X

Liban

L’avocat de Béchara Asmar dénonce une détention « politique arbitraire »

Justice
S.N. | OLJ
22/05/2019

Au terme de trois jours de garde à vue, l’ex-président de la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL), Béchara Asmar, est depuis hier en détention provisoire pour diffamation contre la mémoire du patriarche maronite Nasrallah Sfeir, décédé le 12 mai. Un mandat d’arrêt a été émis contre lui par le juge d’instruction de Beyrouth, Georges Rizk, qui l’a interrogé au préalable pendant une heure et demie. L’enquête fait suite à une plainte déposée contre lui par un groupe d’avocats, dont Élie Mahfoud, pour diffamation et pour dénigrement de pratiques religieuses.

« Béchara Asmar a été arrêté. Félicitations pour cet État policier et ce pays qui exploite la religion à des fins politiques », a vite réagi hier l’avocat de l’ex-patron de la CGTL, Bilal Husseini. « Le patriarche Sfeir a été insulté des dizaines de fois dans sa vie et a pardonné à tout le monde », a-t-il ajouté.

À L’Orient-Le Jour, il dénonce « une arrestation politique arbitraire » qui viserait, selon lui, « le travail syndicaliste de son client et sa personne en premier lieu ». Mais il n’écarte pas, en réponse à une question, qu’un bras de fer politique se joue derrière l’arrestation de M. Asmar, proche du président de la Chambre, Nabih Berry.

Même « la démission de M. Asmar n’aura pas suffi à le faire libérer », contrairement aux attentes de son camp, se désole Me Husseini, en précisant que la prochaine séance d’audition a été fixée à lundi.

La détention de Béchara Asmar pour délit d’opinion serait en soi symbolique de la politique de répression des libertés, puisque « la détention provisoire pour diffamation est interdite par la loi », précise Me Husseini en ajoutant que cela vaut pour tout citoyen, non seulement les journalistes.

Sur le fond, l’avocat rejette l’accusation de diffamation, en partie parce que son client n’a pas prononcé ses paroles en public, ou en tout cas ne pensait pas le faire.

Pour rappel, le président de la CGTL apparaît dans un enregistrement vidéo en train de tenir ses propos alors qu’il s’apprêtait à tenir une conférence au siège de la confédération, sans qu’il sache qu’il était filmé et que les micros étaient déjà activés. « M. Asmar n’a pas divulgué la vidéo et n’a pas œuvré à en diffuser le contenu », ajoute son avocat.

Par ailleurs, le syndicat des employés de banque a jugé que la démission de M. Asmar et la décision de la CGTL de l’accepter était « la bonne décision à prendre », au vu des propos « condamnables » qu’il a tenus contre le patriarche Sfeir.


Lire aussi

Affaire Béchara Asmar : la garde à vue était-elle nécessaire pour mener l’enquête ?

L'insulte du président de la CGTL au patriarche Sfeir, "une lance plantée dans le coeur du Christ", souligne Raï

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Il est cuit le Béchara Asmar. Ses propos sont plus que condamnables qu’on le veuille ou non. On a beau les tourner dans les sens , ces propos railleurs, irrespectueux et insultants sont indignes de la part d’un tel responsable. Il ne peut plus exercer de telles fonctions car il s’est littéralement fait hara-kiri et a vraiment démontré ,avec ceux qui l’entouraient , à quel point ils étaient atteints ...Quant à la détention , c’est exagéré car il ne faut pas en faire non plus un martyr ! Qu’il aille libre vendre des patates ...c’est ce qu’il a de mieux à faire . Et non Mr Asmar il n’y aura pas de miracle pour vous !

Antoine Sabbagha

Qui sait si Asmar serait juge pour d' autres délits . A suivre

Georges MELKI

Les propos de Bechara Asmar sont ridicules et répréhensibles, certes...Mais n'a-t-on pas entendu, il y a quelques années, alors que feu Mgr Sfeir était toujours en fonction, un certain leader politique tenir des propos selon lesquels le vénérable vieillard aurait eu, en s'adressant à un groupe de femmes venues le visiter, l'état que M. Asmar aurait souhaité obtenir par l'intercession du patriarche défunt?

Sarkis Serge Tateossian

Libéré ou pas cette affaire laissera des traces indélébiles sur "l'image" véhiculée sur la démocratie libanaise et la vision du Liban par rapport à la religion.

Indéniablement on est rétrogradé aux yeux du monde libre.

Moralement Asmar est condamnable mais juridiquement on ne peut pas l'accuser de diffamation car ses propos devraient rester du domaine privé et c'est la personne Qui à diffusé l'enregistrement à son insu qui est le coupable et le diffamateur.( qui à rendu l'affaire publique et diffamatoire).

Le droit c'est le droit et l'état doit s'en tenir uniquement au droit et à défaut on dérape...

Dire que tout ceci ne devrait jamais avoir lieu...

Qu'il repose en paix le saint homme qui n'a fait que se battre pour l'unité du Liban durant toute sa vie.

EDDE PAUL

quel gachis.
en faire un precedent pour tous les pretendus protecteurs et defenseurs de Dieu
il a ete desavoue condamne par la Nation... que l'Etat de droit se manifeste en respectant les lois.
foutez le a la porte si la justice des hommes le justifie ;mais liberez le bon sang....sinon vous en faites un martyr avec les erreurs que vous accumulez par lachete et ou pour une raison ou une autre

Gros Gnon

"Dénigrement de pratiques religieuses". Rien que ça.

Moi je me demande si les personnes qui aujourd’hui s’acharnent sur B Asmar sont les mêmes qui il y a quelques jours à peine trouvaient ridicules les critiques du café de R Tabch.
"Moyen-Ageux" m’a-t-il semblé avoir lu?
Eh bien, regardez-vous dans un miroir...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAR SA DEMISSION IL A PAYE POUR LES INEPTIES QU,IL AVAIT PROFEREES. QU,IL AILLE SE REPOSER ET REPOSER SA LANGUE.

Cadige William

La grogne populaire et le réveil du bon sens risquent a raison de se retourner contre la décision abusive du Pouvoir et les Instances Politiques pour cet abus de detenttion politisé a souhaits.
Deux Justices semble t il se précisent ces derniers temps et ce n est pas pour sécuriser le citoyen ordinaire.

Bery tus

oui il faut le liberer .. sinon on devient comme ceux qu'on accuse et alors la on pourra dire Adieu a toute une Nation !!!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants