X

À La Une

Le Liban est "contre l'accord du siècle", affirme Hariri

Plan de paix pour le Proche-Orient

Le Premier ministre libanais critique "la surenchère" contre son gouvernement.

OLJ
26/06/2019

Le Premier ministre, Saad Hariri, a affirmé mercredi que le Liban était contre le plan de paix pour le Proche-Orient établi par Washington et dont le volet économique a été lancé mardi à Bahreïn, estimant dans le même temps que son gouvernement faisait l'objet d'une "surenchère politique" à ce sujet.

Lors d'un discours dans le cadre de la séance législative que tient le Parlement aujourd'hui, le Premier ministre s'est dit "étonné du fait que certains doutent de la position du gouvernement par rapport à +l'accord du siècle+". "Le gouvernement est contre ce deal, et notre Constitution prohibe la naturalisation" des réfugiés palestiniens, a rappelé M. Hariri.

"Certains aiment faire de la surenchère. Le gouvernement est composé de toutes les formations politiques, mais sa position est identique à celle du président du Parlement, Nabih Berry", qui avait clairement exprimé son opposition au plan développé par Jared Kushner, conseiller et gendre du président américain Donald Trump.

"Le Liban est avec la Palestine, et la Palestine est dans l'esprit de tous les Libanais et les Arabes. Que personne ne mette en doute la position de l'Etat libanais", a martelé M. Hariri. "Pourquoi faire de la surenchère entre nous et instiller le doute?", s'est-il demandé.

Dans ce contexte, Saad Hariri a appelé à ne pas lier la question de la dette publique libanaise à celle de la naturalisation des réfugiés palestiniens, car "tout le monde est responsable de cette dette".


(La paix à créditl'éditorial de Issa GORAIEB)


La première phase du plan de paix pour le Proche-Orient établi par Washington a été lancée mardi à Bahreïn avec la présentation du volet économique qui ambitionne d'investir 50 milliards de dollars sur dix ans dans la région, même si les Palestiniens ont dénoncé la primauté de l'aspect économique sur le politique. La conférence se poursuit aujourd'hui.

Lors de cet "atelier", pour reprendre le terme employé par Jared Kushner, les Etats-Unis entendent présenter des investissements pour les territoires palestiniens, afin, notamment d'édifier d'un "corridor" reliant la Cisjordanie à la bande de Gaza.

Aucun représentant de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ou de l'Autorité palestinienne n'a pris part à la conférence de Manama, les Palestiniens refusant tout dialogue avec l'administration Trump depuis que le président américain a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre 2017. Le Liban s'est également abstenu de participer à cette conférence.

Le plan Kushner prévoit 6,325 milliards de dollars d'investissements au Liban, sous forme de subventions et de prêts publics ou privés, alors que le pays du Cèdre abrite quelque 175.000 réfugiés palestiniens selon un recensement officiel datant de 2017. Le plan ne concerne pas directement ces réfugiés palestiniens mais vise à remettre sur pied les infrastructures libanaises.


Lire aussi

Ce que le volet économique du plan Kushner prévoit pour le Liban

À Bourj Brajneh, les Palestiniens veulent faire échec au « marché du siècle »

Manifestations de colère dans des camps palestiniens

« Mister Kushner, le Liban ne sera pas partenaire de la vente de la Palestine », promet Berry

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

Donc il vaut mieux laisser les Palestiniens au Liban dans des camps armes ou l'armee Libanaise ne peut meme pas entrer jusqu'au jour ou un 1975 se repetera

Donc il vaut mieux interdire officielement aux palestiniens de travailler ou d'obtenir la nationalite Libanaise par marriage ou d'avoir un quelconque soin medical gratuity etc...

LA VERITE EST QUE LE LIBAN AURAIT DU ALLER A BAHREIN DIRE EN FACE AUX AMERICAINS QU'IL VEUT QUE LE PLAN PREVOIT UN RETOUR DES PALESTINIENS DANS LES TERRITOIRES QUI SERONT SOUS UNE GOUVERNENCE PALESTINIENNE ( PAS FORCEMENT EN ISRAEL MEME ) AU LIEU DE LAISSER LES PAYS D'ACCUEIL LEUR DONNER LA NATIONALITE DU PAYS

NE PAS VOULOIR DIALOGUER ET EXPRIMER OFFICIELEEMNT SON POINT DE VUE DANS UNE REUNION DE CETTE IMPORTANCE EST UN AVEU DE FAIBLESSE ET DE NEGATION DE RESPONSABILITE DE LA PART DE NOS 3 GOUVERNEURS

Les Arabes ont dit NON a chaque fois a Israel et le resultat est criant: un Israel fort qui compte aujourdh'ui comme une vraie puissance et des Arabes desunis et en guerre depuis des decenies OU ON COMPTE LES MORTS PAR CENTAINES DE MILLIERS

Gebran Eid

IL SE MONTRE COURAGEUX OU N'AVAIT-IL PAS LE CHOIX PLUTÔT NOTRE PREMIER MINISTRE DE PRONONCER DES PHRASES IMPORTANTES SANS CONSULTER L'ARABIE SAOUDITE ! ET POURTANT, IL SAVAIT QUE CE 'EST PAS LEUR AVIS DE CONTRER TRUMP LES SAOUDIENS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE 475000 A 175000... OU SONT PARTIS LES AUTRES 300000 PALESTINIENS ? ILS NE SE SONT PAS VOLATILISES QUAND MEME. NATIONALISES 3AL SEKAYTE OU EMIGRES ET DANS CE CAS C,EST FACILE A PROUVER.
JE POSE CETTE QUESTION A LAQUELLE J,ATTENDS UNE REPONSE DE L,OLJ ET DE SES INVESTIGATIONS PASSEES ET PRESENTES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants