X

À La Une

Face à la "sale guerre" au Yémen, les opinions européennes demandent des comptes sur les ventes d'armes

Polémique

"Clairement, avec le conflit au Yémen, il y a une rupture", estime un responsable d'Amnesty international France. "Il y a une prise de conscience depuis un certain temps en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni et en Italie. En France, c'est très nouveau".


OLJ/Cécile FEUILLATRE et Lucie PEYTERMANN avec les bureaux européens de l'AFP
10/05/2019

La "sale guerre" au Yémen fait monter la pression dans les pays européens où ONG et parlementaires exigent davantage de contrôle et de transparence sur les ventes d'armes, chasse gardée des exécutifs au nom d'exigences économiques et de la lutte antiterroriste.

Gros consommateurs d'armes européennes, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis sont les principaux pays d'une coalition engagée depuis 2015 au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran. Or, ce conflit a fait des dizaines de milliers de morts, dont de nombreux civils, et provoqué la pire catastrophe humanitaire au monde, selon l'ONU. Les images d'enfants agonisant ont fini par faire réagir en Europe, où l'idée que les armes vendues à la coalition soient utilisées contre les civils choque les esprits. Même si, comme le relève Denis Jacqmin, chercheur au Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (Grip) à Bruxelles, "l'opinion publique se lasse vite" et "faire campagne sur le Yémen, c'est compliqué".

Toutefois, le bilan peu reluisant de l'Arabie saoudite en matière de droits de l'Homme et l'indignation mondiale suscitée par l'assassinat sordide en octobre 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, accentuent les critiques sur ces ventes d'armes à ces alliés "infréquentables". "Clairement, avec le conflit au Yémen, il y a une rupture", estime Aymeric Elluin, d'Amnesty international France. "Il y a une prise de conscience depuis un certain temps en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni et en Italie. En France, c'est très nouveau", dit-il.



(Lire aussi : La guerre au Yémen, un conflit dans l’impasse)



Depuis quelques jours, un cargo saoudien, le "Bahri Yanbu", passé par le port belge d'Anvers puis par la Grande-Bretagne et initialement attendu au port français du Havre pour y embarquer une cargaison d'armes, suscite une polémique inédite et les réactions outrées d'ONG et de parlementaires. Vendredi, le cargo supposé embarquer des armes françaises à destination de l'Arabie saoudite s'est mis en mouvement à destination de l'Espagne, sans s'approcher du port du Havre où attendait son chargement contesté. En Belgique, des ONG soupçonnent la compagnie nationale saoudienne Bahri d'avoir régulièrement, depuis l'été dernier, chargé des armes ou des munitions à destination de Riyad.

Le gouvernement français a confirmé mercredi un "chargement d'armes", sans précision. Selon le média d'investigation français Disclose, qui avait déjà divulgué mi-avril une note "confidentiel défense" listant les matériels militaires français utilisés au Yémen, le cargo doit prendre livraison au Havre de "huit canons de type Caesar".

Paris a livré pour 1,38 milliard d'euros d'armement à Riyad en 2017, faisant de l'Arabie saoudite son deuxième plus gros client du secteur l'an dernier - après l’Égypte. Les autorités françaises déclarent invariablement que les armes sont utilisées de manière défensive et non sur la ligne de front. Jeudi, le président Emmanuel Macron a martelé qu'il "assumait" ces ventes d'armes au nom de la lutte antiterroriste, assurant avoir obtenu la "garantie" que ces équipements n'étaient pas utilisées "contre des civils".

Des arguments qui ne convainquent aucunement les ONG: "Il ne suffit pas de dire +j'ai des garanties+, il faut nous les montrer. De même, nous aimerions qu'on nous explique clairement, nettement, comment l'Arabie saoudite lutte contre le terrorisme au Yémen", martèle Aymeric Elluin.



(Lire aussi : Macron dit avoir des « garanties » de Riyad sur les armes)



Volte-face
L'opacité et l'absence de contrôle parlementaire dans certains pays d'Europe - notamment en France - sont unanimement dénoncés par les ONG. "Aujourd'hui, on voit bien que ce manque de transparence nous revient en pleine figure et cela aboutit à des catastrophes comme le Yémen", commente à l'AFP Tony Fortin, chargé d'études à l'Observatoire des armements en France.

