Liban

Le Hezbollah met en garde contre toute atteinte "aux pauvres et aux fonctionnaires"

"Si quelqu'un pense pouvoir faire porter ce fardeau aux personnes à revenus modérés, aux pauvres, à nos ouvriers et fonctionnaires, il mènera le pays à sa ruine", lance le chef du bloc parlementaire du parti chiite. 

Le député du Hezbollah, Mohammad Raad. Photo d'archives Ani

Le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a mis en garde vendredi les responsables libanais contre toute mesure dans le budget de l'Etat pour l'exercice 2019, qui affecterait les fonctionnaires et classes défavorisées, estimant que cela mènerait le pays à sa ruine. 

"Il est inacceptable que l'on touche aux portefeuilles des employés et des pauvres lorsqu'on veut mener des réformes et réduire le déficit budgétaire, et que l'on oublie les vols, les pillages, le gaspillage et la corruption grâce auxquels de nombreuses personnes se sont remplies les poches pendant des décennies", a lancé M. Raad lors d'une cérémonie à l'occasion de l'anniversaire de l'imam Mahdi à Kfar Dounine (Liban-Sud).

"Si quelqu'un pense pouvoir faire porter ce fardeau aux personnes à revenus modérés, aux pauvres, à nos ouvriers et fonctionnaires, il mènera le pays à sa ruine", a insisté Mohammad Raad. Il a appelé les responsables à "chercher d'autres sources de revenus", soulignant que les fonctionnaires les moins bien nantis "contribueront à améliorer la situation économique et réduire le déficit budgétaire". 


(Lire aussi : Cap sur l’austérité, confirme Hariri)


Mercredi, lors d'une séance parlementaire, le Premier ministre Saad Hariri avait laissé entendre que le gouvernement préparait des mesures "d'austérité sans précédent" dans l'histoire du pays pour empêcher une détérioration de l'économie, tout en promettant de ne pas porter atteinte aux personnes à revenus limités, sans donner plus de précisions sur les mesures prévues par son cabinet dans le projet de budget qu'il est censé présenter dans les semaines qui viennent. 

Samedi dernier, le ministre des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil avait préconisé une réduction "momentanée" des salaires des fonctionnaires pour pouvoir remédier au déficit des finances publiques, enflammant ainsi les milieux politiques et les corps professionnels, qui ont crié au scandale.


(Lire aussi : Quelques milliers de manifestants lancent un ultimatum à la classe politique, mais sans grande conviction)



Le Hezbollah "ouvert aux discussions"
Le numéro deux du Hezbollah, cheikh Naïm Kassem, a de son côté évoqué la situation économique du Liban, affirmant que le parti chiite était "ouvert aux discussions" afin de résoudre la crise que traverse le pays. "Le Liban fait face à un réel problème économique et financier qu'il faut résoudre", a lancé le cheikh Kassem lors d'une cérémonie dans une école de Hadath, au sud de Beyrouth. Il a dans ce contexte affirmé que le Hezbollah était déterminé à résoudre ce problème dont "tout le monde dans le pays porte la responsabilité". "Nous devons coopérer car le pays ne s'en sortira pas sans solidarité", a-t-il déclaré, soulignant que sa formation politique est "ouverte aux discussions paisibles et raisonnables afin de décider ce qui est le mieux pour le pays". 

En ce qui concerne les sanctions dont le parti est la cible, le dignitaire chiite a assuré que le Hezbollah "a l'intention de persévérer malgré toutes les conditions difficiles et les sanctions auxquelles nous devons faire face". Fin octobre, le président américain, Donald Trump, avait signé un texte renforçant les sanctions contre le Hezbollah. Il s'agit de la loi "Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018", une version amendée (S.1595) d'une loi précédente, votée par le Sénat le 5 octobre 2017. La S.1595 impose notamment des sanctions à toute personne, entité ou Etat étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. 


ire aussi
La réduction des salaires des fonctionnaires annoncée par Bassil provoque un séisme


Pour mémoire
Les retraités de la fonction publique réclament le respect de leurs droits

Éducation : Le gouvernement ignore l’échelonnement des effets de la grille des salaires



Le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, a mis en garde vendredi les responsables libanais contre toute mesure dans le budget de l'Etat pour l'exercice 2019, qui affecterait les fonctionnaires et classes défavorisées, estimant que cela mènerait le pays à sa ruine. 

"Il est inacceptable que l'on touche aux portefeuilles des employés et des pauvres lorsqu'on...

commentaires (11)

Desarmons le Hezbollah et les investisseurs etrangers arriveront au Liban .

HABIBI FRANCAIS

11 h 08, le 20 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Desarmons le Hezbollah et les investisseurs etrangers arriveront au Liban .

    HABIBI FRANCAIS

    11 h 08, le 20 avril 2019

  • Ce qui a mené (et continue à mener) le pays à la ruine c’est son maintien dans une logique de guerre. J’ai dit.

    Gros Gnon

    10 h 41, le 20 avril 2019

  • Mieux que de défendre les ‘pauvres’ ne pas mener le pays à la catastrophe et appauvrir tout le Liban à travers des aventures ...

    LeRougeEtLeNoir

    09 h 12, le 20 avril 2019

  • Et j'ai oublié effectivement même stratégie que les FN et FI attendre que le pays soit économiquement à plat et faire ce qu'il faut pour, pour récupérer la mise et diriger le pays

    yves kerlidou

    09 h 08, le 20 avril 2019

  • il est sympa ce garçon il me fait penser à Melenchon! je met le pays en ruine avec une guerre pour rien, je fais embaucher des fonctionnaires pour ne rien faire, je créer un déficit (pas que eux ) mais je m'en fout ce n'est pas à moi de redresser l'économie ???

    yves kerlidou

    09 h 05, le 20 avril 2019

  • Ouaouuuuuh ! Tenez-le vous pour dit, Messieurs nos RESPONSABLES, le chevalier et défenseur des pauvres et opprimés vous a à l'oeil ! Les milliers de fonctionnaires pistonnés par le "parti divin" peuvent dormir tranquilles, de même que les "personnes à revenus modérés et les pauvres"...leur vie paradisiaque continuera de faire des envieux !!! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 29, le 20 avril 2019

  • Même quand on parle des pauvres et des fragilisés de notre cher pays on arrive à se chamailler ... N'avons nous pas un socle commun sur lequel on pourrai s'entendre ? S'appuyer ? Il y a encore deux jours j'avais prononcé la même phrase (protégeons nos plus démunis) et un intervenant illuminé n'a pas trouver mieux que de commenter " être rouge est à la mode" ! Ma réponse à cet "illuminé" à été censurée ... Je réitére ma suggestion pour dire que libanais doivent faire attention aux plus démunis. Il y a des pauvres chez les chrétiens comme chez les musulmans et le pape quand il soutient les pauvres il ne devient pas communiste à ma connaissance. Ahhh les mesquins sont partout.

    Sarkis Serge Tateossian

    00 h 02, le 20 avril 2019

  • CERTAINS ONT COMME BUT LA DESTRUCTION DU PAYS POUR AFFERMIR LEUR MAINMISE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 49, le 19 avril 2019

  • Le Hezbollah pourqoi il ne demande pas de l'argent à son tutor pour les chiites?

    Eleni Caridopoulou

    20 h 40, le 19 avril 2019

  • Mohammad Raad, chef du bloc parlementaire du Hezbollah, stigmatise les auteurs des vols, des pillages, du gaspillage, de la corruption même évidemment chez des gens de son camp, etc. Nous aussi. Je lui demande expressément de donner des noms. Accuser c'est bien, mais donner des noms, c'est mieux. Sans donner des noms, la déclaration de Mohammad Raad n'a aucune valeur.

    Honneur et Patrie

    19 h 52, le 19 avril 2019

  • Ben oui faut pas toucher à la pauvreté des banlieues sud de Beyrouth sur demande de certaines liba-niaises.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 50, le 19 avril 2019