Rechercher
Rechercher

Éclairage

Le Hezbollah a-t-il mis en veilleuse son agenda iranien pour renforcer son rôle à l’échelle locale ?

Des partisans du Hezbollah brandissant des drapeaux du parti chiite et du Liban. Photo d’archives/AFP

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit faire une nouvelle intervention télévisée, vendredi, à l’occasion de la Journée de la terre, fixée par l’ayatollah Khomeyni au dernier vendredi du mois de ramadan. Selon les informations obtenues de milieux proches du Hezbollah, le discours de Nasrallah se situera dans le prolongement de celui qu’il avait prononcé samedi à l’occasion de la fête de la Libération du Liban-Sud. Le ton sera relativement modéré. En d’autres termes, pas d’envolées belliqueuses et, surtout, pas de critiques contre l’« axe » Arabie saoudite-États-Unis-Israël, même s’il ne manquera pas de rappeler le sacro-saint triptyque peuple-armée-résistance ou encore la puissance militaire de son parti, qui représente, selon lui, un facteur de dissuasion face aux menaces israéliennes.

De l’avis d’observateurs politiques, le changement de ton de Hassan Nasrallah, qui avait aussi soutenu la position du président de la Chambre, Nabih Berry, par rapport à la concomitance des négociations pour une délimitation des frontières maritimes et terrestres avec Israël, va dans le sens des mises en garde officielles occidentales parvenues au Liban, notamment de Washington et de Paris, sur la nécessité pour le Liban de se conformer à la politique de distanciation et d’éviter de s’impliquer dans les conflits régionaux en s’alignant sur tel ou tel axe. Hassan Nasrallah avait insisté dans son discours de samedi sur l’importance de la stabilité au Liban et d’éviter les escalades qui risquent d’ébranler celle-ci, en se contentant d’évoquer les dossiers relatifs à l’actualité locale.


(Lire aussi : Nasrallah : Le danger de l'implantation des réfugiés palestiniens se rapproche fortement)


Le Hezbollah, tout comme le reste des parties impliquées politiquement ou militairement dans la région, est conscient des risques qu’il encourt si une guerre éclate dans la région, alors que le bras de fer entre l’Iran et les États-Unis va crescendo. Pourtant, aussi bien Téhéran que Washington font part d’assurances selon lesquelles il n’y aura pas de guerre dans la région. L’escalade irano-américaine se limiterait ainsi à être un instrument devant permettre à chacune des deux parties d’améliorer ses conditions de négociations autour des zones de conflit dans la région, notamment la Syrie, l’Irak et le Yémen. Selon un expert militaire, une éventuelle guerre se ferait par procuration et se limiterait à neutraliser les bras militaires de l’Iran dans la région, dont le Hezbollah. Celui-ci en est parfaitement conscient, ce qui explique non seulement le changement de ton de son chef, mais sa volonté affichée depuis les élections législatives à s’engager de plus en plus dans la vie politique, alors qu’avant cette période, ses interventions médiatiques étaient essentiellement consacrées au dossier régional. Hassan Nasrallah n’hésitait pas à l’époque de se poser comme un acteur régional incontournable et mettait en relief le rôle transfrontalier de sa formation. Aujourd’hui, toute son attention se concentre sur les dossiers locaux, comme s’il cherchait à confirmer la libanisation de ses centres d’intérêt, afin d’obtenir à terme une couverture politique officielle. Il a marqué son retour en force sur la scène locale par une déclaration de guerre contre la corruption, les corrupteurs et les corrompus. Ce revirement lui permettra d’avoir à son actif des acquis sur lesquels il pourrait capitaliser, en essayant de réaliser un vieux rêve, celui de remplacer dans la Constitution la parité par la formule des trois tiers, chrétien, sunnite, chiite.

Des observateurs diplomatiques occidentaux s’accordent pour reconnaître le changement dans la politique du Hezb. Ils affirment qu’ils se trouvent aujourd’hui devant un nouveau parti et constatent que celui-ci semble se désintéresser des opérations militaires israéliennes continues contre des objectifs iraniens, voire même ses propres objectifs en Syrie, qui sont à peine évoqués par ses médias.


Lire aussi
Les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah, selon le Washington Post

Guterres « gravement préoccupé par les capacités militaires sophistiquées » du Hezbollah


Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit faire une nouvelle intervention télévisée, vendredi, à l’occasion de la Journée de la terre, fixée par l’ayatollah Khomeyni au dernier vendredi du mois de ramadan. Selon les informations obtenues de milieux proches du Hezbollah, le discours de Nasrallah se situera dans le prolongement de celui qu’il avait

commentaires (10)

NAIF QUI Y CROIT !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 03, le 02 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • NAIF QUI Y CROIT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 03, le 02 juin 2019

  • https://www.lorientlejour.com/article/1173052/le-chef-du-hezbollah-previent-quune-guerre-contre-liran-setendra-au-dela-du-pays.html Ça vous va comme ça? Besoin encore de preuves que cet article c'était du n’importe quoi? Que la vérité nous plaise ou pas n’est pas la question, mais pour un journaliste, c’est la base, et dans ce domaine M. Akl n’excelle pas.

    Chady

    01 h 02, le 01 juin 2019

  • Attendons voir vendredi, Yaoum el Ard. Inna al yaoum (ghadan pour ceux qui sont dans un autre fuseau horaire) li nazirihi karib. Sorry, impossible de translittérer en Persan, Iranien.... Je me demande si nous sommes toujours libanais, ou français (tous mes excuses à Jean-Jacques qui rédigeait ses lettres...)

    Evariste

    18 h 05, le 31 mai 2019

  • Personne n’a parlé d’être journaliste, ni de connaître les intentions de qui que se soit. Par contre, l’auteur devine les intentions des gens au ton de leur voix, critique numéro 1 Critique numéro 2 il dit que le dernier discours du Sayyed était celui du 25 mai alors qu’il en avait fait 1 la veille de la publication de cet article Critique numéro 3 il dit que le Sayyed n’a pas fait allusion à l’arabie saoudite, les états unis et israel, alors que ce dernier a dit qu’il en parlerait samedi prochain Critique numéro 4 dans le discours qu’il n’a pas suivît de la veille, le Sayyed a fait une allusion justement à l’Arabie saoudite donc de ce point de vue la rien à changer et il a encourager tout le monde a prier pour le Ali Khamenai réaffirmant son role de guide de la nation islamique donc justement son devoir religieux de lui répondre en toute circonstance, déconstruisant ainsi l’essence même de cet article en une phrase Est ce que dire ça revient à défendre “celui que j’admire”, à vous d’en décider mais définitivement il y en a certains ici qui feraient mieux de retourner en faculté, et d’autres d’aller confesser leur rage à l’Eglise plutôt que de pratiquer le sarcasme à longueur de journée.

    Chady

    00 h 27, le 31 mai 2019

  • Chic alors ! Nous avons enfin un "vrai journaliste" qui connaît parfaitement la situation du pays, y-compris les intentions profondes de celui qu'il admire et défend jour et nuit ! Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 20, le 30 mai 2019

  • Ce que vous appelé “agenda iranien” et “rôle local” sont complémentaires. Rien n’a jamais été mis en veilleuse, le Hezbollah a toujours été cohérent et il l’est toujours Sauf que vous, pseudo journaliste voudriez nous faire croire que tous ses discours se font en gueulant à propos des usa et cie et mesurez les intentions du partis par rapport au ton du Sayyed!! Par ailleurs le Sayyed a appelé tout le monde a prier pour l’Imam Khamenai pas plus tard qu’hier alors qu’il critiquait d’autre part l’arabie saoudite sans la nommer: C’est qu’en plus d’avoir des théories pourries vous les déconstruisez de vous même.

    Chady

    23 h 30, le 29 mai 2019

  • Ben oui...moins de sous de la part de son commanditaire iranien...donc moins de moyens ! Quelque part le résultat est bénéfique pour le Liban, mais le fanfaron du parti divin saura-t-il se "recycler" en parti travaillant avant tout pour le bien de ses partisans...et du Liban ? On le souhaite très fort ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 49, le 29 mai 2019

  • C surtout que l'iran a mis en veilleuse son propre agenda ! et HN bien sur ne peut qu'etre dans l'expectative mais comme il est intelligent il en profite lui et son nouveau pote !

    gaby sioufi

    10 h 29, le 29 mai 2019

  • RIEN N,EST MOINS SUR. IL NE FAUT PAS REVER !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 36, le 29 mai 2019

  • Le tarissement de la source iranienne de financement du HEZB est pour beaucoup dans ce changement d attitude ....le parti de Dieu se reveille soudain et se rappelle qu il est libanais....

    HABIBI FRANCAIS

    05 h 31, le 29 mai 2019