Pourtant, plusieurs pays ont pris des dispositions concrètes sous la pression de leurs opinions publiques, au premier rang desquels l'Allemagne d'Angela Merkel. Fin mars, la chancelière a prolongé de 6 mois un gel des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, au grand dam de ses partenaires français et britannique. L'Allemagne fait partie des quatre ou cinq plus grands pays exportateurs d'armes au monde, mais ces ventes d'armes sont impopulaires dans l'opinion allemande. En raison de son passé nazi, elle a développé une culture très pacifiste.

Au Royaume-Uni, l'un des principaux pays fournisseurs d'armes à l'Arabie saoudite, qui a autorisé la vente pour 5 milliards de livres (5,8 milliards d'euros) d'armes depuis le début de la guerre au Yémen en 2015, la contestation s'est organisée ces derniers mois au niveau des parlementaires. La commission des Affaires étrangères de la chambre des Lords a réclamé la suspension immédiate de plusieurs licences d'exportation. Cinq partis d'opposition au Royaume-Uni ont appelé en mars à la fin des ventes d'armes à l'Arabie saoudite, estimant qu'elles avaient contribué à la catastrophe humanitaire au Yémen.

Preuve de la sensibilité extrême du sujet, les volte-face de certains gouvernements, comme en Espagne où le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez avait décidé de suspendre la vente de 400 bombes à guidage laser à la monarchie pétrolière, avant de revenir sur sa décision pour ne pas menacer un juteux contrat portant sur cinq navires de guerre.

"Il y a une préoccupation croissante sur ces questions et un déficit de contrôle (parlementaire). Pour autant, il ne faut pas s'attendre à une évolution radicale des flux (d'armes). Et au bout du bout, dans tous les pays, les exécutifs ont le dernier mot", selon le député français Jacques Maire (majorité).

Le Grip à Bruxelles plaide pour une Autorité européenne de régulation des exportations d'armes, car selon ce groupe, la Position commune de l'UE de 2008 pose des "critères", mais "malheureusement chaque Etat a son interprétation et on peut repousser la ligne de l'acceptable toujours plus loin".



Lire aussi

Armes françaises au Yémen : 37 rédactions soutiennent les journalistes convoqués par la DGSI

Armes françaises au Yémen: enquête ouverte pour "compromission du secret de la défense nationale"

Vente d'armes au Yémen par la France : des ONG projettent des slogans sur l'Assemblée


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Ce n'est pas les avions français "Rafale" qui larguaient les barils de gaz de combat sarin en Syrie.
Ce n'est pas les canons français "Caesar" qui assassinent des chrétiens au Sri Lanka, au Nigéria et au Sud-Soudan...

C- F- Contributions et Interprétations

Le Grip à Bruxelles plaide pour une Autorité européenne de régulation des exportations d'armes, car selon ce groupe, la Position commune de l'UE de 2008 pose des "critères", mais "malheureusement chaque Etat a son interprétation et on peut repousser la ligne de l'acceptable toujours plus loin".

Tout est dit dans la déclaration du Grip. N'oublions pas ""l'argument"" du chômage et la main d'oeuvre dans les usines d'armement, quand pendant les perpétuelles crises économiques, des entreprises se déclarent en faillite... Que de cynisme !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU ETAIENT-ILS LES ENDORMIS DURANT LES HUIT ANS DE LA GUERRE SYRIENNE ET L,UTILISATION D,ARMES INTERDITES PAR LES RUSSES ET LES IRANIENS ET LEURS ACCESSOIRES ET LE REGIME SYRIEN AVEC PLUS D,UN DEMI MILLION DE MORTS, DES CENTAINES DE MILLIERS DE BLESSES ET DE DISPARUS ET PLUS DE ONZE MILLIONS DE REFUGIES ET DEDEPLACES ?

Bustros Mitri

Blablabla dans le dossier Kashoggi, et puis cargaison d' armes des francais aux saoudiens il y a deux jours.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants