Rechercher
Rechercher

OGM de rasoir

Faut croire que Tripoli est tellement à court de rasoirs que chaque quelque temps lui fleurit un raseur en quête de paradis, qui vient jouer les héros sabre au clair. Un agité du burnous avec toujours la même créativité dans l’ouvrage : des morts, des blessés, des dégâts…

Le dernier en date de ces OGM est une espèce de bubon humanoïde fraîchement éclos dans le laboratoire libanais, mais qui avait déjà commencé à bourgeonner il y a quelques années dans l’un des quartiers sectaires de la ville. Lui n’a pas trouvé mieux que d’arroser quatre militaires de ses balles divines avant de se faire exploser. Encore un ahuri à qui l’on n’a pas expliqué que lorsqu’on veut faire sauter une bombe, on n’a pas forcément besoin d’être attaché dessus.

Et c’est dommage, parce qu’on n’a pas eu le temps de voir s’il était connecté au dernier logiciel islamiste, livré avec tous ses périphériques : la barbe frisottée, la chemise de nuit et les babouches (attirail très commode pour circuler à mobylette), sans oublier les 70 vierges en chaleur qui l’attendent au paradis, pour le cas où il s’y pointerait tout nu.

Sur les planches de ce théâtre tragique, ne voilà-t-il pas que les Libanais devaient en plus se coltiner la bêtise à l’état brut de certains pendentifs de la politique à qui l’on n’a rien demandé, mais qui sont venus quand même livrer leur sentiment en faisant de la récup politicienne. Trois jours fériés oblige, et ne voyant ni micro ni caméra à la ronde, c’est sur la poubelle Twitter qu’ils ont jeté leur dévolu, polluant davantage le réseau d’images surréalistes et de commentaires débridés, assortis des flagorneries habituelles à destination de l’armée. C’était à qui bombait le plus le torse jusqu’à s’en péter les côtes, question de bien déclarer sa flamme au Liban face au monde et aux traîtres. Trois journées entières à se flinguer mutuellement par claviers interposés, en attendant que le cirque habituel se remette en place après les fêtes. Le tout jeté en vrac à une population désœuvrée à qui l’on invente des débats bidon, question de lui faire oublier que le budget 2019 va lui siphonner sans vergogne la poche et les boyaux.

Bref, un tableau empreint de tendresse où pour conjurer ces temps de pénuries, nos roitelets locaux ont visiblement décidé de placer leurs âneries sous le signe de l’abondance.

[email protected]


Faut croire que Tripoli est tellement à court de rasoirs que chaque quelque temps lui fleurit un raseur en quête de paradis, qui vient jouer les héros sabre au clair. Un agité du burnous avec toujours la même créativité dans l’ouvrage : des morts, des blessés, des dégâts…

Le dernier en date de ces OGM est une espèce de bubon humanoïde fraîchement éclos dans le...

commentaires (3)

"Le budget 2019 va lui siphonner sans vergogne la poche et les boyaux". Vers 1956, le président Camille Chamoun avait invité Dom Mintoff, premier ministre de Malte, à visiter le Liban. Le jour de son arrivée à Beyrouth, Marc Riachi lui écrit dans son "Billet" à la 2ème page d'An-Nahar la phrase suivante : "Ya Dom Mintoff* nehna dawman mintoufine aktar minnak" (Ô Dom Mintoff, nous sommes toujours plus fauchés que vous). Le gouvernement sait-il que le peuple libanais a déjà la poche et les boyaux plus vides que la Trésorerie nationale ? * Ecrire "Mintoff" en arabe, cela donne "mintouf" ou déplumé.

Honneur et Patrie

12 h 29, le 07 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • "Le budget 2019 va lui siphonner sans vergogne la poche et les boyaux". Vers 1956, le président Camille Chamoun avait invité Dom Mintoff, premier ministre de Malte, à visiter le Liban. Le jour de son arrivée à Beyrouth, Marc Riachi lui écrit dans son "Billet" à la 2ème page d'An-Nahar la phrase suivante : "Ya Dom Mintoff* nehna dawman mintoufine aktar minnak" (Ô Dom Mintoff, nous sommes toujours plus fauchés que vous). Le gouvernement sait-il que le peuple libanais a déjà la poche et les boyaux plus vides que la Trésorerie nationale ? * Ecrire "Mintoff" en arabe, cela donne "mintouf" ou déplumé.

    Honneur et Patrie

    12 h 29, le 07 juin 2019

  • DU GABY NASR QUI OUVRE L,APPETIT DU RIRE BIEN QU,AU FOND C,EST DU SERIEUX.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 02, le 07 juin 2019

  • Si les jeunes terroristes apprenaient que le concept d'une vie meilleure au paradis en cas de mort avec l'arme la main, était inventé et mis en place par les croisés dans les année 1'000.- pour attirer aux combats les abrutis de l'époque, nos contemporains se calmeraient peut-être un peu.

    MGMTR

    09 h 54, le 07 juin 2019