoins son "optimisme prudent" en raison de la situation économique de la région, alors que la commission parlementaire examine le projet de loi de budget pour l'année 2019.  "Le Liban est sur la bonne voie sur le plan des réformes, ...
commentaires (1)

CE QUI VEUT DIRE QU,IL FAUT PLUS DE MESURES SERIEUSES ET CONCRETES POUR ALLER DANS LA BONNE VOIE.

LA LIBRE EXPRESSION

23 h 09, le 28 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • CE QUI VEUT DIRE QU,IL FAUT PLUS DE MESURES SERIEUSES ET CONCRETES POUR ALLER DANS LA BONNE VOIE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    23 h 09, le 28 juin 2019

Retour en haut