X

À La Une

Inquiétude de Riyad et Abou Dhabi sur une hausse des stocks mondiaux de pétrole

OPEP

L'Arabie saoudite "ne veut pas une guerre" avec l'Iran, a affirmé le ministre d'Etat saoudien aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir, tout en assurant que Riyad était prêt "à se défendre".


OLJ/AFP
19/05/2019

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se sont inquiétés dimanche d'une hausse des stocks mondiaux de pétrole, à l'ouverture d'une réunion de l'OPEP se tenant dans un contexte de vives tensions dans le Golfe qui menacent les approvisionnements mondiaux en brut.

"Nous voyons que les stocks (de pétrole) augmentent", a déclaré le ministre de l'Energie saoudien, Khaled al-Faleh, à Jeddah en Arabie saoudite, où sont réunis les principaux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs, dont la Russie. "Aucun de nous ne veut voir les stocks (de pétrole) enfler de nouveau, nous devons être prudents", a-t-il ajouté, en référence à la situation fin 2018 qui avait conduit à une chute des prix de l'or noir. L'Arabie saoudite est le premier exportateur mondial de pétrole.

La réunion de l'OPEP intervient dans un contexte d'escalade des tensions dans le Golfe et de guerre psychologique entre les Etats-Unis et l'Iran. Egalement membres de l'organisation, les Iraniens --dont les exportations de pétrole sont touchées de plein fouet par des sanctions américaines-- sont absents de la rencontre.

Leur pays devrait toutefois être au coeur des discussions après des attaques contre un oléoduc saoudien revendiquées par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran, qu'une coalition militaire sous commandement saoudien combat au Yémen. Ces attaques sont intervenues quelques jours après des "actes de sabotage" non revendiqués dans le Golfe qui ont touché entre autres des pétroliers saoudiens.



Assouplissement ?

Aucune décision ne devrait être prise dimanche par l'organisation, qui devrait formuler des recommandations avant une réunion-clé fin juin à laquelle participera l'Iran. Les producteurs réunis à Jeddah devraient en revanche examiner le respect d'engagements pris l'an dernier sur une baisse de la production.

Les Emirats ont appelé à maintenir le niveau de production de pétrole décidé par l'OPEP, qui inclut une baisse de production d'un niveau de 1,2 million de barils par jour depuis janvier.

"Je ne pense pas (...) qu'un assouplissement de la baisse de la production de pétrole soit la bonne mesure" au vu des conditions prévalant actuellement sur le marché, a fait valoir le ministre émirati de l'Energie, Souheil al-Mazrouei.



Le président américain Donald Trump avait lui affirmé en avril que l'Arabie saoudite et d'autres pays de l'OPEP avaient accepté d'augmenter leur production pour faire baisser les cours.

"Nous sommes prêts, notamment, à examiner l'assouplissement de certains paramètres et un rétablissement partiel de la production, si la demande augmente", a déclaré dimanche le ministre russe de l'Energie Alexander Novak, cité par les agences de presse russes.

Malgré la chute des exportations de pétrole vénézuélien --provoquée par la crise politique à Caracas-- et iranien, et en dépit de la baisse de la production des membres de l'OPEP, les stocks de brut continuent d'augmenter, avait affirmé Souheil al-Mazrouei à son arrivée à Jeddah samedi. Les producteurs doivent encore s'efforcer d'équilibrer le marché, avait-il ajouté.

L'OPEP et l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont indiqué que la production mondiale de pétrole avait baissé en avril en raison de la décision de limiter les extractions et du renforcement des sanctions américaines contre l'Iran.

Selon l'AIE, la production iranienne de brut était de 2,6 millions de barils par jour en avril, contre 3,9 millions en avril 2018, un mois avant le retrait unilatéral de Washington de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Un retrait qui s'est traduit par le rétablissement des sanctions contre Téhéran.

A son plus bas niveau en cinq ans, la production iranienne pourrait chuter en mai à des niveaux sans précédents depuis la guerre Iran-Irak (1980-1988).


Sécurité satisfaisante

Après des "actes de sabotage" contre trois pétroliers, dont deux saoudiens, au large des Emirats, et une attaque de drones contre un oléoduc saoudien, Riyad a assuré dimanche que la sécurité de son industrie pétrolière était satisfaisante. "La sécurité de notre industrie pétrolière est solide", a argué M. Faleh. "Tout le monde est vulnérable à des actes extrêmes de sabotage", a-t-il ajouté.

Riyad a accusé l'Iran d'avoir ordonné l'attaque, qui a visé un oléoduc destiné à contourner le détroit d'Ormuz --voie principale des exportations de brut de la région--, que l'Iran menace de fermer en cas de conflit avec les Etats-Unis.

Début mai, Washington a dépêché un porte-avions et des bombardiers B-52 dans le Golfe en affirmant avoir des craintes sur d'éventuelles attaques iraniennes.

L'Arabie saoudite "ne veut pas une guerre" avec l'Iran, a affirmé dimanche le ministre d'Etat saoudien aux Affaires étrangères Adel al-Jubeir, tout en assurant que Riyad était prêt "à se défendre".

Face aux tensions, le roi Salmane a invité les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe à des sommets extraordinaires le 30 mai en Arabie saoudite pour discuter de l'escalade des tensions.



Lire aussi

Un porte-avions américain dans le Golfe ravive de douloureux souvenirs en Irak

"Il n'y aura pas de guerre" au Moyen-Orient, affirme Zarif

Entre Téhéran et Washington, les enjeux d’un conflit asymétrique

Face aux USA, l’Iran peut-il encaisser indéfiniment sans réagir ?

Premiers battements des tambours de la guerre ?

Le Liban à l’abri de l’escalade Iran-USA

« La guerre est le pire scénario pour les pays du Golfe, comme pour l’Iran »

Iran/USA : ce n’est pas encore la guerrele commentaire d'Anthony Samrani



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants