X

À La Une

Tensions avec l'Iran: Washington envisage d'envoyer des troupes supplémentaires

Etats-Unis

Les Etats-Unis ont actuellement entre 60.000 et 80.000 militaires déployés au Moyen-Orient, dont 14.000 en Afghanistan, 5.200 en Irak et moins de 2.000 en Syrie, selon le Pentagone.

OLJ/AFP
23/05/2019

Les Etats-Unis ont indiqué jeudi qu'ils envisageaient d'envoyer des troupes supplémentaires au Moyen-Orient pour assurer la sécurité des effectifs déjà déployés, dans un contexte de tensions avec l'Iran.

"Ce à quoi nous réfléchissons c'est: est-ce qu'il y a quelque chose que nous pouvons faire pour améliorer la sécurité de nos forces au Moyen-Orient", a affirmé le chef du Pentagone Patrick Shanahan à la presse. "Cela pourrait comprendre l'envoi de troupes supplémentaires".

Le ministre de la Défense par intérim, qui s'exprimait au Pentagone avant une rencontre avec le ministre vietnamien des Affaires étrangères Pham Binh Minh, est cependant resté prudent, évoquant les risques que des chiffres surestimés pourraient représenter pour les soldats américains déployés dans la région. Il a démenti les chiffres circulant dans la presse américaine et laissé entendre que le commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom) avait simplement envoyé une requête au Pentagone pour des effectifs supplémentaires, comme les commandements régionaux le font régulièrement.

"Ce n'est pas 10.000, ce n'est pas 5.000. Ce n'est pas exact. Ce que je peux vous dire, c'est que je suis en contact régulier avec le général (Kenneth) McKenzie", le nouveau commandant du Centcom, a-t-il dit. "Ce sont des échanges normaux que nous avons avec le Centcom". M. Shanahan a indiqué qu'il avait prévu d'informer dans l'après-midi Donald Trump de la situation sur le terrain, avant son départ pour Tokyo où le président américain est attendu samedi pour une visite d'Etat.

Le général Kenneth McKenzie avait publiquement regretté la réduction des effectifs militaires américains au Moyen-Orient décidée par le Pentagone en vertu de la nouvelle stratégie de défense des Etats-Unis qui se focalise davantage sur la Russie et la Chine. "Nous n'avons pas les effectifs suffisants pour être où nous voulons être en nombre adéquat, partout, tout le temps" dans le monde entier, a-t-il dit au cours d'une conférence début mai à Washington.

Les Etats-Unis ont actuellement entre 60.000 et 80.000 militaires déployés au Moyen-Orient, dont 14.000 en Afghanistan, 5.200 en Irak et moins de 2.000 en Syrie, selon le Pentagone.


(Lire aussi : Premiers battements des tambours de la guerre ?)



Désengagement ou pas

Donald Trump, qui a fait du désengagement des Etats-Unis des conflits en Afghanistan et en Syrie une de ses priorités, a ordonné un retrait militaire total de Syrie mais il s'est ensuite laissé convaincre de maintenir dans le nord-est du pays une force américaine que le Pentagone ne chiffre pas mais qui est évaluée à un millier de personnes.

Les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont envenimées depuis le début du mois: l'Iran a suspendu certains de ses engagements pris en vertu de l'accord de 2015 encadrant son programme nucléaire, un an après le retrait américain de ce texte, tandis que l'administration Trump a renforcé ses sanctions contre l'économie iranienne.

Parallèlement, le Pentagone a dépêché dans la région un porte-avions, un navire de guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, évoquant "des indications inquiétantes d'escalade et de mises en garde" de Téhéran.

En fait, selon des responsables militaires ayant requis l'anonymat, le Pentagone subit les conséquences de la politique agressive de Donald Trump à l'égard de Téhéran, notamment sa décision annoncée le 8 avril de placer les Gardiens de la Révolution, armée idéologique du régime iranien, sur la liste américaine des "organisations terroristes étrangères", de même que la force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens.

L'Iran a aussitôt répliqué en considérant désormais les Etats-Unis comme un "Etat parrain du terrorisme" et en assimilant les forces américaines déployées au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique et en Asie centrale, à des "groupes terroristes", ce qui en fait des cibles.


Lire aussi

Le temps n'est pas aux négociations mais à la résistance, avertit Rohani

Entre Téhéran et Washington, les enjeux d’un conflit asymétrique

Le Liban à l’abri de l’escalade Iran-USA

John Bolton, le conseiller va-t-en-guerre d'un président qui n'aime pas la guerre

« La guerre est le pire scénario pour les pays du Golfe, comme pour l’Iran »

Iran/USA : ce n’est pas encore la guerrele commentaire d'Anthony Samrani

« La population iranienne dirige sa haine vers les mollahs »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants