Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Attaques de Tripoli : "Nous ne garderons pas le silence", martèle Bou Saab

Le corps du capitaine de l'armée libanaise, Hassan Ali Farhat, l'une des quatre victimes d'Abdel Rahmane Mabsout, inhumé dans la journée dans son village natal de Baraachit, au Liban-Sud.

Le ministre libanais de la Défense, Elias Bou Saab (au centre) aux condoléances auprès de la famille du capitaine de l'armée libanaise, Hassan Ali Farhat, à Baraachit (Liban-Sud), tué lors des attaques de Tripoli. Photo Ani

Le ministre libanais de la Défense, Elias Bou Saab, a promis jeudi des sanctions à l'issue de l'enquête qui sera ouverte sur la série d'attaques à Tripoli, au Liban-Nord, perpétrée par un islamiste qui a tué dans la nuit de lundi à mardi quatre militaires des Forces de sécurité intérieure et de l'armée libanaise.

"Une reddition de comptes doit avoir lieu, et la vérité doit être dévoilée. J'ai promis au père du martyr que nous ne garderons pas le silence après ce qui s'est passé. Nous ne cacherons rien. Nous allons ouvrir une enquête, conformément aux directives du président Michel Aoun", a dit M. Bou Saab qui s'est rendu auprès de la famille du capitaine de l'armée Hassan Ali Farhat, enterré dans la journée dans son village natal de Baraachit, au Liban-Sud, pour lui présenter ses condoléances, exprimant la détermination sans faille du commandement de l'armée dans ce dossier.

Le convoi transportant sa dépouille mortelle jusqu'au Liban-Sud depuis l'hôpital militaire de Badaro, à Beyrouth, a été accueilli dans de nombreux villages par des jets de riz et de fleurs, alors que des banderoles portant des messages de solidarité avec l'armée avaient été accrochées le long des routes.

Lundi soir, un individu armé circulant à mobylette, Abdel Rahmane Mabsout, avait abattu quatre agents des forces de sécurité avant de se faire exploser. La direction générale des Forces de sécurité intérieure avait annoncé la mort du sergent Johnny Khalil et du caporal Youssef Faraj, tandis que le commandement de l'armée libanaise faisait part de la mort du lieutenant Hassan Ali Farhat et du soldat Ibrahim Mohammad Saleh. Il n'y a pas eu de revendication immédiate des attaques et les mobiles de l'assaillant restent inconnus.



(Lire aussi : Attentat de Tripoli : l'armée reste parée face aux dangers, affirme le chef de la troupe)



Plusieurs autres responsables proches, comme M. Bou Saab, du Courant patriotique libre s'étaient émus du fait que l'auteur de cette attaque était un extrémiste récemment libéré de prison, sous-entendant que le courant du Futur avait contribué à sa libération. "Je ne veux pas déclarer qu'une partie en particulier a prémédité cela. Celui qui a prémédité cette opération terroriste, c'est le terroriste, et lui seul, et tous ceux qui ont œuvré pour couvrir les terroristes. Néanmoins, il ne s'agit pas de propos politiques", a déclaré le ministre de la Défense, interrogé par des journalistes sur ce volet de l'affaire. 

Par ailleurs, M. Bou Saab a indiqué qu'il était "prématuré de déterminer l'état psychologique du terroriste". Mardi, lors d'une tournée à Tripoli, le directeur général des Forces de sécurité Intérieure (FSI) Imad Othman, avait indiqué que Abdel Rahmane Mabsout souffrait de "troubles psychologiques".

En outre, le ministre a indiqué que le capitaine Farhat sera promu à titre posthume, exprimant également sa volonté de rouvrir le dossier des terroristes qui se trouvent en prison.

Mercredi, le corps du sergent Johnny Khalil avait été inhumé dans le village de Aïchiyé dans le caza de Jezzine, au Liban-Sud.

Selon des informations publiées dans l'après-midi par la chaîne locale LBCI, cinq individus faisant partie d'un groupe dirigé par Kanaan Naji, l'une des figures salafistes de Tripoli, ont été arrêtés sur la base d'informations selon lesquelles ils étaient en lien avec Abdel Rahmane Mabsout.



Pour mémoire
Tripoli de nouveau sous la menace terroriste ?

Liban : un recruteur de l'Etat islamique arrêté à Tripoli


Le ministre libanais de la Défense, Elias Bou Saab, a promis jeudi des sanctions à l'issue de l'enquête qui sera ouverte sur la série d'attaques à Tripoli, au Liban-Nord, perpétrée par un islamiste qui a tué dans la nuit de lundi à mardi quatre militaires des Forces de sécurité intérieure et de l'armée libanaise."Une reddition de comptes doit avoir lieu, et la vérité doit être...
commentaires (2)

BIZARRE DECLARATION. L,EQUIVOQUE A L,HONNEUR.

LA LIBRE EXPRESSION

21 h 21, le 06 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • BIZARRE DECLARATION. L,EQUIVOQUE A L,HONNEUR.

    LA LIBRE EXPRESSION

    21 h 21, le 06 juin 2019

  • il faudra aller aux sources et voir qui a incité Abdel Rahmane Mabsout à commettre ce crime pour le punir .

    Antoine Sabbagha

    20 h 26, le 06 juin 2019

Retour en haut