X

À La Une

Hariri reçu par Aoun : Nous nous sommes entendus sur une méthode pour accélérer le travail gouvernemental

Liban

Interrogé sur la crise des enseignants de l'Université libanaise, le PM répond : "Ils n'ont pas le droit de faire la grève point final. Rien de ce qui est prévu dans le budget ne les concerne".



OLJ
12/06/2019

Au lendemain de son retour à Beyrouth, le Premier ministre, Saad Hariri, s'est réuni avec le président Michel Aoun à Baabda et a assuré à l'issue de leur entretien que leur relation était bonne et qu'ils s'étaient entendus sur une méthode pour accélérer le travail gouvernemental.  

Cette réunion intervient dans un contexte de tensions politiques entre le courant du Futur du chef du gouvernement et la formation fondée par le président de la République et dirigée actuellement par le chef de la diplomatie Gebran Bassil, deux partis liés par une entente politique qui semble vaciller.


"Ma relation avec le président Aoun est amicale, notre plus grand souci est d'accomplir des réalisations qui sont dans l'intérêt des citoyens", a déclaré M. Hariri. "Je me suis entendu avec le président Aoun sur une méthode pour accélérer le travail gouvernemental surtout que nous sommes dans une phase économique difficile", a encore indiqué le chef du gouvernement, précisant que son cabinet devrait se réunir la semaine prochaine. "Ce qui nous importe au président et à moi, ce sont les résultats", a-t-il ajouté.

Il a aussi indiqué qu'"il n'y a pas de désaccord sur les nominations", appelant à un retour au calme et à la poursuite du travail. On s'attend à ce que le gouvernement procède à de nouvelles nominations, notamment celles des vice-gouverneurs de la Banque du Liban, suspendues depuis quelques mois.


(Pour mémoire : Bassil persiste et signe : Tous les pays donnent la priorité à leurs ressortissants)


Le chef du CPL avait effectué, il y a quelques semaines, une tournée dans la Békaa-Ouest. Dans des propos tenus lors de cette tournée et ayant fuité sur les réseaux sociaux, M. Bassil aurait critiqué ce qu’il a qualifié de "sunnisme politique", estimant qu’il était né "sur le cadavre du maronitisme politique (…)". Plus récemment, et lors d’une tournée dans le caza de Baabda, le ministre des AE s’en est pris au directeur général des Forces de sécurité intérieure, le général Imad Osman (proche du courant du Futur). Toutes ces prises de position jugées "provocatrices" de la part des détracteurs du chef de la diplomatie avaient suscité la colère des ténors de la communauté sunnite.

Près de deux semaines après les secousses subies par le compromis présidentiel, c’est le président de la République, Michel Aoun, qui s’est invité dans la partie pour tenter de rectifier le tir et assurer la pérennité de l’entente politique élargie de 2016, qui avait donné le coup d’envoi à son mandat. Le ministre d’État pour les Affaires présidentielles, Salim Jreissati, a ainsi été dépêché à Dar el-Fatwa, la plus haute instante religieuse sunnite libanaise, pour une rencontre avec le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, afin de calmer la situation.


(Lire aussi : CPL-Futur : Aoun rectifie le tir et redynamise le compromis présidentiel)


Par ailleurs, interrogé sur les enseignants de l'Université libanaise, M. Hariri a répondu : "Ils n'ont pas le droit de faire la grève point final. Rien de ce qui est prévu dans le budget ne les concerne". "Pourquoi ils manifestent ? Pourquoi ils privent les étudiants d'aller à l'université?", s'est-il interrogé.

Le président de l'UL, Fouad Ayoub, avait appelé les professeurs à temps plein à revenir sur leur décision d'observer une grève ouverte, soulignant que les ministres lui ont assuré que le budget de l'université ne serait pas réduit et que personne ne voulait toucher aux salaires des professeurs ou des employés de l'UL.

Les mesures d'austérité prévues dans le budget de l'année en cours ont suscité la colère des fonctionnaires et des militaires à la retraite, dont les mouvements de grève et de protestation se sont multipliés ces dernières semaines.



Lire aussi

En odeur d’insanité, l'édito de Issa GORAIEB

Le clin d’œil de Bassil aux Kataëb : discours de circonstance ou initiative sérieuse ?

Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé

Le CPL et le Futur tentent de calmer le jeu

Le compromis présidentiel vacille une fois de plus...

Tribune : Ne sous-estimons pas la grogne sunnite, par Farès Souhaid

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Le travail gouvernemental doit reprendre son rythme normal surtout que beaucoup de dossiers épineux et des positions jugées "provocatrices" entravent le travail normal du gouvernement .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUEL PAYS... QUEL PEUPLE... TOUS VEULENT SAUVER LE PAYS MAIS PERSONNE NE VEUT FAIRE DES SACRIFICES LUI-MEME. QUE LES AUTRES EN FASSENT. L,ABSURDITE S,EST REPANDU DE NOS ABRUTIS INCOMPETENTS AU PEUPLE TOUT AUSSI INCOMPETENT. PAR PEUPLE J,ENTEND LA MAJORITE QUI REFUSE LES PETITS SACRIFICES POUR SAUVER SON PAYS. ENTRETEMPS ON ATTEND DES REFORMES SUR L,EDL, L,AEROPORT ET LES PORTS ET LES TRAFICS, LE SECTEUR PUBLIC ET SES FAINEANTS QUI CHASSENT DES MOUCHES ET PRODROMES DE LA CORRUPTION AVEC LES ABRUTIS INCOMPETENTS, LA COLLECTE DES DUS PAR LES ACCAPAREURS DU LITTORAL ET NON SEULEMENT ETC... ETC... ETC...
AIDE-TOI, LES AUTRES T,AIDERONT ! SINON TU COURS A LA FAILLITE ET TOUS TE LACHERONT !
C,EST LE DESTIN DES M,ENFOUTISTES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Les Iraniens sont-ils allés trop loin ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants