Rechercher
Rechercher

Liban - Partis

Le CPL secoué par « l’indiscipline » de 700 de ses adhérents

La formation a radié des centaines de partisans majoritairement chiites n’ayant pas voté en faveur de la liste aouniste lors des législatives de 2018.

Gebran Bassil. Photo d’archives

C’est une sérieuse secousse que le Courant patriotique libre a subie récemment. Plus d’un an après les élections législatives de mai 2018, le conseil de discipline du parti a décidé de radier plus de 700 adhérents, majoritairement chiites originaires de Baalbeck-Hermel.

Des sources bien informées indiquent dans ce cadre à L’Orient-Le Jour que les membres visés par la décision d’exclusion n’ont pas voté pour la liste du CPL lors des dernières législatives. Et d’ajouter que conformément au règlement intérieur du parti fondé par Michel Aoun, ceux qui ne se conforment pas aux directives du directoire CPL en matière d’élections sont susceptibles d’exclusion du parti.

Selon certains médias locaux, les partisans nouvellement radiés du CPL sont exclusivement chiites relevant des cazas de Baalbeck et du Hermel. Des informations que dément, via L’OLJ, Rommel Saber, vice-président du CPL pour les affaires administratives : « Parmi les personnes radiées, il y a des chrétiens. Mais il est normal qu’il y ait des chiites. D’autant que la majorité des membres concernés est issue de Baalbeck-Hermel. »



(Pour mémoire : La radiation du CPL de Tanios Hobeika, première réponse aux dissidents ?)



Réintégration
Quoi qu’il en soit, des sources qui suivent de près le dossier confient à L’OLJ que le leader du CPL Gebran Bassil a interjeté appel de la décision du conseil de discipline de la formation. Dans une décision prise jeudi dernier, l’instance disciplinaire a ainsi décidé de réintégrer dans les rangs du courant aouniste 63 partisans qui en avaient été exclus. De sources bien informées, on apprend aussi que 20 autres personnes radiées ont rejoint à nouveau les rangs du parti à la faveur d’une décision prise hier par le conseil de discipline.

Pour ce qui est des motifs de ce soudain revirement de la part du directoire du CPL, une source proche du dossier indique que l’instance disciplinaire examine le dossier de chacun des membres visés par les décisions d’exclusion. S’ils présentent des raisons valables à même d’expliquer leur décision de ne pas voter pour la liste du CPL, comme un éventuel voyage ou un manque de documents requis pour prendre part au scrutin, l’instance disciplinaire peut revenir sur sa décision.

Mais bien au-delà de l’aspect interpartisan, c’est surtout par sa dimension politique que la décision de radier 700 membres du CPL semble refléter le mécontentement qu’éprouvent les adhérents face aux choix politiques et électoraux de leur chef et de ses proches. Il s’agit donc d’une grave secousse à même de menacer le parcours politique du parti et sa pérennité. C’est ainsi que les milieux de « l’opposition aouniste » interprètent la décision de radier les partisans de Baalbeck-Hermel. Outre les erreurs politiques du chef du parti, c’est surtout la dynamique politique du courant aouniste en tant que formation multiconfessionnelle qui est malmenée, déplorent les opposants, stigmatisant le fait que M. Bassil se montre au centre de toute l’action politique du CPL, aux dépens de ses partisans et cadres.

En face, les milieux proches de Gebran Bassil invitent ceux qui s’opposent aux choix du directoire, soit à former une « opposition à l’intérieur du parti », soit à en claquer volontairement la porte.



Pour mémoire

Deux cadres devant le conseil disciplinaire : une riposte au meeting des dissidents ?

Un nouveau « Tayyar » fait un pied de nez à l’ancien

Le directoire politique du CPL décrié par des vétérans aounistes

Hicham Haddad à « L’OLJ » : C’est un dictateur qui est à la tête du CPL


C’est une sérieuse secousse que le Courant patriotique libre a subie récemment. Plus d’un an après les élections législatives de mai 2018, le conseil de discipline du parti a décidé de radier plus de 700 adhérents, majoritairement chiites originaires de Baalbeck-Hermel.Des sources bien informées indiquent dans ce cadre à L’Orient-Le Jour que les membres visés par la décision...
commentaires (19)

Il a un problème de personalités multiples, il n'a pas encore trouvé son look.

Christine KHALIL

20 h 06, le 28 mai 2019

Tous les commentaires

Commentaires (19)

  • Il a un problème de personalités multiples, il n'a pas encore trouvé son look.

    Christine KHALIL

    20 h 06, le 28 mai 2019

  • Encore un exemple de notre système tribal confessionnel dans un pays divisé en cantons sans le vouloir .

    Antoine Sabbagha

    19 h 50, le 28 mai 2019

  • L'idée et la grandeur du CPL, c'était celle de M. Aoun, d'abord, celle de Mar Mikhail et du nationalisme transconfessionnel ensuite; ces électeurs veulent rester fidèle au parti que G. Bassil est en train de fouler au pieds.

    Jean abou Fayez

    19 h 26, le 28 mai 2019

  • Le CPL n'est pas un parti politique comme les autres. Le CPL est un consortium familial. Point à la ligne.

    Un Libanais

    19 h 11, le 28 mai 2019

  • Interdit de psychoter au sujet du CPL . Aucun parti politique n'échappe à d'éventuelles tribulations..Ceux qui se réjouissent à l'idée que ce courant pourrait décliner vont vite déchanter ,vu que les fondations de "l'édifice " sont inébranlables. .

    Hitti arlette

    16 h 39, le 28 mai 2019

  • Une précision : Un parti politique est composé par ses adhérents (membres) qui doivent fidélité aux idéaux de leur formation. La démocratie veut, qu'un parti puisse avoir ses "courants" ses sensibilités et ses nuances certes ! Mais une fois le congrès du parti passé et une majorité dégagée, les membres doivent se rassembler autour de cette majorité! donc voter à son représentant. Cette "théorie" est valable pour toutes les formations politiques du plus à gauche au plus à droite! Du plus nationaliste au plus "perdus" dans ses choix ...lol!

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 00, le 28 mai 2019

  • "autant en emporte le courant" film fleuve qui "Hérode" avant de finir!

    Wlek Sanferlou

    13 h 24, le 28 mai 2019

  • EN SUS DE L,INCOMPETENCE ET DU CLIENTELISME GENDRISSIMAL L,HEBETUDE FRAPPE LES HAUTES SPHERES ATTEINTES D,ABRUTISSEMENT INNE ! DE L,HEBETUDE NAIT LA DESINTEGRATION !

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 48, le 28 mai 2019

  • Donc le CPL CONTRÔLE COMMENT CHACUN DE SES MEMBRES VOTE UNE HONTE POUR UN PARTI QUI SE VEUT FORT ET DANS UN PAYS LIBRE OU CHACUN PEUT VOTER COMME IL LE DÉSIRE SANS ÊTRE CONTRÔLÉ LE GENDRE FAIT DE CE PARTI UN PARTI À L IMAGE DE HB QUI NE TOLÈRE AUCUNE OPPOSITION ET LE CHEF EST MAÎTRE DE LA DÉCISION FINALE QUEL DIFFÉRENCE AVEC TOUS LES DICTATEURS DE CE MONDE? Après le moi où personne c est au tour du gendre de dire vous votez comme je veux ou vous êtes dehors Quel belle leçon de democratie nous donne ce parti Si c’est ce Liban que le CPL veut sachez messieurs que nous n’en voulons pas LE LIBAN RESTERA MALGRÉ VOUS UN HAVRE DE DÉMOCRATIE ET DE LIBERTÉ

    LA VERITE

    11 h 58, le 28 mai 2019

  • Staline n'aurait pas agi autrement. Malheur au Liban si un jour, ce personnage arriverait à être nominé par qui vous savez, à la tête de l'Etat.

    Un Libanais

    11 h 35, le 28 mai 2019

  • Non, mais sérieusement, comment peut-on savoir pour qui un électeur a voté? Et l'isoloir alors? Quelle blague, ce pays!

    Georges MELKI

    10 h 31, le 28 mai 2019

  • Juste une question et un détail qui m’échappe : comment diable la direction du CPL peut savoir qui, de ses partisans, a voté (ou pas) pour eux ?! Fliquent-ils leurs électeurs ? Ont-ils installés des mouchards (ou des caméras-espions) dans les isoloirs ?

    DC

    10 h 25, le 28 mai 2019

  • Orangina, Orangina, secouez-moi! Lol

    Tina Chamoun

    10 h 06, le 28 mai 2019

  • AVEC L,INCOMPETENCE ET LA CLIENTETE GENDRISSIMALE AU SOMMET LE NOMBRE DES FRONDEURS AUGMENTERA. JUSQU,A L,ECLATEMENT !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 49, le 28 mai 2019

  • le CPL, une aberration en decomposition.

    paznavour

    09 h 45, le 28 mai 2019

  • Le CPL s’éteindra avec le temps faute de dirigeants compétant. De plus il n'a aucune strategie et aucun programme politique concret. Il ne nous balance que des généralités copiées collées des idéologies d'autrui et dans la pratique va a l'encontre de celles-ci comme un bateau perdu au milieu d'une tempête sans capitaine... Ils sont contre le féodalisme et le parti est au service des Aoun et famille, ils sont contre la corruption et y sont trempés jusqu’à la prunelle de leurs yeux, ils se prétendent patriotes et soutiennent les partis qui ont des projets anti-nationaux, ils prétendent récupérer les droits des chrétiens alors que c'est leur patron qui de par ses actions stupides et inconsidérées les leur a fait perdre et continue a le faire... Il ne faut pas s’étonner que les gens s'y éloigneront avec le temps car ils ne seront pas dupes encore longtemps...

    Pierre Hadjigeorgiou

    08 h 42, le 28 mai 2019

  • La graine de dictateur a bien germé dans une terre fertile, et les premières pousses apparaîssent déjà au soleil printanier libanais... Il est vrai que ce ne sont pas les modèles de dictateurs qui manquent dans notre région du Proche et Moyen-Orient ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 23, le 28 mai 2019

  • Peut on radier le radiateur ? Quel bonheur!

    Lecteurs OLJ 3 / BLF

    08 h 10, le 28 mai 2019

  • Comment peut-on contraindre des membres du CPL qui, au temps de l'occupation syrienne, ont subi arrestation arbitraires et tortures, à voter pour Jamil Sayed?

    Yves Prevost

    06 h 46, le 28 mai 2019

Retour en haut