Liban

Les leçons de Gaza, selon le Hezbollah

Décryptage
08/05/2019

La guerre est finie avant même d’avoir commencé. C’est l’impression qui ressort après les deux jours de confrontations à Gaza qui se sont terminés par un cessez-le feu, suite à une médiation du Qatar et de l’Égypte, qui ont soudain recommencé à travailler ensemble.

Pourtant, pendant la période de la campagne électorale et même après sa victoire aux élections, le Premier ministre réélu Benjamin Netanyahu n’avait pas caché son intention de lancer une vaste opération contre Gaza pour briser le Hamas et le Jihad islamique. En fait, cette idée est dans l’air depuis que les Palestiniens ont lancé, en mars 2018, le processus des « Marches du retour » qui dérange au plus haut point les autorités israéliennes. D’ailleurs, depuis la grande confrontation de 2008-2009 – au cours de laquelle au bout de plus de trois semaines, l’armée israélienne qui avait entamé une offensive aérienne doublée d’une autre terrestre n’a pas pu atteindre ses objectifs déclarés –, les Israéliens lancent régulièrement des attaques contre Gaza à la fois pour tâter le terrain et maintenir la pression sur les Palestiniens et pousser la population à quitter les lieux.


(Lire aussi : Le Hezbollah dénonce une "agression barbare" d'Israël contre Gaza)



Selon les informations véhiculées par les médias israéliens, l’attaque qui a commencé à la fin de la semaine dernière devait être plus importante que celles qui ont eu lieu au cours des dix dernières années. Mais à peine les avions israéliens ont-ils commencé à lancer des raids sur les cibles prévues à Gaza que des dizaines de missiles ont commencé à pleuvoir sur les colonies et les localités israéliennes du sud. En 36 heures, les Palestiniens ont lancé près de 700 missiles, dont certains d’une portée moyenne de 40 km. 65 % de ces missiles ont atteint leurs cibles, malgré le bouclier de protection israélo-américain qui, en principe, est destiné à les intercepter. En réalité, les Palestiniens ont précisé par la suite qu’ils ont trouvé le moyen de neutraliser le bouclier de protection (appelé « la voûte d’acier ») en lançant plusieurs missiles en même temps, ce qui réduit l’efficacité de l’interception.

Ce n’était pas la seule mauvaise surprise réservée aux Israéliens pendant ces 36 heures de confrontation. En effet, les autorités israéliennes ont découvert que les Palestiniens détiennent des missiles de type Badr 3, dont l’un a été lancé sur la ville d’Ashkelon. D’une portée de 40 km, il est doté d’une tête qui peut porter une charge de 250 kg d’explosifs. Apparemment, ces missiles sont fabriqués à Gaza, ce qui signifie que les Palestiniens réussissent à se procurer les matériaux pour les fabriquer en dépit du blocus sévère qui leur est imposé. Dans le même contexte, le film diffusé par les brigades Ezzedine al-Qassam (la branche armée du Hamas) au sujet de ce missile lancé sur Ashkelon montre en toile de fond un train. Ce qui a été interprété comme un avertissement adressé par les Palestiniens aux Israéliens sur la possibilité de cibler la prochaine fois des installations précises et vitales.


(Lire aussi : La trêve entre Israël et le Hamas va-t-elle durer ?)



Le missile Badr 3 et les missiles Kornet ont donc constitué le clou de ces 36 heures d’affrontements qui ont provoqué une polémique interne en Israël, avec un flot de critiques adressées au Premier ministre aussi bien par des députés du parti Bleu Blanc de Benny Gantz et Yaïr Lapid que par d’autres du Likoud (comme Gideon Saer). D’ailleurs, toujours selon les médias israéliens, au cours de la réunion du cabinet réduit dimanche, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer l’arrêt de cette offensive. Il semblerait ainsi que le chef d’état-major, le général Aviv Kochavi, et le chef du Shin Bet, Nadav Argaman, auraient été très fermes pour réclamer la conclusion d’un cessez-le feu, car, selon eux, « le front interne » n’est pas prêt pour une opération d’envergure. D’ailleurs, les chiffres sont en eux-mêmes significatifs car le bilan de ces 36 heures a été, du côté palestinien, 29 morts et 150 blessés, pour la plupart des civils, alors que du côté israélien, il y a eu 4 morts et plusieurs dizaines de blessés.

Pour toutes ces raisons, les médiations du Qatar et de l’Égypte ont été rapidement couronnées de succès et un cessez-le feu a été conclu, avec des mesures concrètes qui sont actuellement sous étude.

Il y aura certainement de longues évaluations et des analyses détaillées de ce qui s’est passé au cours de ces 36 heures, sur le plan militaire proprement dit. Mais la première leçon à en tirer, selon les milieux proches du Hezbollah, c’est que les propos du secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah, sur l’incapacité des Israéliens à mener une nouvelle guerre contre le Liban sont confirmés. Si les Israéliens n’ont pas marqué un seul point dans la bande de Gaza, soumise à un blocus strict depuis des années et surveillée par tous les satellites américains et israéliens installés dans son ciel, comment pourraient-ils lancer une offensive au Liban où le Hezbollah possède des milliers de missiles ? Les sources proches du Hezbollah estiment aussi que s’il s’agissait d’un test de la part du Premier ministre israélien, il a dû être concluant. Les rapports de force militaires ne sont plus en faveur des Israéliens, qui restent certainement les plus forts et de loin, mais ils doivent tenir compte de la capacité de nuisance des mouvements de résistance. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les États-Unis ont désormais recours aux sanctions économiques, à Gaza, mais aussi au Liban, en Syrie et en Iran.


Chronologie

Plus d'un an de tensions et de heurts à Gaza


Lire aussi

Le plan de paix israélo-palestinien de Trump ne devrait pas évoquer les "deux Etats"

Israël-Palestine, un espace d’apartheids...

Dans l’ombre des hommes, la douleur des femmes de Gaza

Un an de mobilisation à Gaza: des données chiffrées

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Effectivement "Les leçons de Gaza, selon le Hezbollah" me rappelle les leçons de la conquête de la lune selon Hergé et Tintin!

Une bande dessinée amusante mais sans aucune justification logique.

La seule leçon à prendre c'est qu'alors qu'Israël évolue tranquillement et sûrement dans le 21eme siècle, Gaza et les pays avoisinant à Israël se balladent naïvement à reculons vers l'âge de ruines. Une ballade quand même bien menée au son des chants de gloire et de succès! Non seulement ceci ne dérange pas Israël mais plutôt l'enchante!.

Yallah ... Aal sikiin ya batikh

Lebinlon

Donc a vous lire, la "moumana'a" tient le haut du pavé militairement et les incidents de Gaza étaient un avertissement sans frais à Netanyahu.
il ressort de votre article que si Netanyahu recidive, le Hamas et le Jihad pourraient perdre patience et envahir Israël.
on est dans la rubrique "politique" ou "contes de fée pour enfants" ?

Irene Said

Nous ne sommes pas Gaza !

Et nous nous passons volontiers de ce danger permanent sur notre sol libanais d'une milice iranienne nommée Hezbollah !
De même de toutes ses fanfaronnades et celles de ses encenseurs dévoués !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON PEUT DIRE QUE C,EST UN ARTICLE OBJECTIF DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD.

LIBAN D'ABORD

Mm Scarlett Haddad

toujours la meme pro Hezbellah
Israel a une peur bleu de HB, ne peut supporter aucune guerre
OUI C'EST PARCEQUE LES ISRAELIENS , CONTRAIREMENT AUX FANATIQUES MUSULMANS QUI RECHERCHENT LA MORT POUR TROUVER 72 VIERGES AU PARADIS,AIMENT LA VIE

EN FAIT CETTE GUERRE QUE HAMAS A COMMENCE ET TERMINE RAPIDEMENT , C'ETAIT UNIQUEMENT POUR AVOIR DU QUATAR 180 MILLIONS DE DOLLARS ET POUR AUCUNE AUTRE RAISON

IL EST CLAIR AUSSI QUE DES QUE L'ARGENT A ETE PROMIS ILS SE SONT EMPRESSE D'ARRETTER LEUR MISSILES D'AUTANT PLUS QUE ISRAEL AVAIT COMMENCE LES ASSASSINATS CIBLES ET LA MENACE DE DETRUIRE LES BELLES MAISONS DES LEADERS ET LEUR QUARTIER EN ENTIER

SI IL Y A EU RELATIVEMENT PEU DE MORTS A GAZA CETTE FOIS CI C'EST PARCEQUE LES ISRAELIENS AVERTISSAIENT 15 A 30 MINUTES AUPARAVENT LES HABITANTS EN LANCANT DES MESSAGES OU DES BOMBES SONORES SUR LES IMMEUBLES VISEES

SURTOUT VOTRE ARTICLE DEGAGE UNE TEL IDEE QUE LES ISRAELIENS ONT TELLEMENT PEUR DE HB QU'ILS N'OSERONT PAS FAIRE LA GUERRE. FAIRE COURIR CETTE RUMEUR ET LA CONTRE VERITE POUSSERA UN JOUR UN HN QUI VIT DEPUIS 13 ANS SOUS TERRE ET N'A PAS TIRE UNE BALLE CONTRE ISRAEL DEPUIS CES 13 ANS A TESTER ISRAEL ET LE LIBAN PAIERA EN DESTRUCTIONS CES FAUSSES IDEES QUE VOTRE ARTICLE REPAND

LIBAN D'ABORD SVP.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants