Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Attaques de Tripoli : Hassan met en garde contre toute "instrumentalisation"

"Les criminels qui tuent de sang-froid ne sont pas équilibrés sur un plan métaphorique, mais pas médical", a affirmé la ministre de l'Intérieur.

La ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan, présidant une réunion du Conseil de sécurité intérieure, au siège du ministère de l'Intérieur, vendredi 7 juin 2019. Photo tirée du compte Twitter de Raya el-Hassan.

La ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan, a mis en garde vendredi contre toute "instrumentalisation communautaire et politique" de la série d'attaques à Tripoli, au Liban-Nord, perpétrée par un islamiste dans la nuit de lundi à mardi et tuant quatre militaires des Forces de sécurité intérieure et de l'armée libanaise. Les déclarations de la ministre interviennent alors que plusieurs responsables proches du Courant patriotique libre se sont émus du fait que l'auteur de cette attaque était un extrémiste récemment libéré de prison, sous-entendant que le courant du Futur avait contribué à sa libération.

Lundi soir, armé et circulant à mobylette, Abdel Rahmane Mabsout avait abattu quatre militaires avant de se faire exploser. La direction générale des Forces de sécurité intérieure avait annoncé la mort du sergent Johnny Khalil et du caporal Youssef Faraj, tandis que le commandement de l'armée libanaise faisait part de la mort du lieutenant Hassan Ali Farhat et du soldat Ibrahim Mohammad Saleh. Il n'y a pas eu de revendication immédiate des attaques et les mobiles de l'assaillant restent inconnus.

"L'instrumentalisation d'un crime terroriste pour faire monter les tensions communautaires et politiques est dangereuse", a déclaré Mme el-Hassan à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité intérieure qu'elle a présidée au siège du ministère de l'Intérieur, ajoutant que "Tripoli a montré avant et après cette opération terroriste qu'elle rejette tous les extrémismes et qu'elle n'est pas un terreau du terrorisme".



(Lire aussi : OGM de rasoir, le billet de Gaby NASR)



"Pas équilibré"
"Mabsout a quitté son domicile en moto avec six grenades et une mitrailleuse", a détaillé la ministre, indiquant que l'auteur des faits était un "loup solitaire". "La notion de loup solitaire est utilisée pour désigner toute personne qui commet un acte criminel, dont des opérations terroristes. Ce type d'opérations se produit dans tous les pays du monde", a expliqué Mme el-Hassan. Indiquant que l'individu, né en 1991 dans le quartier de Hdadeïn, à Tripoli, avait subi des violences dans son enfance, Mme Hassan a souligné que "les criminels qui tuent de sang-froid ne sont pas équilibrés sur un plan métaphorique, mais pas médical". 

Il s'agit d'une réponse implicite au ministre libanais de la Défense, Elias Bou Saab, qui avait déclaré la veille qu'il était "prématuré de déterminer l'état psychologique du terroriste". M. Bou Saab répondait lui aussi implicitement au directeur général des Forces de sécurité Intérieure (FSI) Imad Othman qui avait indiqué mardi que Abdel Rahmane Mabsout souffrait de "troubles psychologiques".

Sur le plan judiciaire, la ministre de l'Intérieur a indiqué que "l'enquête est conduite par les services de sécurité qui font ce qu'ils doivent faire pour découvrir ce qu'il s'est passé sur un plan technique, sous la supervision des autorités judiciaires compétentes et conformément à leurs directives". Il s'agit également ici d'une réponse aux propos de M. Bou Saab qui avait déclaré qu'une "reddition de comptes" devait avoir lieu et qu'une enquête allait être ouverte "conformément aux directives du président Michel Aoun".


Par ailleurs, Mme el-Hassan a indiqué que des "chambres d'opération" regroupant l'ensemble des forces de sécurité allaient être mises en place dans toutes les régions, "afin de gérer les incidents sécuritaires en présence d'un juge".



Lire aussi

Attaque de Tripoli : l’unité interne contre le terrorisme, le décryptage de Scarlett HADDAD

Attentat de Tripoli : Saber Mrad, un anonyme devenu héros

Attentat de Tripoli : les forces de l’ordre recherchent activement des complices éventuels de Mabsout

Hariri-Bassil : duel à rebondissements et partenariat obligé


La ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan, a mis en garde vendredi contre toute "instrumentalisation communautaire et politique" de la série d'attaques à Tripoli, au Liban-Nord, perpétrée par un islamiste dans la nuit de lundi à mardi et tuant quatre militaires des Forces de sécurité intérieure et de l'armée libanaise. Les déclarations de la ministre interviennent alors...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut